Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Le blog Histoiregeoenforce
  •   Le blog Histoiregeoenforce
  • : Blog qui peut être utile pour l'enseignement de l'histoire et de la géographie au lycée et ailleurs...
  • Contact

PREAMBULE

UN BLOG PARMI D'AUTRES POUR FACILITER LES RELATIONS, LES ECHANGES AVEC LES HEUREUX JEUNES GENS QUI ONT LE PLAISIR DE SUPPORTER G. SABATIER QUELQUES HEURES PAR SEMAINE ! QUE LA FORCE SOIT AVEC CEUX QUI CONTRIBUERONT A CE BLOG ET A CELUI QUI TENTERA DE LE FAIRE VIVRE !  POUR QUE TOUS SUIVENT LA ROUTE DE L'HISTOIRE-GEOGRAPHIE

Un bout de chemin ensemble...  (photo personnelle - 2005)

PASSANTS DU BLOG

27 septembre 2013 5 27 /09 /septembre /2013 14:32

SEMAINE DU 28 SEPTEMBRE AU 4 OCTOBRE 
 

Dites-le avec des fleurs 

 

Un beau long film de 3 heures de Paul Thomas Anderson, tourné à la fin du XXe siècle, pour une plongée à Los Angeles, confrontée à une catastrophe naturelle très intrigante. Avec Tom Cruise !

 magnolia.jpg

 

 

Il faudra se réserver trois heures très tardivement, lundi 30 septembre, sur D8, à partir de 23 heures 25, pour découvrir Magnolia,  le film chorale de Paul Thomas Anderson, le même qui réalisa en 2008, There will be blood avec Daniel-D Lewis. Comme l'avait fait bien avant lui Robert Altman dans Short Cuts (tourné 5 ans plus tôt), Paul Thomas Anderson mêle plusieurs histoires (9 personnages principaux au total) au coeur de l'Amérique californienne (Los Angeles), histoires qui finissent par se recouper.

 

La distribution est aussi prestigieuse que celle réunie par le réalisateur de Mash. On retrouve en tête d'affiche Julianne Moore et surtout un Tom Cruise bien loin de ses compositions habituelles en grand charlatan du sexe soudainement touché par une certaine impuissance... à contrôler les aléas de sa vie intime. Il faut voir le beau Tom  faire l'apologie du machisme le plus élémentaire avec une assurance de bonimentateur de foire (ah, son slogan cultissime : "respecte ta bite" qu'il scande dans des spots télévisuels) pour finir en larmes, à la fin du film, ébranlé au plus profond de ses fausses certitudes.


Ne ratez pas le début du film avant que ne s'ouvrent les pétales d'une fleur de magnolia, annonçant métaphoriquement les différentes histoires que le spectateur découvrira et qui finiront toutes par se rejoindre en son coeur. Ce prologue, au ton très décalé, à l'humour noir, est un avertissement sur ce que les hasards de la vie peuvent réserver de plus incongru et de plus dramatique. On pourra aussi apprécier l'habilité d'un scénario et d'une réalisation navigant d'un personnage à l'autre avec une rare fluidité lors de la grandiose et audacieuse scène d'un déluge batracien s'abattant sur la célèbre ville californienne. Magnolia montre d'évidence que Paul Thomas Anderson, à  l'instar de la grenouille, est de ceux qui, avec le cinéma, peuvent faire la pluie et le beau temps.

Un film où chacun joue à cache-cache mais qui finit par démasquer tous les faux-fuyants !

Un film où chacun joue à cache-cache mais qui finit par démasquer tous les faux-fuyants !

Partager cet article

Repost 0
Published by G. SABATIER - dans ARCHIVES FILMS A VOIR
commenter cet article

commentaires

HISTOIREGEOCRPE Archives

Les-archives-nationales