Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Le blog Histoiregeoenforce
  •   Le blog Histoiregeoenforce
  • : Blog qui peut être utile pour l'enseignement de l'histoire et de la géographie au lycée et ailleurs...
  • Contact

PREAMBULE

UN BLOG PARMI D'AUTRES POUR FACILITER LES RELATIONS, LES ECHANGES AVEC LES HEUREUX JEUNES GENS QUI ONT LE PLAISIR DE SUPPORTER G. SABATIER QUELQUES HEURES PAR SEMAINE ! QUE LA FORCE SOIT AVEC CEUX QUI CONTRIBUERONT A CE BLOG ET A CELUI QUI TENTERA DE LE FAIRE VIVRE !  POUR QUE TOUS SUIVENT LA ROUTE DE L'HISTOIRE-GEOGRAPHIE

Un bout de chemin ensemble...  (photo personnelle - 2005)

PASSANTS DU BLOG

11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 18:15
SEMAINE DU 3 AU 9 MARS
Quatre à quatre
  nobodyknows.jpgFausse chronique familiale et vrai film d'auteur ce lundi 5 mars sur Arte, à partir de 20 heures 35, avec une oeuvre du japonai Kore-Eda, au titre anglais : Nobody knows. Un film sur l'indifférence dans la société japonaise. A décrouvrir !

Tourné en 2004 à partir d'un fait divers survenu au Japon à la fin des années 1990, Nobody knows, raconte l'histoire d'une "famille" de 4 enfants, nés de pères différents, vivant dans leur propre pays dans la clandestinité absolue et élevée par une mère fantasque, qui ne les a jamais déclarés à l'état civil et scolarisés. Un jour, cette dernière disparaît tout à fait. La fratrie, livrée à elle-même, doit alors subvenir à ses propres besoins, chose ardue, quand on a entre 4 et 14 ans. 
Errance, solitude à 4, déambulations sont le lot des 4 enfants, pour qui, une fois la mère disparue, seule subsiste la volonté de rester ensemble, malgré tout, dans un Japon indifférent à leur condition pour ne pas dire à leur existence tout court. Ainsi s'organise une mini société organisée autour de ces quatre êtres de plus en plus fragiles, dont le parcours devient finalement emblématique de toute société pervertie par l'indifférence. Après avoir essayé de maintenir quelques règles de vie communes, la petite tribu s'étiole au fil des saisons. Plus d'eau, plus de ménage, plus d'argent... plus rien. C'est la désagrégation d'une société que film Kore-Eda, sans ostentation et pire sans révolte, pour mieux nous imposer un constat implacable, celui des sociétés développées à la dérive, abandonnant leur progéniture, dans l'indifférence absolue. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gilles SABATIER - dans ARCHIVES FILMS A VOIR
commenter cet article

commentaires

HISTOIREGEOCRPE Archives

Les-archives-nationales