Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Le blog Histoiregeoenforce
  •   Le blog Histoiregeoenforce
  • : Blog qui peut être utile pour l'enseignement de l'histoire et de la géographie au lycée et ailleurs...
  • Contact

PREAMBULE

UN BLOG PARMI D'AUTRES POUR FACILITER LES RELATIONS, LES ECHANGES AVEC LES HEUREUX JEUNES GENS QUI ONT LE PLAISIR DE SUPPORTER G. SABATIER QUELQUES HEURES PAR SEMAINE ! QUE LA FORCE SOIT AVEC CEUX QUI CONTRIBUERONT A CE BLOG ET A CELUI QUI TENTERA DE LE FAIRE VIVRE !  POUR QUE TOUS SUIVENT LA ROUTE DE L'HISTOIRE-GEOGRAPHIE

Un bout de chemin ensemble...  (photo personnelle - 2005)

PASSANTS DU BLOG

15 octobre 2011 6 15 /10 /octobre /2011 22:16

Voici un plan détaillé pour la réponse organisée. Le contenu part de l'étude documentaire mais aussi de connaissances supplémentaires, vues notamment en classe. 

 

Deuxième partie : réponse organisée et argumentée (à la problématique)

INTRODUCTION : Le bassin méditerranéen, vaste espace compris du détroit de Gibraltar à l’Ouest aux détroits de la Mer Noire et au Proche Orient à l’Est, est souvent considéré comme une zone d’interface, autrement dit, de contacts entre des ensembles géographiques différents. Les zones d’interface sont aussi des zones d’échanges importants qui peuvent permettre de développer les relations entre les pays et donc stimuler les échanges, ce qui est le signe d’une économie mondialisée. Mais peut-on dire que cet espace du bassin méditerranéen est bien un lieu de la mondialisation ?


 I UN ESPACE D’ECHANGES APPAREMMENT OUVERT SUR LE MONDE

a.      des pays membres de la Triade ont des littoraux dans cette zone : Espagne, France, Italie.

b.      Volonté politique de certains pays du Sud de s’ouvrir aux capitaux, aux entreprises, aux flux touristiques étrangers. C’est le cas de la Tunisie, du Maroc, de la Turquie... Il y a donc intervention de l’Etat qui décide ou non d’intégrer son pays au système monde.

c.      Des flux qui se renforcent :

                                               i.     Marchandises : exportation de pétrole du Sud vers le Nord, agriculture commerciale dans les vallées marocaines ou algériennes, délocalisations d’activités au Sud (« pays-ateliers » pour le textile, la chaussure…). Implantations de firmes étrangères (Vivendi au Maroc)

                                              ii.     Flux humains : tourisme du Nord vers le Sud avec le devt des stations balnéaires, des infrastructures de transport. Immigration souvent illégale du Sud vers le Nord, notamment vers les frontières de l’U.E (Maroc/Espagne).

d. Des espaces locaux transformés par la mondialisation : des ports avec des zones industrielles, des parcs d’activités comme à Bizerte en Tunisie, des exploitations agricoles irriguées pour l’exportation de produits vers l’Europe (fruits, légumes) et surtout des stations balnéaires qui renforcent l’urbanisation des littoraux, transforment radicalement la physionomie des espaces côtiers (littoral tunisien par exemple).

Transition : une amorce d’ouverture et de mondialisation mais qui reste à l’échelle mondiale assez marginale. Si le bassin méditerranéen a été un lieu d’intenses échanges dans le passé (jusqu’aux Grandes Découvertes) ce n’est plus tellement le cas aujourd’hui.

 

II UN ESPACE ENCORE A L’ECART DES GRANDS ECHANGES MONDIAUX

a.      un morcellement important hérité de l’histoire, des différences culturelles, religieuses qui se traduisent parfois par des tensions importantes ou par des actes terroristes (attentats à Djerba, au Maroc, en Espagne et Israël…). La mondialisation est plutôt un mouvement inverse qui vise à une uniformisation.

b.      peu de commerce entre les pays du Sud qui ne s’échangent pas de produits entre eux ou très peu. Même le commerce intrazone est particulièrement faible.

c.      Un espace peu dynamique au niveau du commerce mondial, par rapport à d’autres, situés plus au Nord (Europe du Nord-Ouest avec la mégalopole). Le centre de gravité des échanges mondiaux s’est déplacé vers d’autres espaces.

d.      un inégal développement économique qui ne facilite pas toujours les échanges. Des pays très en retard qui sont peu ouverts sur l’extérieur : Syrie, Liban, Algérie (qui mise sur l’exportation de pétrole essentiellement). Des pays du Sud qui tentent de s’intégrer et s’ouvrent à l’économie de marché mais les pays riches sont ceux qui profitent de l’ouverture des frontières (exportations supérieures aux importations en valeur, sauf pour l’Algérie). Dans le même temps, ils se protègent du Sud en instaurant un contrôle très important aux frontières pour lutter contre les flux clandestins, les trafics illégaux (U.E). 


 CONCLUSION : un espace qui s’ouvre lentement, mais où les différences économiques, culturelles, politiques restent très importantes. Le Bassin méditerranéen n’est pas vraiment un lieu de la mondialisation. 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

HISTOIREGEOCRPE Archives

Les-archives-nationales