Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Le blog Histoiregeoenforce
  •   Le blog Histoiregeoenforce
  • : Blog qui peut être utile pour l'enseignement de l'histoire et de la géographie au lycée et ailleurs...
  • Contact

PREAMBULE

UN BLOG PARMI D'AUTRES POUR FACILITER LES RELATIONS, LES ECHANGES AVEC LES HEUREUX JEUNES GENS QUI ONT LE PLAISIR DE SUPPORTER G. SABATIER QUELQUES HEURES PAR SEMAINE ! QUE LA FORCE SOIT AVEC CEUX QUI CONTRIBUERONT A CE BLOG ET A CELUI QUI TENTERA DE LE FAIRE VIVRE !  POUR QUE TOUS SUIVENT LA ROUTE DE L'HISTOIRE-GEOGRAPHIE

Un bout de chemin ensemble...  (photo personnelle - 2005)

PASSANTS DU BLOG

24 mai 2008 6 24 /05 /mai /2008 19:31

Celui qui découvrit la mer

SEMAINE DU 17 AU 23 MAI 2008

      Imaginez une (probable) magnifique journée de printemps qui vous inciterait à faire l'école buissionnière... pour mieux vous installer devant la télévision afin de découvrir les aventures du jeune Antoine Doinel, le héros de François Truffaut dans son premier film : Les Quatre Cents Coups (1959), l'histoire d'un ado qui n'aimait pas trop l'école...  
  

Il y a presque 50 ans, François Truffaut, critique de cinéma, débutait sa propre carrière derrière la caméra avec un film très autobiographique intitulé Les Quatre Cents Coups dont le personnage principal (Antoine Doinel) fut confié à un jeune acteur débutant, Jean-Pierre Léaud. Etrangément ou pour mieux inciter le jeune téléspectateur à se mettre dans la peau du personnage (passé maître dans l'art de la fugue et de l'école buissionnère), France 3 diffuse cette oeuvre le vendredi 23 mai à partir de 14 heures 55. 
Critique impitoyable dans la revue Les Cahiers du Cinéma, grand pourfendeur avec d'autres (Rivette, Godard...) de la qualité française des films des années 50 (que ces derniers trouvaient déjà ringards à leur époque), Truffaut était attendu au tournant pour ce premier essai qui fut en fait un coup de maître ! Les Quatre Cents Coups (et pas seulement pour sa scène finale au bord de la mer) apparurent comme un grand bol d'air frais dont le cinéma français paraissait avoir bien besoin. Le tournage du film fut un défi pour le jeune cinéaste qui, selon le site Allociné, dut faire face à des coupures de courant lors des scènes dans l'appartement des Doinel ainsi qu'aux interruptions de la police. Une nuit le tournage fut arrêté pour tapage nocturne. Enfin, au moment de tourner la scène du cours de gymnastique dans les rues de Paris, un patron de bar eut à se plaindre de vol et des insultes de Jean-Pierre Léaud qui se blessa aussi à la main lors des scènes de l'imprimerie et faillit s'intoxiquer lors du tournage avec la photo brûlée d'Honoré de Balzac.
Le film contient cependant de nombreux moments de grâce qui le font entrer au panthéon des très grands premiers films. Parmi ces derniers, que je vous laisse le soin de découvrir, on retrouve la scène de la punition à l'école. Sanctionné par son instituteur pour détention illégale d'image (trop) féminine, le jeune Doinel écrit sur le mur de son lieu de pénitence ce magnifique texte, qui vaut bien plusieurs centaines de lignes noircies sur des pages blanches : 
"Ici souffrit le pauvre Antoine DOINEL
Puni injustement par Petite-Feuille
Pour une pin-up tombée du ciel
Entre nous, ce sera dent pour dent
Oeil pour oeil
"
Magnifique épitaphe du facétieux Antoine Doinel, personnage dont Truffaut narra à travers plusieurs films (jusqu'à L'Amour en fuite en 1978) le parcours jusqu'à sa vie (compliquée) d'adulte.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

HISTOIREGEOCRPE Archives

Les-archives-nationales