Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Le blog Histoiregeoenforce
  •   Le blog Histoiregeoenforce
  • : Blog qui peut être utile pour l'enseignement de l'histoire et de la géographie au lycée et ailleurs...
  • Contact

PREAMBULE

UN BLOG PARMI D'AUTRES POUR FACILITER LES RELATIONS, LES ECHANGES AVEC LES HEUREUX JEUNES GENS QUI ONT LE PLAISIR DE SUPPORTER G. SABATIER QUELQUES HEURES PAR SEMAINE ! QUE LA FORCE SOIT AVEC CEUX QUI CONTRIBUERONT A CE BLOG ET A CELUI QUI TENTERA DE LE FAIRE VIVRE !  POUR QUE TOUS SUIVENT LA ROUTE DE L'HISTOIRE-GEOGRAPHIE

Un bout de chemin ensemble...  (photo personnelle - 2005)

PASSANTS DU BLOG

29 mars 2014 6 29 /03 /mars /2014 21:51
SEMAINE DU 29 MARS AU 4 AVRIL 

 

   Mauvais sang 

Lorsque un cinéaste de renom se lance dans l'adaptation d'un des plus fameux best-steller du genre fantastique, cela donne Dracula de Bram Stocker par Francis Ford Coppola. Une oeuvre deux fois majeure ! 

 

Arte a fait le choix de nous plonger dans un bain d'hémoglobine ce lundi 31 mars avec une diffusion de Dracula, réalisé il y a une vingtaine d'années par Francis Ford Coppola, à partir de 20 heures 45. On trouvera facilement sur des sites de partage vidéo la bande annonce du film qui en donnera la teneur et mettra en valeur la prestigieuse distribution (Gary Oldman, Anthony Hopkins, Keanu Reeves mais aussi et surtout Wynona Rider dans un double rôle). Comme le montrent le début et la fin de cette bande annonce, le film de Coppola est d'abord et avant tout la mise en images du roman de Bram Stocker, ce que rappelle son titre original. 

 

Pourtant, derrière la modestie apparente du cinéaste, l'objectif est beaucoup plus qu'une plate illustration d'un roman phare de la littérature fantastique. Son parti pris, justifié par l'exploitation déjà importante de la figure du célèbre vampire au cinéma, est de privilégier la dimension sentimentale et tragique du récit en présentant l'épopée sanguinolente de Dracula comme un moyen de (re)conquête de sa bien aimée, Elisabeta (Winona Ryder), qu'il croit reconnaître, des siècles après, à travers le visage de Mona (également interprété par W. Ryder). Mais Coppola nous ballade à travers l'histoire et aussi à travers l'art, passant du XVe siècle à la fin du XIXe siècle, en nous perdant dans des décors d'inspiration gothique, baroque, romantique... pour finir par nous faire revivre les premiers pas du cinéma, art auquel il rend aussi hommage.

 

Dracula, malgré une débauche, parfois un peu tape-à-l'oeil, de décors et d'effets spéciaux, et qui l'éloigne diamétralement des Nosferatu de Murnau ou Herzog,  est d'abord une oeuvre d'une très forte puissance visuelle. Contrairement aux deux films évoqués précédemment, Coppola ne recherche pas la suggestion mais plutôt l'emphase et la représentation symbolique (voir notamment la présence d'un loup blanc pour certaines scènes-clé). En cela, il utilise ce que le cinéma peut apporter de plus à la littérature : la force de l'image qui hante longtemps l'esprit des personnages... et des spectateurs. 

Jeu d'amour, de séduction et de mort... Le Dracula de Coppola ne recule devant rien, surtout pas devant les assauts répétés de Gary Oldman envers sa proie, la belle Winona Ryder.

Jeu d'amour, de séduction et de mort... Le Dracula de Coppola ne recule devant rien, surtout pas devant les assauts répétés de Gary Oldman envers sa proie, la belle Winona Ryder.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gilles SABATIER - dans ARCHIVES FILMS A VOIR
commenter cet article

commentaires

HISTOIREGEOCRPE Archives

Les-archives-nationales