Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Le blog Histoiregeoenforce
  •   Le blog Histoiregeoenforce
  • : Blog qui peut être utile pour l'enseignement de l'histoire et de la géographie au lycée et ailleurs...
  • Contact

PREAMBULE

UN BLOG PARMI D'AUTRES POUR FACILITER LES RELATIONS, LES ECHANGES AVEC LES HEUREUX JEUNES GENS QUI ONT LE PLAISIR DE SUPPORTER G. SABATIER QUELQUES HEURES PAR SEMAINE ! QUE LA FORCE SOIT AVEC CEUX QUI CONTRIBUERONT A CE BLOG ET A CELUI QUI TENTERA DE LE FAIRE VIVRE !  POUR QUE TOUS SUIVENT LA ROUTE DE L'HISTOIRE-GEOGRAPHIE

Un bout de chemin ensemble...  (photo personnelle - 2005)

PASSANTS DU BLOG

9 janvier 2011 7 09 /01 /janvier /2011 18:32

Depuis quelques années, de manière régulière, les médias évoquent les tentatives d'entrée souvent désespérées dans le territoire de l'U.E via d'Africains fuyant la misère, parfois la répression de leur continent... Le territoire espagnol est particulièrement concerné par ce phénomène d'immigration illégale que les autorités s'efforcent d'annihiler ou du moins de limiter. C'est une des conséquences méconnues des accords de Schengen (1991) qui tout en prévoyant la libre circulation des hommes et des marchandises entre les états signataires, prévoyaient aussi un renforcement des contrôles aux frontières de l'U.E.

L'enclave espagnole de Melilla avec son port. Une lecture attentive de l'image fait apparaître clairement les discontinuités géographiques avec les axes de communication et une limite séparant le territoire espagnol de l'arrière pays. On voit ainsi que la partie la plus au Sud du port se rattache au Maroc, séparée par un cordon vert de la partie espagnole. Site : Google Earth

 

Ci-dessous une vue du grillage matérialisant en fait  la frontière que l'on apercevait dans l'image du haut entre l'Europe et le Maroc. Site : Google Images

Par sa position périphérique et par la situation particulière de certains de ses territoires (îles Canaries, Ceuta, Melilla, détroit de Gibraltar), l'Espagne, tout comme l'Italie, mais aussi la France de l'Outre-mer, notamment la Guyane, mais aussi la Corse sont affectées par ces déplacements de population.

Les îles Canaries au large du continent africain, la distance mesurée d'après le site Google Earth fait apparaître 105 km entre les côtes africaines et le rivage des Canaries, c'est dire l'importance des risques pris par ceux qui se lancent dans une traversée très incertaine. Image : site Google Earth

      
Le choc est d'autant plus grand, dans un lieu comme les Iles Canaries, que ce phénomène est concomittant de l'exploitation touristique de l'espace. Le débarquement sur les plages des Canaries des embarcations sommaires où s'entassent les candidats à l'immigration renvoient une image bien dérangeante d'un lieu que l'on souhaiterait plus attractif pour la clientèle touristique européenne.

       Sur l'île de Lobos, la plus proche des côtes africaines, on peut voir l'implantation d'une station touristique avec ses hôtels, sa plage et ses voies de communication. Image site Google Earth

 

  Ainsi, en mai 2007, le journal français Le Figaro, titrait : "les Canaries, prises d'assaut par les clandestins", titre rappelant métaphoriquement l'attaque subie par la  citadelle européenne que beaucoup espèrent pour ces populations du Sud inatteignable. L'article rappelait également que les émigrants venaient de toute l'Afrique occidentale : Mauritanie, Sénégal... embarqués dans des bateaux de fortune, appelés cayucos (nommés naguère pateras).

Cayuco venu d'Afrique subsaharienne, site Latinreporters.com


Il y a 4-5 ans, les passages s'effectuaient surtout par l'étroit détroit de Gibraltar (14 km séparant l'Afrique de l'Europe), désormais avec un renforcement des moyens de surveillance, les émigrants tentent de gagner l'Europe en se lançant dans de très risquées traversées de l'Atlantique, les Canaries se trouvant à plus d'une centaine de kilomètres des côtes africaines. Le péril est grand et outre la probabilité forte d'être arrêtés par les autorités espagnoles, c'est bien leur vie que mettent en jeu ces migrants. Ainsi, les ïles Canaries seraient devenues le 2ème lieu de passage pour atteindre l'Europe via l'Espagne, selon R.F.I. Un excellent dossier peut être consulté sur le site de R.F.I. En voici un court extrait : Un rapport de la police espagnole évalue à plus de 10 000 le nombre de candidats africains à l’émigration vers l’Europe actuellement massés en Mauritanie et au Sahara occidental. Mardi, le préfet des Canaries a affirmé, sur la radio espagnole Cadena Ser, que les filières d’émigration clandestine d’Afrique vers les Canaries partaient désormais de Mauritanie plutôt que des côtes du Sahara occidental. Selon le coordinateur du Croissant-Rouge mauritanien, Ahmedou Ould Haye, « entre novembre 2005 et aujourd’hui, 1 200 à 1 300 personnes ont perdu la vie en mer en essayant d’atteindre les Canaries ». Il estime qu’entre 700 et 800 personnes tentent la traversée chaque jour et que 40% des bateaux qui prennent la mer font naufrage. « Le voyage est pré-financé par des réseaux bien implantés, aussi bien en Mauritanie que dans les pays subsahariens et européens de destination », précise-t-il. Repoussés des enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla (Nord du Maroc), dissuadés par le renforcement des contrôles hispano-marocains dans le détroit de Gibraltar, les émigrants africains tentent de plus en plus de gagner l’archipel des Canaries à partir de la Mauritanie. Source : RFI.

Plus récemment, en janvier 2010, c'est la Corse qui fut concernée par l'arrivée de migrants clandestins dont l'origine n'était pas seulement africaine mais concernait aussi le Proche et Moyen-Orient, montrant ainsi que ces flux s'effectuaient à des échelles beaucoup plus larges qu'il y a encore une dizaine d'années.  

Partager cet article

Repost 0

commentaires

HISTOIREGEOCRPE Archives

Les-archives-nationales