Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Le blog Histoiregeoenforce
  •   Le blog Histoiregeoenforce
  • : Blog qui peut être utile pour l'enseignement de l'histoire et de la géographie au lycée et ailleurs...
  • Contact

PREAMBULE

UN BLOG PARMI D'AUTRES POUR FACILITER LES RELATIONS, LES ECHANGES AVEC LES HEUREUX JEUNES GENS QUI ONT LE PLAISIR DE SUPPORTER G. SABATIER QUELQUES HEURES PAR SEMAINE ! QUE LA FORCE SOIT AVEC CEUX QUI CONTRIBUERONT A CE BLOG ET A CELUI QUI TENTERA DE LE FAIRE VIVRE !  POUR QUE TOUS SUIVENT LA ROUTE DE L'HISTOIRE-GEOGRAPHIE

Un bout de chemin ensemble...  (photo personnelle - 2005)

PASSANTS DU BLOG

20 septembre 2008 6 20 /09 /septembre /2008 18:18

Cette histoire, je le sens, ne finira pas sans effusion de sang

SEMAINE DU 13  AU 19 SEPTEMBRE 2008
        Warren Beatty et Natalie Wood dans un brûlot d'Elian Kazan : La fièvre dans le sang (Splendor in the grass) tourné en 1961. Comme le disaient les Rita Mitsouko : "les histoires d'amour finissent mal, en général."

   
   Arte nous permet de découvrir lundi 15 septembre à partir de 21 heures un chef d'oeuvre d'Elia Kazan sur l'impossible amour entre deux adolescents dans l'Amérique de la fin des années 20 : Deanie et Bud. Tourné en plein dans les Trente Glorieuses américaines (1961), la fin du film évoque le début de la Grande Dépression avec le krach boursier de Wall Street qui frappa l'Amérique, puis le monde, en 1929. Mais, c'est d'abord à l'importance de la famille puritaine que s'attaque Kazan et donc d'une certaine façon à tout un pan du modèle social américain encore solidement en place dans les années 60. Deanie et Bud qui ne partagent pas le même milieu social sont sommés par leur famille respective de ne pas consommer leur amour avant l'acte sacré du mariage. A partir de cette trame narrative qui nous semble bien passéiste aujourd'hui, le film montre les déchirements de ce jeune couple dont l'amour finit par s'étioler, conduisant la jeune fille aux rivages de la folie. Comme le très récent film de Paul Thomas Anderson, There will be blood, La fièvre dans le sang, outre qu'il évoque l'or noir, met en scène l'opposition entre réussite matérielle, appât du gain  et désillusions sentimentales et finalement solitude extrême.  
On pourra consulter à profit une excellente critique de ce film sur le site Critikat, signée Clément Graminiès : "Produit et réalisé en 1961, La Fièvre dans le sang est probablement le film le plus accompli d’Elia Kazan. Intense et mélancolique, cette œuvre au technicolor flamboyant marque la consécration d’une jeune actrice trop vite disparue : Natalie Wood. Histoire d’un amour passionné mais non consommé, La Fièvre dans le sang est aussi le témoignage d’une époque - la frénésie pré-crise boursière d’octobre 1929 - où les valeurs matérielles prenaient le pas sur l’épanouissement personnel. (...) Si une bouleversante mélancolie enveloppe progressivement le film, notamment lors de ses dernières scènes, c’est que La Fièvre dans le sang est avant tout un film sur l’apprentissage et les désillusions, d’une violence psychologique qui n’aurait rien à envier aux drames de Tennessee Williams."

Partager cet article

Repost 0
Published by G.SABATIER - dans ARCHIVES FILMS A VOIR
commenter cet article

commentaires

HISTOIREGEOCRPE Archives

Les-archives-nationales