Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Le blog Histoiregeoenforce
  •   Le blog Histoiregeoenforce
  • : Blog qui peut être utile pour l'enseignement de l'histoire et de la géographie au lycée et ailleurs...
  • Contact

PREAMBULE

UN BLOG PARMI D'AUTRES POUR FACILITER LES RELATIONS, LES ECHANGES AVEC LES HEUREUX JEUNES GENS QUI ONT LE PLAISIR DE SUPPORTER G. SABATIER QUELQUES HEURES PAR SEMAINE ! QUE LA FORCE SOIT AVEC CEUX QUI CONTRIBUERONT A CE BLOG ET A CELUI QUI TENTERA DE LE FAIRE VIVRE !  POUR QUE TOUS SUIVENT LA ROUTE DE L'HISTOIRE-GEOGRAPHIE

Un bout de chemin ensemble...  (photo personnelle - 2005)

PASSANTS DU BLOG

2 mai 2009 6 02 /05 /mai /2009 19:24

SEMAINE DU 25 AVRIL AU 1er MAI

 
Big Odessa
           Le film des cinéphiles par excellence (avec Citizen Kane d'Orson Welles), celui à qui Brian de Palma rendit hommage dans les Incorruptibles, Le Cuirassé Potemkine de Sergueï M. Eisenstein sera diffusé lundi 27 avril à partir de 23 heures 30 par Arte. A connaître et pas seulement pour l'histoire du cinéma. 

On ne peut que saluer Arte qui ose encore nous proposer les plus grands films du cinéma en noir et blanc et muet dans ses séances nocturnes. 
Il faudra, certes, faire un effort dans la nuit de lundi à mardi, mais qui vaudra le détour car l'occasion nous est donnée de revoir le classique des classiques, réalisé en 1925 par le maître du cinéma soviétique, Eisenstein : Le Cuirassé Potemkine, un film, comme on qualifie aussi les quelques chefs d'oeuvre de la littérature, indispensable.
Le sujet est la mutinerie des marins du Potemkine, un cuirassé appartenant à l'armée russe, baignant dans les eaux d'Odessa en 1905. Oeuvre de commande, pour un jeune réalisateur de 27 ans, le film a été réalisé pour commémorer le vingtième anniversaire d'un événement précurseur des révolutions de 1917. Le Cuirassé Potemkine devait être une oeuvre grandiose et épique, une gigantesque fresque historique retraçant les divers moments forts de ces soulèvements. Eisenstein et sa collaboratrice Nina Agadjanova-Choutko avaient conçu un scénario ambitieux qui évoquait les guerres et conflits de Moscou, Saint-Pétersbourg, Sébastopol ainsi que de nombreuses autres villes jusqu’aux frontières du Caucase et du Moyen-Orient. Mais, Eisenstein dut rabaisser ses ambitions et décida de porter toute son attention au soulèvement authentique de la mutinerie des matelots du cuirassé Potemkine et de l’appui de la population de la ville portuaire d’Odessa, sévèrement réprimée par l’armée cosaque. Telle une tragédie, l'oeuvre est construite en cinq actes. Le premier acte, l’exposition, nous montre les conditions indigentes de l’équipage du Potemkine réduit à manger de la viande avariée. Le second, la mutinerie, nous montre la révolte et la prise de possesion, dans la violence, du bateau et des officiers. Au troisième acte, le Potemkine fait escale à Odessa où la population sympathise avec les mutins et manifeste son appui. Le quatrième acte, en réponse au second, fait intervenir l’armée cosaque, qui tire sauvagement dans la foule en déroute dans la légendaire scène des escaliers d’Odessa. C'est cet acte qui entra dans la légende du cinéma avec la fameuse scène du landau dévalant les marches des escaliers d'Odessa. Eisenstein y fit preuve de sa science extraordinaire du montage mais aussi du cadrage. Le dénouement, le cinquième acte, enfin, montre le Potemkine de retour en mer, où un escadron l’attend pour le couler. Mais celui-ci, contre toute attente, refuse de tirer, et l’armée se solidarise avec les insurgés, complétant cet épisode en un appel lyrique à la Révolution, bien dans l'esprit des années 20 où la glorification des événements révolutionnaires était au programme des dirigeants de la nouvelle URSS. D'ailleurs, deux ans plus tard, en 1927, pour le dixième anniversaire des événements, Eisenstein fut prié de rappeler les grands gestes de la révolution de 1917 dans un autre film inoubliable, Octobre.

Partager cet article

Repost 0
Published by G. SABATIER - dans ARCHIVES FILMS A VOIR
commenter cet article

commentaires

HISTOIREGEOCRPE Archives

Les-archives-nationales