Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Le blog Histoiregeoenforce
  •   Le blog Histoiregeoenforce
  • : Blog qui peut être utile pour l'enseignement de l'histoire et de la géographie au lycée et ailleurs...
  • Contact

PREAMBULE

UN BLOG PARMI D'AUTRES POUR FACILITER LES RELATIONS, LES ECHANGES AVEC LES HEUREUX JEUNES GENS QUI ONT LE PLAISIR DE SUPPORTER G. SABATIER QUELQUES HEURES PAR SEMAINE ! QUE LA FORCE SOIT AVEC CEUX QUI CONTRIBUERONT A CE BLOG ET A CELUI QUI TENTERA DE LE FAIRE VIVRE !  POUR QUE TOUS SUIVENT LA ROUTE DE L'HISTOIRE-GEOGRAPHIE

Un bout de chemin ensemble...  (photo personnelle - 2005)

PASSANTS DU BLOG

9 novembre 2013 6 09 /11 /novembre /2013 00:38

SEMAINE DU 9 AU 15 NOVEMBRE 
 

 Scénario catastrophe ! 

 

Un film très célèbre ce dimanche 10 novembre à partir de 20 heures 50 sur D8 avec La Tour infernale co-réalisé par Irwin Allen et John Guillermin... L'un des premiers films dits catastrophe réputé pour son casting réunissant de grands comédiens américains de cette époque.

 

A l'heure où la mondialisation s'affirme notamment dans l'architecture par une course effrénée à la hauteur, particulièrement en Asie et au Moyen-Orient, La Tour infernale vient rappeler, à l'instar de l'effondrement de la cathédrale gothique de Beauvais à la fin du XIIIe siècle, que le sens de la démesure de l'homme n'a pas engendré que des réussites.

 

Tourné quelques années après L'Aventure du Poséidon, premier film catastrophe, qui fit un carton au box-office, et lançant sur les rails ce nouveau genre cinématographique (encore une invention américaine !), La Tour infernale est aussi un film fleuve, dont la durée avoisine les 3 heures. Double adaptation de deux romans (le titre lui-même est une contraction entre The Tower et The Glass Inferno), mêlant les deux intrigues et leurs personnages, ce film prend comme point de départ l'inauguration à San Francisco du plus grand gratte-ciel du monde. A cette occasion, son architecte, Douglas Roberts (Paul Newman), ne manque pas d'organiser une magnifique soirée avec tout le gratin local, réuni au... 135ème étage de la tour pour célébrer l'événement et le génie de l'homme capable d'édifier cette cathédrale de verre jamais vue. Mais, la soirée tourne au cauchemar lorsqu'un court-circuit provoque un incendie et bloque les invités dans la tour. L'opération survie commence alors, avec notamment l'intervention des pompiers de la ville dirigée par leur capitaine, Michael O'Hallorhan, alias Steve McQueen.

 

Grâce à un montage rythmé, enchevêtrant, alors que le film présente pourtant une unité de lieu (la tour et ses abords), plusieurs intrigues, pour ne pas laisser respirer le spectateur, La Tour infernale a été souvent considérée comme la référence (rarement égalée) en matière de cinéma-catastrophe. Il est vrai que ses deux réalisateurs (situation en elle-même surprenante, s'expliquant par le fait que deux sociétés cinématographiques sont derrière le projet dont le budget s'éleva tout de même à 14 millions de dollars) ont, peut-être, sans le vouloir utilisé les recettes du film chorale, multipliant les points de vue et les personnages, réunis toutefois par un point commun (ici la catastrophe). Reposant sur des effets spéciaux réussis et sur un plateau de rêve (outre Newman, McQueen, on croise au détour des flammes Faye Dunaway, William Holden mais aussi Fred Astaire, bien loin de ses rôles dans les comédies musicales des années 1950), La Tour infernale fut un des grands succès du cinéma mondial des années 1970. Le film fut souvent diffusé à la télévision française dans les années qui suivirent, mais disparut ensuite quelque peu des grilles de programmation. Entre temps, un autre événement avait secoué le monde, de l'autre côté des Etats-Unis, sur la côte atlantique, avec les attentats terroristes du 11 septembre 2001, qui frappèrent notamment les tours jumelles du World Center à New-York, qui avaient été inaugurées pendant le tournage de La Tour infernale et qui, avant leur disparition tragique, connurent elles aussi un grave incendie au moment... de son exploitation en salles, en 1975. Une manière de rappeler que, comme beaucoup de films de science-fiction, les films-catastrophe ont pu aussi être rattrapés par la réalité.

Un film-catastrophe, sur la folie des grandeurs, mais presque aussi un film d'anticipation : avec Paul Newman et Faye Dunaway, La Tour Infernale, ce dimanche 10 novembre sur D8.

Un film-catastrophe, sur la folie des grandeurs, mais presque aussi un film d'anticipation : avec Paul Newman et Faye Dunaway, La Tour Infernale, ce dimanche 10 novembre sur D8.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gilles SABATIER - dans ARCHIVES FILMS A VOIR
commenter cet article

commentaires

defre 22/12/2013 19:17

avec une version francaise à une voix ! minable ! ou peut on trouver l'ancienne version fr ?

HISTOIREGEOCRPE Archives

Les-archives-nationales