Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Le blog Histoiregeoenforce
  •   Le blog Histoiregeoenforce
  • : Blog qui peut être utile pour l'enseignement de l'histoire et de la géographie au lycée et ailleurs...
  • Contact

PREAMBULE

UN BLOG PARMI D'AUTRES POUR FACILITER LES RELATIONS, LES ECHANGES AVEC LES HEUREUX JEUNES GENS QUI ONT LE PLAISIR DE SUPPORTER G. SABATIER QUELQUES HEURES PAR SEMAINE ! QUE LA FORCE SOIT AVEC CEUX QUI CONTRIBUERONT A CE BLOG ET A CELUI QUI TENTERA DE LE FAIRE VIVRE !  POUR QUE TOUS SUIVENT LA ROUTE DE L'HISTOIRE-GEOGRAPHIE

Un bout de chemin ensemble...  (photo personnelle - 2005)

PASSANTS DU BLOG

30 novembre 2008 7 30 /11 /novembre /2008 12:31

Aujourd'hui, on se complait beaucoup à convoquer le passé pour servir le présent. Quoiqu'on en pense, c'est là une tentation ancienne, souvent issue d'une commande politique, qui consiste à trouver dans l'histoire des éléments non pour comprendre le présent mais le façonner tel qu'on souhaiterait qu'il soit. Cette démarche présente quelques dangers que des historiens ont notamment mis en lumière en créant un comité de vigilance face aux usages publics de l'histoire (cvuph).

 

Prenons un texte quelconque comme celui-ci : "Que peut-il ? Tout. Qu'a-t-il fait ? Rien. Avec cette pleine puissance, en huit mois un homme de génie eût changé la face de la France, de l'Europe peut-être. Seulement voilà, il a pris la France et n'en sait rien faire. Dieu sait pourtant que le Président se démène : il fait rage, il touche à tout, il court après les projets ; ne pouvant créer, il décrète ; il cherche à donner le change sur sa nullité. C'est le mouvement perpétuel ; mais, hélas ! cette roue tourne à vide.L'homme qui, après sa prise du pouvoir a épousé une princesse étrangère est un carriériste avantageux. Il aime la gloriole, les paillettes, les grands mots, ce qui sonne, ce qui brille, toutes les verroteries du pouvoir. Il a pour lui l'argent, l'agio, la banque, la Bourse, le coffre-fort. Il a des caprices, il faut qu'il les satisfasse. Quand on mesure l'homme et qu'on le trouve si petit et qu'ensuite on mesure le succès et qu'on le trouve énorme, il est impossible que l'esprit n'éprouve pas quelque surprise. On y ajoutera le cynisme car, la France, il la foule aux pieds, lui rit au nez, la brave, la nie, l'insulte et la bafoue ! Triste spectacle que celui du galop, à travers l'absurde, d'un homme médiocre échappé ".

 L'auteur de ce pamphlet à charge est un écrivain des plus célèbres : il s'agit de Victor Hugo, évoquant en 1851, année du coup d'Etat qui mit fin à la IIe République celui qui avait remporté l'élection présidentielle de décembre 1848, Louis-Napoléon Bonaparte, le futur Napoléon III, qu'il baptisa à travers le titre de son ouvrage, Napoléon Le Petit, ce qui lui valut d'être condamné à l'exil pendant une vingtaine d'années, de Bruxelles à Guernesey.

   Napoléon III par le photographe Nadar

 

La citation ci-dessus devrait suffir à montrer les dangers d'une trop grande collusion entre passé et présent à ceux qui veulent trop se servir de l'histoire pour en faire autre chose que ce qu'elle doit être.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

HISTOIREGEOCRPE Archives

Les-archives-nationales