Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Le blog Histoiregeoenforce
  •   Le blog Histoiregeoenforce
  • : Blog qui peut être utile pour l'enseignement de l'histoire et de la géographie au lycée et ailleurs...
  • Contact

PREAMBULE

UN BLOG PARMI D'AUTRES POUR FACILITER LES RELATIONS, LES ECHANGES AVEC LES HEUREUX JEUNES GENS QUI ONT LE PLAISIR DE SUPPORTER G. SABATIER QUELQUES HEURES PAR SEMAINE ! QUE LA FORCE SOIT AVEC CEUX QUI CONTRIBUERONT A CE BLOG ET A CELUI QUI TENTERA DE LE FAIRE VIVRE !  POUR QUE TOUS SUIVENT LA ROUTE DE L'HISTOIRE-GEOGRAPHIE

Un bout de chemin ensemble...  (photo personnelle - 2005)

PASSANTS DU BLOG

28 février 2014 5 28 /02 /février /2014 12:38
SEMAINE DU 1er AU 7 MARS 

 

 Identité (inter)nationale

France 4 a soigné, pour une fois, sa programmation cinéma, en diffusant, mercredi 5 mars à partir de 20 heures 45, le très bon film de Michel Leclerc, Le nom des Gens. Avec dans le rôle du personnage principal, un certain Arthur Martin.... dis-moi comment tu t'appelles et je te dirai vraiment qui tu es ?

 

Alors qu'en France faisait rage depuis 2009 des débats plus ou moins inspirés sur l'identité nationale, le cinéaste Michel Leclerc tournait et sortait l'année suivante une comédie enlevée, très drôle et parfois émouvante, intitulée Le nom des gensSara Forestier (lauréate du César de la meilleure comédienne pour l'occasion) et Jacques Gamblin en assuraient une réussite, tant publique que critique. 

 

La trame du film pourrait être résumée de la manière la plus simple : savoir passer au-delà des préjugés. Dans ce domaine, Michel Leclerc a le mérite de ne pas susciter le rire de manière caricaturale et passagère comme le fit à peu près au même moment Etienne Chatillez avec Agathe Cléry, comédie ratée. Il eut aussi l'audace de s'attaquer à des thématiques sociales quelque peu glissantes comme l'antisémitisme, les origines ethniques, voire la pédophilie. 

Le film tourne autour de l'opposition supposée entre deux êtres, voire deux familles : d'un côté, Bahia Benhamoud (Sara Forestier) qui a fait de l'engagement politique à gauche toute, le moteur de toute sa vie, y compris la plus intime; de l'autre, Arthur Martin (Jacques Gamblin), un discret quadragénaire, peu sensible à la prise de risques et aux envolées politiques les passionnées. L'une se revendique "arabe", l'autre a du mal à affirmer qu'il est "juif", surtout en famille (grandiose scène de repas où Arthur présente Bahia à ses parents). 

 

Film volontiers autobiographique, politiquement engagé à gauche (il faut voir comment Sara présente à Arthur son album d'aventures amoureuses destinées à remettre dans le bon chemin les égarés de droite, dont un responsable de la jeunesse UMP du Pas-de-Calais "retourné" à ses moutons), Le nom des gens flirte, parfois avec la caricature, mais parvient à l'éviter du fait de l'engagement total de ses interprètes et surtout de l'habilité du scénario, qui permet de glisser imperceptiblement du discours sur l'engagement politique à celui sur l'identité de chacun, en ayant recours à un humour jouissif, évitant le côté donneur de leçons (très belle réplique : « Quand on commence à se méfier des canards, c’est très mauvais signe ! »). C'est ainsi que le titre du film prend tout son sens car il est, au final, bel et bien question de transmission et d'héritage, tant au niveau social que familial. Le nom que l'on transmet à son enfant est, en effet, plus qu'un assemblage de lettres.

 

Voir Le nom des gens quelques heures avant la naissance de son propre enfant, en se préparant, sans le savoir, à une inoubliable nuit blanche, restera, pour ma part, une expérience intense. 

Mariage blanc en noir et blanc pour une comédie qui ne donne pas grise mine...

Mariage blanc en noir et blanc pour une comédie qui ne donne pas grise mine...

Partager cet article

Repost 0
Published by Gilles SABATIER - dans ARCHIVES FILMS A VOIR
commenter cet article

commentaires

HISTOIREGEOCRPE Archives

Les-archives-nationales