Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Le blog Histoiregeoenforce
  •   Le blog Histoiregeoenforce
  • : Blog qui peut être utile pour l'enseignement de l'histoire et de la géographie au lycée et ailleurs...
  • Contact

PREAMBULE

UN BLOG PARMI D'AUTRES POUR FACILITER LES RELATIONS, LES ECHANGES AVEC LES HEUREUX JEUNES GENS QUI ONT LE PLAISIR DE SUPPORTER G. SABATIER QUELQUES HEURES PAR SEMAINE ! QUE LA FORCE SOIT AVEC CEUX QUI CONTRIBUERONT A CE BLOG ET A CELUI QUI TENTERA DE LE FAIRE VIVRE !  POUR QUE TOUS SUIVENT LA ROUTE DE L'HISTOIRE-GEOGRAPHIE

Un bout de chemin ensemble...  (photo personnelle - 2005)

PASSANTS DU BLOG

19 juin 2007 2 19 /06 /juin /2007 18:46

Le sujet mineure d'histoire du baccalauréat 2007, dont l'un des textes portait sur les débats au sein des Républicains français autour de la conquête coloniale, a soulevé certaines remarques de collègues, comme celle de Michel Renard, du lycée de Saint-Chamond, qui reproche au sujet d'avoir une vue partielle et partiale de ces débats. Je vous invite à prendre connaissance de ses remarques argumentées par rapport au sujet donné.

Dans mon article à chaud commentant les sujets 2007, je mettais en valeur l'intérêt de ce document, qui permettait d'appréhender les conflits d'idées à la fin du XIXe siècle sur un sujet qui ne cesse de questionner le présent. Evidemment, rien ne vaut une lecture exhaustive de ces débats, dont j'ai souligné la publication récente dans un ouvrage bon marché. On y aperçoit la complexité de ces conflits qui montrent que Ferry et Clemenceau (et d'autres aussi) n'étaient pas aussi opposés que le montraient les extraits de textes choisis.

Pour compléter, sans nécessairement la remettre en cause l'argumentation de notre collègue, l'épreuve mineure du bac est une épreuve conçue pour une durée d'une heure environ qui ne favorise sans doute pas l'art de la nuance historique, auquel est légitimement attaché tout professeur d'histoire. D'autre part, le public visé n'est pas, surtout en série S, même si l'on peut rencontrer de réjouissantes exceptions, un public qui se destine à des études approfondies d'histoire. L'horaire imparti à l'histoire-géographie, 2 heures 30 par semaine, pour ma part cette année, n'invite pas, hélas !, à entrer souvent dans la profondeur de l'analyse historique. Pour m'être entretenu au sujet de ce texte avec quelques élèves lors du (succulent et très convivial) repas de classe du 18 juin, j'ai pu entendre certains dire qu'ils avaient été sensibles au fait qu'on leur propose un document permettant de montrer l'existence de débats sur la question coloniale à la fin du XIXe siècle. Nul ne peut nier que la République a bien été questionnée, dans ses fondements idéologiques, par la conquête coloniale. C'est d'ailleurs tout un pan de l'historiographie actuelle, avec notamment La République coloniale, de Nicolas Bancel, Pascal Blanchard et Françoise Vergès.

 

En tout état de cause et quelles que soient les imperfections relevées avec brio par notre collègue, les élèves ne doivent pas se sentir pénalisés par un débat qui affecte la communauté enseignante et qui a le mérite de poser le problème du rapport entre l'histoire savante ou scientifique et l'histoire enseignée, qui, comme le sous-entend notre collègue, n'a pas à être une histoire approximative.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

HISTOIREGEOCRPE Archives

Les-archives-nationales