Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : Le blog Histoiregeoenforce
  •   Le blog Histoiregeoenforce
  • : Blog qui peut être utile pour l'enseignement de l'histoire et de la géographie au lycée et ailleurs...
  • Contact

PREAMBULE

UN BLOG PARMI D'AUTRES POUR FACILITER LES RELATIONS, LES ECHANGES AVEC LES HEUREUX JEUNES GENS QUI ONT LE PLAISIR DE SUPPORTER G. SABATIER QUELQUES HEURES PAR SEMAINE ! QUE LA FORCE SOIT AVEC CEUX QUI CONTRIBUERONT A CE BLOG ET A CELUI QUI TENTERA DE LE FAIRE VIVRE !  POUR QUE TOUS SUIVENT LA ROUTE DE L'HISTOIRE-GEOGRAPHIE

Un bout de chemin ensemble...  (photo personnelle - 2005)

PASSANTS DU BLOG

3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 19:33

SEMAINE DU 4 AU 10 MAI

 

Reine d'hier ou d'aujourd'hui ? 

   
Le genre historio-biographique au cinéma offre rarement de grandes réussites. Les puristes voient, dans les films évoquant la vie des hommes ou femmes illustres, toujours des vices cachés et se font un plaisir de détailler par le menu la liste des invraisemblances et autres incongruités. D'autres préfèrent déplorer l'austérité et le côté scolaire de la reconstitution historique, privilégiant l'exactitude à l'intrigue ou aux sentiments.  

Avec sa Marie-Antoinette réalisée en 2005, Sofia Coppola paraît éviter ce double écueil. La reconstitution de la fin du XVIIIe siècle qu'elle réalise fait, certes, la part belle au film de costume, mais avec une liberté de ton et parfois de détails qui l'éloigne considérablement de ce genre quelque peu ampoulé. 

En fait, Sofia Coppola, à travers ce film, qui était sa troisième réalisation, n'a pas du tout cherché à faire oeuvre d'historienne. Certains critiques lui ont, par exemple, reproché de ne pas avoir su montrer le contexte pré-révolutionnaire et d'avoir fait de son héroïne une pure égoïste un peu idiote, uniquement préoccupée par ses plaisirs personnels, sans rien comprendre au contexte de son époque. Reproche infondé puisque, comme beaucoup d'oeuvres cinématographiques qui convoquent l'histoire, son but n'était pas de recréer une époque mais d'arriver à un message intemporel sur le genre humain (sans doute, il est vrai, avec un brio beaucoup moins important que le chef d'oeuvre absolu dans ce domaine qu'est le Barry Lyndon de Stanley Kubrick).

En ce sens, les trois premiers films de la Sofia Coppola (Virgin Suicides, Lost in Translation et Marie-Antoinette) ont un double point commun : chercher à dépeindre l'âme féminine en proie aux tourments sentimentaux et aussi plonger de jeunes femmes dans un monde (Lost in Translation) ou une époque avec des moeurs qu'elle ne comprennent pas (Virgin Suicides). De ce point de vue là, Marie-Antoinette réalise une sorte de synthèse de l'oeuvre de la jeune cinéaste, en plongeant la jeune princesse autrichienne dans un Versailles dont le fonctionnement et les conventions lui échappent totalement. Le film, malgré ses outrances (musique rock dans des scènes d'hystérie collective), dépeint avec justesse l'histoire d'une jeune femme plongée dans une histoire qui n'est finalement pas la sienne. 

 

    Le film d'histoire a-t-il vraiment disparu ? La vie des personnages illustres semble devenir l'occasion depuis quelques années à se plonger dans les fantasmes de notre propre époque et à parer nos ancêtres des moeurs qui sont étrangement plus les nôtres que les leurs. La preuve avec Marie-Antoinette de Sofia Coppola diffusé le jeudi 9 mai à partir de 14 heures sur NRJ12.     

Marie-Antoinette

Partager cet article

Repost 0
Published by Gilles SABATIER - dans ARCHIVES FILMS A VOIR
commenter cet article

commentaires

HISTOIREGEOCRPE Archives

Les-archives-nationales