Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Le blog Histoiregeoenforce
  •   Le blog Histoiregeoenforce
  • : Blog qui peut être utile pour l'enseignement de l'histoire et de la géographie au lycée et ailleurs...
  • Contact

PREAMBULE

UN BLOG PARMI D'AUTRES POUR FACILITER LES RELATIONS, LES ECHANGES AVEC LES HEUREUX JEUNES GENS QUI ONT LE PLAISIR DE SUPPORTER G. SABATIER QUELQUES HEURES PAR SEMAINE ! QUE LA FORCE SOIT AVEC CEUX QUI CONTRIBUERONT A CE BLOG ET A CELUI QUI TENTERA DE LE FAIRE VIVRE !  POUR QUE TOUS SUIVENT LA ROUTE DE L'HISTOIRE-GEOGRAPHIE

Un bout de chemin ensemble...  (photo personnelle - 2005)

PASSANTS DU BLOG

11 décembre 2011 7 11 /12 /décembre /2011 18:03
SEMAINE DU 3 AU 9 DECEMBRE
Série B ou Serial Killer 
 icroyablealligator.jpgUn véritable bestiaire cauchemardesque avait envahi à la fin des années 70 et au début des années 80 les écrans de cinéma américains... De la chair fraîche dans le contexte de la guerre fraîche !

  Film peu connu, L'incroyable Alligator de Lewis Teague, 1980, aura l'honneur d'une diffusion tardive, jeudi 8 décembre à partir de 0 heure 15 sur Arte. Considéré comme un film de Série B, cet objet cinématographique ne doit pas faire l'objet de dédain de notre part. Tout d'abord, il convient de rappeler que les films dits de série B sont parfois de véritables joyaux et non des films de second ordre. Comme pour les disques, qui autrefois, avaient une face A où se trouvait le titre majeur et une face B, le cinéma américain avait mis au point un système de diffusion permettant de visionner pour une séance deux films : le film tête d'affiche avec un gros budget et des acteurs célèbres et une autre production, dite mineure, la fameuse Série B, relevant fréquemment du film de genre, notamment science fiction et horreur. Ainsi, l'appellation "série B" est restée bien après ce système de diffusion et a servi à caractériser les films de second plan, sans vedette. L'Incroyable Alligator n'échappe pas à la règle, avec en têtes d'affiche, les peu connus Robert Forster, Robin Riker ou encore Michael Gazzo. 
 Son sujet et son scénario (un reptile terrorisant à lui seule une bourgade du Missouri) s'inscrivent dans le contexte du succès en 1975 d'un autre prédateur, un requin, qui avait cassé le box-office américain, dans Les Dents de la mer. C'est ainsi que toute une lignée de monstres aquatiques virent le jour pour menacer de la pire des manières qui soit l'espèce la plus géniale de la terre, à savoir l'homo sapiens americanus. Mais, à la fin des années 70 et au début des années 80, avant que n'émerge un Rambo guerrier et dévastateur, cette profusion d'attaques animales contre les protégés de l'Oncle Sam venait aussi rappeler que les Américains doutaient beaucoup de leurs propres forces. Ainsi, on verra dans nombre de scènes de l'Incroyable Alligator une remise en cause à base d'hémoglobine des piliers de la société américaine : la police, les hommes politiques ou encore les milieux d'affaires... qui ne manquent pas de passer sous les dents pointues du carnassier. En somme, nous aurons la chance de découvrir un film de série B à base d'effets spéciaux plus ou moins grotesques et improbables, masquant un discours quelque peu subversif. Un spectacle finalement jouissif, qui n'est pas sans rappeler les oeuvres du maître incontesté de la série B américaine, un certain John Carpenter ! 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gilles SABATIER - dans ARCHIVES FILMS A VOIR
commenter cet article

commentaires

HISTOIREGEOCRPE Archives

Les-archives-nationales