Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Le blog Histoiregeoenforce
  •   Le blog Histoiregeoenforce
  • : Blog qui peut être utile pour l'enseignement de l'histoire et de la géographie au lycée et ailleurs...
  • Contact

PREAMBULE

UN BLOG PARMI D'AUTRES POUR FACILITER LES RELATIONS, LES ECHANGES AVEC LES HEUREUX JEUNES GENS QUI ONT LE PLAISIR DE SUPPORTER G. SABATIER QUELQUES HEURES PAR SEMAINE ! QUE LA FORCE SOIT AVEC CEUX QUI CONTRIBUERONT A CE BLOG ET A CELUI QUI TENTERA DE LE FAIRE VIVRE !  POUR QUE TOUS SUIVENT LA ROUTE DE L'HISTOIRE-GEOGRAPHIE

Un bout de chemin ensemble...  (photo personnelle - 2005)

PASSANTS DU BLOG

11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 15:59
SEMAINE DU 3 AU 9 NOVEMBRE

Garance et les autres
  enfantsduparadis.jpg Au coeur d'une semaine riche en programmations de qualité, l'occasion est belle de profiter des vacances scolaires pour voir l'oeuvre somme du duo Carné-Prévert, Les enfants du paradis, qu'Arte a le courage de diffuser ce lundi 5 novembre à partir de 20 heures 40. Un film en noir et blanc de 1945 et d'une durée totale de plus de 3 heures ! 
.
Très médiatisé ces jours derniers, le film Les enfants du paradis de Marcel Carné fait, effectivement, l'objet d'un triple événement. D'abord sa réédition en DVD après restauration, ensuite de sa diffusion intégrale en prime time s'il vous plait, lundi 5 novembre sur Arte, et enfin d'une exposition à la cinémathèque de Paris. Tourné pendant l'Occupation, dès 1943, d'abord à Nice puis ensuite à Paris, le film sortit au printemps 1945, avant la libération du territoire français. Reconstitution du Paris du XIXe siècle, il met en scène d'abord et avant tout un lieu magique, le Boulevard du Crime, artère de tous les spectacles et de toutes les rapines où cohabitent le bourgeois (merveilleuse scène initiale où l'un d'entre eux se fait dérober sa montre), les "artistes", les voleurs, les séducteurs et le peuple parisien. 
Pour beaucoup d'historiens du cinéma, Les enfants du paradis est le chef d'oeuvre d'un genre, qui une fois n'est pas coutume, n'est pas américain mais français, apparu à la fin des années 1930 : le réalisme poétique. Marcel Carné est sans doute l'un de ses plus grands réalisateurs et Jacques Prévert son plus grand scénariste. Mais derrière eux, se cachent de grands noms du cinéma, qui participèrent à la beauté de ce genre, comme Alexandre Trauner, un immense décoriste, qui s'illustra encore jusqu'aux années 80, en particulier sur Tchao Pantin ou Subway de Luc Besson. Il faut voir sa reconstitution, en carton-plâtre, du Paris romantique de 1830 et notamment du Boulevard du crime, pour comprendre comment le cinéma, sans effets spéciaux, était à l'époque un art de l'illusion. 
Mais, que serait Les enfants du Paradis sans ses acteurs, campant pour la plupart des personnages qui ont bien existé ? Le génie de Prévert, fut de les faire rencontrer de manière imaginaire : le mime Deburau (Jean-Louis Barreau), l'acteur Frédérick Lemaître (Pierre Brasseur), l'intrigant et brigand Lacenaire, transformé pour l'occasion par Prévert, en libertaire (Marcel Herrand). C'est pourtant le fil qui relie tous ces personnages entre eux qui constitue l'intérêt majeur de ce film : la belle et gouailleuse Garance, alias Arletty. Coeur à prendre, coeur fragile, elle séduit tous ceux qui croisent son chemin, pour le meilleur mais aussi pour leur malheur. A elle, Prévert réserve les plus belles répliques du film, à commencer par l'un des "rateaux" les plus beaux du cinéma adressé au séducteur Frédérick Lemaître feignant de craindre de ne plus la retrouver : "Paris est tout petit pour ceux qui s'aiment d'un aussi grand amour".

Partager cet article

Repost 0
Published by Gilles SABATIER - dans ARCHIVES FILMS A VOIR
commenter cet article

commentaires

HISTOIREGEOCRPE Archives

Les-archives-nationales