Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Le blog Histoiregeoenforce
  •   Le blog Histoiregeoenforce
  • : Blog qui peut être utile pour l'enseignement de l'histoire et de la géographie au lycée et ailleurs...
  • Contact

PREAMBULE

UN BLOG PARMI D'AUTRES POUR FACILITER LES RELATIONS, LES ECHANGES AVEC LES HEUREUX JEUNES GENS QUI ONT LE PLAISIR DE SUPPORTER G. SABATIER QUELQUES HEURES PAR SEMAINE ! QUE LA FORCE SOIT AVEC CEUX QUI CONTRIBUERONT A CE BLOG ET A CELUI QUI TENTERA DE LE FAIRE VIVRE !  POUR QUE TOUS SUIVENT LA ROUTE DE L'HISTOIRE-GEOGRAPHIE

Un bout de chemin ensemble...  (photo personnelle - 2005)

PASSANTS DU BLOG

25 août 2011 4 25 /08 /août /2011 19:46

Sujet de mineure de géographie : « L’évolution des paysages industriels en France ».
 
-Remarques préliminaires : rappels avant le concours :
            -bien analyser le sujet pour éviter tout hors sujet
            -écrire lisiblement (même si le temps presse)
            -faire attention à l’orthographe et à la rédaction (phrases parfois incorrectes…)
-penser dès que c’est possible à faire un croquis, tableau, schéma… (par ex ici, une carte localisant les différents types de paysages décrits)
 
-Remarques sur l’intitulé du sujet qui pose plusieurs séries de questions :
-le terme « évolution » est ambigu car il pousse à adopter un plan chronologique alors que le sujet est géographique.
=>à la lecture des copies, le plan chronologique étant le plus courant, il aurait été accepté, même si une approche plus géographique aurait été valorisée
-l’absence de dates renforce le pb : à quel moment commencer l’étude ? doit-on privilégier les mutations récentes ? 2 manières d’interpréter le sujet : brosser un tableau des paysages de chaque révolution industrielle ou bien insister sur les paysages actuels visibles issus en partie d’héritages et d’évolutions récentes ?
=>même remarque, après lecture des copies, les 2 approches auraient été admises en valorisant les copies qui mettent l’accent sur les paysages actuels
-le sujet porte sur les « paysages » qui ne sont que la composante visible des espaces industriels, ce qui limite singulièrement l’étude ; ainsi, le sujet ne porte pas sur les causes des localisations industrielles (ce qui ne veut pas dire qu’il ne faut pas localiser !)
 
-Eléments de réponse :
-un premier paragraphe peut présenter rapidement les principales raisons de l’évolution récente des paysages industriels liées à la mondialisation, à la littoralisation des activités, à la métropolisation, aux évolutions des techniques, aux volontés d’aménagement du territoire, à la désindustrialisation qui accompagne le processus de tertiarisation de l’économie depuis le milieu des années 70
 
-on décrira ensuite les divers types de paysages industriels et leurs facteurs d’évolution :
-les paysages des anciens « pays noirs » typiques des régions des 2 premières révolutions industrielles en particulier au NE mais aussi dans la région stéphanoise… (chevalements de mines, terrils, bâtiments en brique, toits rouges dissymétriques à double pente, cités ouvrières proches…) disparaissent avec les crises industrielles que ces régions ont subies. Des friches industrielles sont ainsi apparues sur ces anciens espaces industriels ou miniers abandonnés. Elles sont parfois reconverties mais souvent les nouvelles zones industrielles se localisent à côté (nécessité de dépollution des sites, autres logiques de localisation qui ne s’appuient pas sur les voies ferrées ou la voie d’eau mais sur la route…). Dans certains cas, on assiste à une réaffectation des espaces et des locaux par des activités tertiaires (soit modification radicale comme le parc Walibi – Schtroumpf sur les anciennes aciéries d’Hagondange ; soit réhabilitation des locaux comme le Parc Giron ou Manufrance ; soit conservation du paysage originel dans une optique muséale, par ex le musée de la mine de St Etienne)
            -les vastes zones industrielles liées à la 2nde révolution industrielle avec des usines immenses regroupant un grand nombre d’ouvriers correspondent soit à des implantations déjà anciennes (comme Michelin à Clermont-Ferrand, Peugeot à Sochaux, raffineries de Feyzin…), soit à des zones industrialo-portuaires (ZIP de Fos-sur-Mer, Dunkerque, Le Havre…) liées à la mondialisation des échanges. Par contre, celles situées à l’intérieur du tissu urbain ont disparu au cours des 2 dernières décennies (ex usine de Renault Billancourt).
            -la tendance récente est plutôt à la dissémination de petits parcs industriels plus diffus le plus souvent en zone périurbaine et parfois en zones rurales à proximité d’axes de communication rapides. La physionomie générale est radicalement différente de celle des usines anciennes (bâtiments à structure métallique, toits plats…).
            -les technopôles sont des zones industrielles d’un type particulier concentrant des industries de haute technologie travaillant en synergie avec des laboratoires de recherche et des universités. Les plus anciennes (Sophia Antipolis près de Nice, Meylan près de Grenoble) ont déjà plusieurs décennies. Sans contraintes majeures de localisation, on les trouve souvent au départ dans les espaces les plus attractifs, mais très vite toutes les grandes villes cherchent à s’en doter, en premier lieu Paris. Le paysage industriel est souvent marqué par une recherche architecturale.

Titre sommaire

Partager cet article

Repost 0
Published by G. SABATIER - dans HISTOIREGEOCRPE Archives
commenter cet article

commentaires

HISTOIREGEOCRPE Archives

Les-archives-nationales