Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Le blog Histoiregeoenforce
  •   Le blog Histoiregeoenforce
  • : Blog qui peut être utile pour l'enseignement de l'histoire et de la géographie au lycée et ailleurs...
  • Contact

PREAMBULE

UN BLOG PARMI D'AUTRES POUR FACILITER LES RELATIONS, LES ECHANGES AVEC LES HEUREUX JEUNES GENS QUI ONT LE PLAISIR DE SUPPORTER G. SABATIER QUELQUES HEURES PAR SEMAINE ! QUE LA FORCE SOIT AVEC CEUX QUI CONTRIBUERONT A CE BLOG ET A CELUI QUI TENTERA DE LE FAIRE VIVRE !  POUR QUE TOUS SUIVENT LA ROUTE DE L'HISTOIRE-GEOGRAPHIE

Un bout de chemin ensemble...  (photo personnelle - 2005)

PASSANTS DU BLOG

19 juillet 2009 7 19 /07 /juillet /2009 18:13
SEMAINE DU 11 AU 17 JUILLET

Space Space Opera
Un étrange opéra spatial dans la nuit du mardi 14 juillet sur France 2 à partir de 0 heure 25, un film futuriste rattrapé désormais par l'histoire, comme le fut en son temps 1984, le célèbre roman de G. Orwell : 2001, l'Odyssée de l' espace de Kubrick. Loin des feux d'artifices des films de science fiction, l'oeuvre de Kubrick privilégie la métaphysique aux effets spéciaux, ce qui n'est pas plus mal !


Stanley Kubrick, à l'honneur cette semaine, après la diffusion de Shining sur France 3, samedi 11 juillet, est le cinéaste qui a le plus revisité tous les genres cinématographiques. Et ce n'est pas 2001, l'Odyssée de l'espace, tourné en 1968, au moment des grands faits d'armes de la conquête spatiale, qui déroge à cette règle. Kubrick se démarque, en effet, complètement des films de science-fiction tournés à son époque (la fin des années 60). Dans le contexte de la guerre froide, ces films partaient souvent du postulat que la galaxie contenait d'autres civilisations que l'espèce humaine, souvent menaçantes et implicitement assimilées aux vilains communistes avides d'en découdre avec les gentils américains. Ce n'est pas du tout de cela dont il est question dans le film de Kubrick, qui ne montre aucune forme de civilisation différente des terriens, alors que le danger semble pourtant omniprésent pour les astronautes dans l'espace. La seule trace symbolique d'une civilisation extérieure à l'homme est réduite à un monolithe noir qui apparaît 4 fois dans le film. C’est cet étrange objet qui fait passer l’intrigue de l’une à l’autre partie du film. C’est d’abord un singe, dans des temps préhistoriques, qui s’en approche avec respect puis découvre l’usage de l’os comme arme, premier pas d’une domination technique des espèces humaines sur le monde. Avec cet objet, il tue un autre singe sans véritablement l’avoir voulu. Kubrick nous rappelle là que tout progrès de l’espèce n’est possible que lorsque les instincts de l’homme sont satisfaits et notamment son instinct de puissance. Le monolithe réapparaît ensuite sur la lune en émettant des signaux étranges qui deviennent l’objet d’études des astronautes. Son côté intrigant pousse la recherche et semble être à l’origine de l’expédition vers Jupiter. Il revient ensuite dans le ciel de Jupiter pour réapparaître dans l’au-delà où arrive le cosmonaute Bowman et constitue le prélude à la renaissance de l’astronaute sous forme de foetus. Le monolithe est donc à chaque fois le moteur de l’espèce humaine, peut-être une image de la divinité. Ce qui a fait la force du film de Kubrick, qui exige, notamment dans sa partie finale, des efforts très grands du spectacteur pour ne pas sombrer dans un profond sommeil (surtout au regard de l'horaire tardif de sa diffusion), c'est de ne pas succomber à la tentation de multiplier les petits hommes verts mais de présenter une interrogation métaphysique sur l’exitence. L’ouverture du film avec le poème symphonique de Richard Strauss Ainsi parlait Zarathoustra fait ainsi référence à Nietzsche et à son éternel retour. De fait, le film se clot par un fœtus qui apparaît et forme un deuxième globe face à la terre. Un final à la hauteur de cet étrange opéra de l'espace.

Partager cet article

Repost 0
Published by G. SABATIER - dans ARCHIVES FILMS A VOIR
commenter cet article

commentaires

HISTOIREGEOCRPE Archives

Les-archives-nationales