Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Le blog Histoiregeoenforce
  •   Le blog Histoiregeoenforce
  • : Blog qui peut être utile pour l'enseignement de l'histoire et de la géographie au lycée et ailleurs...
  • Contact

PREAMBULE

UN BLOG PARMI D'AUTRES POUR FACILITER LES RELATIONS, LES ECHANGES AVEC LES HEUREUX JEUNES GENS QUI ONT LE PLAISIR DE SUPPORTER G. SABATIER QUELQUES HEURES PAR SEMAINE ! QUE LA FORCE SOIT AVEC CEUX QUI CONTRIBUERONT A CE BLOG ET A CELUI QUI TENTERA DE LE FAIRE VIVRE !  POUR QUE TOUS SUIVENT LA ROUTE DE L'HISTOIRE-GEOGRAPHIE

Un bout de chemin ensemble...  (photo personnelle - 2005)

PASSANTS DU BLOG

1 décembre 2007 6 01 /12 /décembre /2007 17:45

Méli-Mélo... mais c'est tellement beau 

SEMAINE DU 24 au 30 NOVEMBRE  

loinduparadis_02.jpg
  J'avais déjà fait la pub de ce grand film de T. Haynes pour le festival des 7 collines... Mais certains n'ont certainement pas fait partie des priviliégiés qui ont découvert en plein air et malgré un temps frisquet ce très beau film. Donc, bien au chaud, ils auront la possibilité de voir Loin du paradis, sur Arte, lundi 26 novembre à partir de 20 heures 40

Comme tout art qui vieillit, le cinéma parle de plus en plus de lui-même. Nous aurons la confirmation de cette vérité élémentaire, non pas en regardant un film de Tarantino mais une oeuvre du moins connu mais tout aussi talentueux Todd Haynes, Loin du Paradis. Sous couvert de reconstitution de la société américaine des années 50 et d'un hommage appuyé aux grands mélodrames comme ceux de Douglas Sirk, T. Haynes nous livre une brillante réflexion sur l'envers de l'american way of life. On retrouvera d'ailleurs dans sa vision de la bourgeoisie américaine bien des points communs avec la série Desesperate Housewives. A ce propos, le site Filmdeculte mentionne : " Exercice de style: recréer (et déplacer) aujourd'hui ce qui a nourri tout un genre il y a de ça des décennies. Voici le défi que s'est en partie lancé Todd Haynes, scénariste et réalisateur de Loin du paradis. La famille unie, la banlieue paisible, l'entente cordiale avec les domestiques noirs, les moeurs aussi limpides que le technicolor est rayonnant: Haynes pose la base d'un mélo classique issu des 50's américaines. De Ed Lachman, avec une lumière à la richesse proche de l'artifice, à Elmer Bernstein, dont la musique est composée d'envolées émotionnelles appuyées, tout est ici conçu pour reproduire ce qui a fait la grammaire cinématographique d'une multitude de films du genre."
Mais la richesse du film ne se limite pas à cette dimension de critique subversive du modèle américain. Elle est renforcée par la justesse de l'interprétation de Julianne Moore et par quelques très belles scènes entre son personnage et celui du jardinier noir. Magnifique instant où Cathy découvre la profondeur et l'humanité de Raymond, le jardinier noir, autour de toiles de J. Miro. La fin nous rappelera aussi cette évidence cinématographique : il n'y a rien de plus triste et émouvant qu'une gare où les êtres qui s'aiment se séparent.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

HISTOIREGEOCRPE Archives

Les-archives-nationales