Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Le blog Histoiregeoenforce
  •   Le blog Histoiregeoenforce
  • : Blog qui peut être utile pour l'enseignement de l'histoire et de la géographie au lycée et ailleurs...
  • Contact

PREAMBULE

UN BLOG PARMI D'AUTRES POUR FACILITER LES RELATIONS, LES ECHANGES AVEC LES HEUREUX JEUNES GENS QUI ONT LE PLAISIR DE SUPPORTER G. SABATIER QUELQUES HEURES PAR SEMAINE ! QUE LA FORCE SOIT AVEC CEUX QUI CONTRIBUERONT A CE BLOG ET A CELUI QUI TENTERA DE LE FAIRE VIVRE !  POUR QUE TOUS SUIVENT LA ROUTE DE L'HISTOIRE-GEOGRAPHIE

Un bout de chemin ensemble...  (photo personnelle - 2005)

PASSANTS DU BLOG

14 juin 2009 7 14 /06 /juin /2009 19:01

SEMAINE DU 6 AU 12 JUIN

Le train sifflera trois fois... 

             Le tout premier film sur la Résistance : La bataille du rail de René Clément (1946) évoque, quelques mois après la fin de la seconde guerre mondiale, le rôle actif joué par les cheminots, notamment lors des sabotages contre l'Occupant allemand. Un film qui a parfois des allures de documentaire, interprété en partie par des acteurs non professionnels.

   

Il est de tradition, début juin, que la télévision publique nous présente des oeuvres cinématographiques évoquant de près ou de loin la Libération du territoire français à partir de 1944, notamment à travers l'un de ses épisodes fondateurs, le débarquement allié en Normandie le 6 juin. Les cérémonies officielles du 65ème anniversaire de cet événément, dont l'intérêt cette année est relancé par la présence du nouveau président américain, inspirent certainement les programmateurs télé. Nous n'aurons pas droit toutefois au Jour le plus long ou Il faut sauver le soldat Ryan. Mais, France 2, dans la nuit de mardi à mercredi 10 juin, à 0 heure 20, nous propose de voir ou revoir La bataille du rail de René Clément (1946). Ce film remporta le prix international du Jury du tout jeune festival de Cannes en 1946. Si le débarquement allié en Normandie n'est pas le centre du film, il tient tout de même une place importante dans l'intrigue.  Le film commence au début de l'Occupation et se termine sur la Libération. La structure narrative principale se penche autour des travailleurs de chemin de fer qui tentent de saboter un train allemand, le convoi Apfelkera, en direction de la Normandie, rempli de munitions. Au péril de leur vie, les résistants de la S.N.C.F. luttent, en effet, de toutes leurs forces pour gêner l’occupant. . Pour que les Allemands n’atteignent pas la côte normande, les cheminots vont empêcher d’arriver sur le front ouest en le faisant sauter.
L'intérêt du film de René Clément réside surtout dans son aspect quasi documentaire, proche en cela des films néo-réalistes italiens de la même époque, genre qui affecta la péninsule mais ne traversa pourtant guère la chaîne des Alpes ! Ainsi, René Clément fit-il appel à quelques acteurs non-professionnels, ayant participé réellement aux actions de résistance, pour tourner son film. Cet article d'un blog mentionne par exemple la participation d'André Miller, cheminot de son état, à la réalisation du film. Mais, l'action n'est pas pour autant reléguée au second plan, bien au contraire.  René Clément réalisa, entre autres, une scène particulièrement spectaculaire au moyen de plusieurs caméras : celle du déraillement du train allemand accompagnant dans sa chute un tank. La suite du film nous montre que,  pour punir la Résistance, les Allemands, en représailles, décidèrent de fusiller des otages. On voit et entend alors un train sifflant, montrant la protestation des travailleurs de chemin de fer face à cet acte ignoble. Un véritable acte de résistance où l'héroïsme s'efface devant l'émotion.

Partager cet article

Repost 0
Published by G. SABATIER - dans ARCHIVES FILMS A VOIR
commenter cet article

commentaires

HISTOIREGEOCRPE Archives

Les-archives-nationales