Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Le blog Histoiregeoenforce
  •   Le blog Histoiregeoenforce
  • : Blog qui peut être utile pour l'enseignement de l'histoire et de la géographie au lycée et ailleurs...
  • Contact

PREAMBULE

UN BLOG PARMI D'AUTRES POUR FACILITER LES RELATIONS, LES ECHANGES AVEC LES HEUREUX JEUNES GENS QUI ONT LE PLAISIR DE SUPPORTER G. SABATIER QUELQUES HEURES PAR SEMAINE ! QUE LA FORCE SOIT AVEC CEUX QUI CONTRIBUERONT A CE BLOG ET A CELUI QUI TENTERA DE LE FAIRE VIVRE !  POUR QUE TOUS SUIVENT LA ROUTE DE L'HISTOIRE-GEOGRAPHIE

Un bout de chemin ensemble...  (photo personnelle - 2005)

PASSANTS DU BLOG

29 mai 2014 4 29 /05 /mai /2014 13:01
SEMAINE DU 31 MAI AU 6 JUIN 

 

Le livre, la véritable boîte noire

 

  blackbook.jpegVous pensiez réduire Paul Verhoeven à Robocop ou encore Starship Troopers, sans parler de Basic Instinct... et le voilà qu'il vous plonge en pleine Histoire, avec son évocation glaciale de la Seconde Guerre Mondiale grâce à Black Book,  à ne rater sous aucun prétexte sur Chérie 25, jeudi 5 juin, à partir de 20 heures 45. 

 

 

 

Black Book appartient à la catégorie de ces films qui furent honteusement distribués à leur sortie, alors qu'il constituait pourtant un authentique chef d'oeuvre. Ainsi, sa diffusion dans la région stéphanoise, lors de sa sortie, en 2006, n'a pas dû excéder une quinzaine de jours, si ce n'est une seule semaine. Qu'on le retrouve quelques années plus tard diffusé par une obscure chaîne commerciale de la télévision numérique, pas forcément réputée pour la haute tenue de sa programmation ciné, à une heure de grande écoute, a de quoi surprendre mais aussi réjouir. 

 

Black Book est d'abord un retour aux sources dans la carrière de Verhoeven qui renouait par ce joyau avec le cinéma européen et néerlandais en particulier qu'il avait délaissé pour les ors d'Hollywood. L'action se déroule, elle aussi, aux Pays-Bas, à La Haye, précisément, où Rachel, une jeune juive rescapée de la déportation vers les centres de mise à mort (rappelons que 3/4 des Juifs néerlandais disparurent avec le génocide), s'engage dans la Résistance. Artiste, elle doit séduire un capitaine allemand travaillant dans les renseignements, afin de délivrer le fils d'un des chefs de la Résistance que les Nazis ont pris en otage. 


Remarquable film à suspense, brillant par sa capacité à plonger le spectateur dans l'action et l'effroi,  Black Book s'ingénie, constamment, à rendre floues les limites entre le bien et le mal. En ce sens, il serait l'antithèse pour ne pas dire l'antidote à des productions cinématographiques plus récentes, comme le navrant La Rafle, bien dans l'air du temps politique, consistant à transformer l'histoire en pathos sans stimuler la moindre once d'esprit critique.

 

Dans Black Book,  le mal est au centre de tout, c'est l'extermination d'un peuple de manière programmée et concertée. Mais, ce point central n'est jamais montré au spectateur, tout en faisant partie intégrante de l'action (qui se déroule essentiellement en 1944, c'est à dire lorsque la plupart des centres de mise à mort ne fonctionnent déjà plus). Le mal se distille pourtant dans la conscience de tous les personnages et provoque en eux des réactions qui dépassent leur simple appartenance à leur camp initial (les Nazis, les Résistants, les Juifs).

 

Le critique Jacques Mandelbaum, dans Le Monde, évoquait en ces termes cette magnifique oeuvre : "d'une époque invraisemblable, Verhoeven se réapproprie l'invraisemblable, en la mettant tout entière au service d'une croyance artistique en vertu de laquelle une résistante juive et un officier nazi peuvent effectivement tomber dans les bras l'un de l'autre, pour la simple raison qu'ils sont faits de la même chair. Cette leçon d'humanité et d'inquiétude se situe dans le sillage de quelques rares chefs d'oeuvre qui se sont digniment confrontés à cette histoire, Le Dictateur de Chaplin, To be or not to Be de Lubitsch ou Monsieur Klein de Losey". 

Entre le clair et l'obscur, c'est incontestablement le deuxième qui domine ce chef d'oeuvre de Verhoeven, très sous-estimé mais à découvrir absolument.

Entre le clair et l'obscur, c'est incontestablement le deuxième qui domine ce chef d'oeuvre de Verhoeven, très sous-estimé mais à découvrir absolument.

Partager cet article

Repost 0
Published by G. SABATIER - dans ARCHIVES FILMS A VOIR
commenter cet article

commentaires

HISTOIREGEOCRPE Archives

Les-archives-nationales