Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Le blog Histoiregeoenforce
  •   Le blog Histoiregeoenforce
  • : Blog qui peut être utile pour l'enseignement de l'histoire et de la géographie au lycée et ailleurs...
  • Contact

PREAMBULE

UN BLOG PARMI D'AUTRES POUR FACILITER LES RELATIONS, LES ECHANGES AVEC LES HEUREUX JEUNES GENS QUI ONT LE PLAISIR DE SUPPORTER G. SABATIER QUELQUES HEURES PAR SEMAINE ! QUE LA FORCE SOIT AVEC CEUX QUI CONTRIBUERONT A CE BLOG ET A CELUI QUI TENTERA DE LE FAIRE VIVRE !  POUR QUE TOUS SUIVENT LA ROUTE DE L'HISTOIRE-GEOGRAPHIE

Un bout de chemin ensemble...  (photo personnelle - 2005)

PASSANTS DU BLOG

22 mars 2008 6 22 /03 /mars /2008 09:30
Un peu de provoc ne fait pas de mal !

SEMAINE DU 15 AU 21 MARS 2008
  
 
   

themroc.jpg
Certes, Claude Faraldo n'est pas le cinéaste français le plus connu et le plus diffusé. Arte, vendredi 21 mars à 23 heures 30 nous permettra de découvrir une de ses oeuvres, Themroc, tourné en 1973 avec en vedette Michel Piccoli et toute la bande du café de la Gare. Un film aux dialogues incompréhensibles : râles, rugissements, cris... et au contenu choquant pour l'époque. Mais pour aujourd'hui ?  
 

Amis du bon goût, des fresques lyriques, de la poésie et du romantisme, passez votre chemin ou plutôt n'allumez pas la télévision vendredi 21 mars sur Arte, vous risqueriez d'être froissés ou choqués. La chaîne franco-allemande, la seule à encore prendre un peu de risques dans ses programmations de cinéma, comme en témoigne la diffusion pendant toute la semaine des 10 épisodes du Décalogue de K. Kieslowski, nous gratifie d'un film comme il ne s'en fait plus. Il s'agit de Themroc, sorti en 1973.  Un film d'une rare provocation, bien dans l'esprit post soixante-huitard qu'il est de bon ton de fustiger aujourd'hui, et qui tient autant de la fable surréaliste que du pamphlet politique. 
Themroc, c'est Michel Piccoli, visiblement en pleine forme et se préparant avec délectation à tourner la même année, l'inoubliable Grande Bouffe de Marco Ferreri. Il interprète un peintre en bâtiment qui ne supporte plus sa vie rythmée par la cadence du boulot-dodo. Une seule solution : envoyer tout péter et se réfugier dans sa tannière ! Et il ne s'en prive pas, le bougre ! Adieu société de consommation, confort matériel, assujettissement au train-train quotidien... Dans un esprit libertaire particulièrement surprenant aujourd'hui, le cinéaste Claude Faraldo nous montre que cette provocation, loin d'être marginale, gagne en fait tout son immeuble... Les voisins de Themroc, interprétés par la troupe du café théâtre de la Gare, l'imitent ! Ainsi, défilent les Romain Bouteille, Miou-Miou, Henri Guybet, Patrick Dewaere et Coluche jouant plusieurs rôles avec jubilation. 
Voilà ce qu'écrivait un critique de cinéma à propos de cette étrange production cinématographique que l'ethnologue et l'historien pourraient utiliser à l'envi pour décrire le climat social des seventies : "Le poême barbare a été interprété magnifiquement par Michel Piccoli, qu'une soudaine mutation transforme d'exploité abruti en lion têtu et et euphorique. Autour de lui Marilu Tolo,...et la troupe de Romain Bouteille. Ils sont tous parfaits, drôles, inquiétants, dignes petits Themroc fascinés par leur prophète débonnaire et impitoyable. Souhaitons à la bombe de Faraldo une belle déflagration et de faire le plus de dégâts possible. Anti-cannibales et état-major C.R.S. s'abstenir."
Le film se termine, en effet, par une dégustation collective de "poulets" passés à la broche... Qui oserait réaliser cela aujourd'hui ? Et quel regard le public porterait-il sur un tel brûlot ? Le fait est qu'en 1973, lors de sa sortie, Themroc fut interdit au moins de 18 ans.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

marc daleine 02/04/2008 02:12

Non seulement , ça ne fait pas de mal, mais en plus ça fait du bien...J'ai bien fait de zapper STRIP TEASE qui me donnait la nausée, ce Dimanche, et finir la nuit sur ce film jubilatoire dans lequel toute ma haine du formatage quotidien a trouvé matière à s'assouvir..En fait,ce film est une fable sur l'échec de 68; mais aussi , un formidable encouragement à l'esprit de révolte. De toutes les façons, sans être obligé de bouffer des flics ou de baiser nos soeurs, nous serons bientôt tous contraints de nous remettre en question .

HISTOIREGEOCRPE Archives

Les-archives-nationales