Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Le blog Histoiregeoenforce
  •   Le blog Histoiregeoenforce
  • : Blog qui peut être utile pour l'enseignement de l'histoire et de la géographie au lycée et ailleurs...
  • Contact

PREAMBULE

UN BLOG PARMI D'AUTRES POUR FACILITER LES RELATIONS, LES ECHANGES AVEC LES HEUREUX JEUNES GENS QUI ONT LE PLAISIR DE SUPPORTER G. SABATIER QUELQUES HEURES PAR SEMAINE ! QUE LA FORCE SOIT AVEC CEUX QUI CONTRIBUERONT A CE BLOG ET A CELUI QUI TENTERA DE LE FAIRE VIVRE !  POUR QUE TOUS SUIVENT LA ROUTE DE L'HISTOIRE-GEOGRAPHIE

Un bout de chemin ensemble...  (photo personnelle - 2005)

PASSANTS DU BLOG

20 mars 2007 2 20 /03 /mars /2007 22:57

Dans le cadre de la visite à Paris, un petit détour s'impose par le musée d'Orsay...

Voici quelques informations que l'on peut trouver sur le site officiel du musée concernant son histoire :

ORSAY : le palais des impressionnistes

 

De la gare au musée

   Le site Au XIXe siècle, l'emplacement de la future gare d'Orsay était occupé par deux constructions : la caserne de cavalerie, et le Palais d'Orsay, édifié entre 1810 et 1838 par Jean-Charles Bonnard, puis par Jacques Lacornée. Après avoir été destiné au Ministère des Affaires Etrangères, il fut affecté à la Cour des Comptes et au Conseil d'Etat. Pendant la Commune de 1871, le quartier entier fut incendié : durant 30 ans, les murs calcinés du Palais d'Orsay témoignèrent des horreurs de la guerre civile.

                       Les élèves de Première ES 1 année 2003-2004 devant les peintures de Degas     La gare  A la veille de l'exposition Universelle de 1900, l'Etat céda le terrain à la Compagnie des Chemins de fer d'Orléans qui, défavorisée par la position excentrique de la gare d'Austerlitz, projetait de construire à la place du Palais d'Orsay une gare terminus plus centrale. Les contraintes liées au site - élégance du quartier, voisinage des palais du Louvre et de la Légion d'Honneur imposaient aux concurrents un défi : intégrer la gare dans son élégant cadre urbain. Victor Laloux, qui venait d'achever l'Hôtel de Ville de Tours, fut choisi en 1898.

La gare et son hôtel, construits en deux ans, furent inaugurés pour l'exposition Universelle, le 14 juillet 1900. A l'extérieur, Laloux masqua les structures métalliques de la gare par une façade en pierre de style éclectique. A l'intérieur, le modernisme s'imposa: plans inclinés et monte-charges pour les bagages, ascenseurs pour les voyageurs, seize voies en sous-sol, les services d'accueil au rez-de-chaussée, la traction électrique. Le grand hall de 32 m de haut, 40 m de large et 138 m de long était précédé le long du quai d'un vestibule et d'un porche ouvert.

De 1900 à 1939, la gare d'Orsay joua le rôle de tête de la ligne sud-ouest de la France. L'hôtel d'Orsay recevait, en plus des voyageurs, des associations et des partis politiques qui y tenaient assises et banquets. Mais à partir de 1939, la gare ne devait plus desservir que la banlieue, ses quais étant devenus trop courts à cause de l'électrification progressive des lignes de chemin de fer et de l'allongement des trains.

 

 

    Entre gare et musée La gare fut alors utilisée successivement comme centre d'expédition de colis aux prisonniers pendant la guerre, puis comme centre d'accueil des prisonniers à la Libération. Elle servit de décor à plusieurs films (dont le Procès de Kafka adapté par Orson Welles), de havre momentané pour la compagnie de théâtre Renaud Barrault puis pour les commissaires-priseurs, pendant la reconstruction de l'Hôtel Drouot.

L'hôtel ferma ses portes le ler janvier 1973, non sans avoir joué un rôle historique puisque c'est dans la salle des Fêtes que le général de Gaulle tint la conférence de presse qui annonçait son retour au pouvoir.
En 1973, la Direction des musées de France envisageait déjà l'implantation dans la gare d'Orsay d'un musée où tous les arts de la seconde moitié du XIXe siècle seraient représentés. La décision officielle de construction du musée d'Orsay fut prise en conseil interministériel le 20 octobre 1977, à l'initiative du Président Valéry Giscard d'Estaing. En 1978, le bâtiment fut classé monument historique et l'établissement public du musée d'Orsay fut créé pour diriger la construction et la mise en oeuvre du musée. Le ler décembre 1986, le Président de la République, François Mitterrand, inaugura le nouveau musée qui ouvrait ses portes au public le 9 décembre suivant.

                            Toujours en 2003-2004 au musée d'Orsay avec sa célèbre horloge au fond

Repost 0
17 mars 2007 6 17 /03 /mars /2007 19:28

HISTOIRE - CHAPITRE 5 : LA FRANCE DE LA Vème REPUBLIQUE

I Un nouveau système républicain

1. Les circonstances de la mise en place d'un nouveau régime républicain

Problématique : Quels facteurs ont rendu, en 1958, la mise en place d'un nouveau régime républicain inéluctable en France ? Comment ce régime a-t-il été présenté au peuple français ?

a. le retour aux affaires du général de Gaulle : mai 1958

b. une nouvelle constitution soumise à l'approbation du peuple français : été et septembre 1958

Travail sur textes de De Gaulle et photographie de la présentation de la Constitution aux Français.

Objectifs : comprendre le contexte politique intérieur qui a favorisé le mise en place d'un nouveau régime républicain en 1958 et le retour du général de Gaulle aux affaires. S'interroger sur les raisons de l'acceptation massive par les Français d'un nouveau régime.

2. Les caractéristiques du nouveau régime républicain

Problématique : Quels éléments font l'originalité des institutions de la Vème République ?

a. le fonctionnement du nouveau régime

b. l'originalité de ces nouvelles institutions

Travail sur organigramme des institutions

Objectifs : comprendre les institutions de la Vème République et leur fonctionnement. Maîtriser le vocabulaire des institutions. Appréhender la séparation des pouvoirs et l'originalité de ce modèle républicain.

3. L'évolution du système républicain depuis 1958

a. la fonction de président sous de Gaulle (1958-1969) et F. Mitterrand (1981-1995) 

Problématique : Comment a été perçue la manière d'exercer la fonction de président sous de Gaulle et F. Mitterrand ?

Travail sur ensemble documentaire : De Gaulle et Mitterrand, deux conceptions différentes de la fonction présidentielle ?

Objectif : S'interroger sur l'évolution de perception de la fonction présidentielle à travers deux présidences.

b. Des choix électoraux induisant une nouvelle pratique des institutions : le cas des cohabitations

c. Une nécessaire adaptation aux évolutions politiques, sociales et internationales

d. Vers une crise politique ?

Problématique : Comment les institutions et la vie politique sous la Vème République se sont-elles adaptées aux différents types d'évolution qu'a connues la France depuis 1958 ?

Travail sur documents page 211/212 du livre+analyse d'un court extrait d'"Entretiens avec un président," 1993.

Objectifs : Savoir définir et dater les cohabitations. Montrer comment se répartissent les pouvoirs de l’exécutif durant cette période. Réfléchir sur les changements constitutionnels depuis 1958 et sur les évolutions récentes de la vie politique.

Repost 0
17 mars 2007 6 17 /03 /mars /2007 10:21

 Les héros de la semaine...

 
SEMAINE DU 10 AU 16 MARS
 
Assumer la condition de héros, oui mais à quel prix ? Réponse cette semaine avec Batman, James Bond et... les Francs tireurs partisans. Tout un programme qui ne s'annonce pas de tout repos !  
 
 Dans le volume 2 de Kill Bill de Quentin Tarantino, le méchant Bill à la fin du film se laisse aller à deviser sur la nature des supers héros, en concédant notamment un faible pour Superman (dans ce passage, Tarantino s'est sans doute inspiré de l'ouvrage d'Umberto Ecco dont je vous recommande la lecture, De Superman au Surhomme sorti il y a quelques années). Ce pauve Bill injustement éliminé par B*** aurait sans aucun doute été satisfait du programme de nos chaînes hertziennes de cette semaine !
 
En effet, dès mardi 13 mars à 20 heures 50, vous pourrez (re)voir sur France 3 le premier opus de Batman de Tim Burton. On peut certes lui préférer le 2ème volet avec Catwoman et Le Pingouin (comme c'est mon cas) mais force est de reconnaître que Burton a su frapper un grand coup en 89 lorsqu'il signa ce Batman incarné par le très tourmenté Michaël Keaton aux prises avec un Joker démoniaque en la personne de Jack Nicholson. Magnifiques décors pour édifier un Gotham City rappelant l'architecture des CBD américains de notre époque, super héros un peu névrosé sur les bords, méchant bien frappé du collier... Bref tout y est.
Si vous voulez prolonger vos investigations sur l'incarnation au cinéma de l'héroïsme, France 3 poursuit la diffusion des James Bond avec le deuxième numéro : Bons Baisers de Russie de Terrence Young (Jeudi 15 mars à 20 heures 55)... et voilà l'espion britannique aux prises avec le dangereux Spectre et... les filles faciles de l'Est. Le journal Telerama rappelle : "il faut se replacer dans le contexte de l'époque.(...) En été 1963, l'année même du film éclate l'affaire Profumo : on surprend un ministre anglais partageant une maîtresse avec un attaché naval soviétique ! Il faut bien un 007 pour remettre de l'ordre dans la pagaille de la guerre froide."  J'attends toujours avec impatience qu'un élève féru de cinéma se lance dans un historique de la guerre froide vu à travers les James Bond... Si je disposais d'un peu plus de volonté et de courage, je me lancerai volontiers dans cette entreprise mais autant déléguer lorsque l'on peut !
Reste cependant à savoir si l'héroïsme n'est pas aussi dans l'ordinaire et le combat que chacun mène pour ne pas renier ses idées. A cette belle idée, le documentaire de Jorge Amat et Denis Peschanski, La Traque de l'Affiche rouge, diffusé jeudi 15 mars sur France 2 à 23 heures 20, apportera sans doute des réponses. Episode dramatique de l'Occupation, l'affiche Rouge présentait le portrait de 23 résistants communistes (Francs-Tireurs et partisans) exécutés à Paris pour alimenter la propagande nazie. Elle fut placardée au début de l'année 1944 sur les murs de la capitale à la fois pour servir d'exemple et pour montrer à la population le danger que représentait le communisme. Ne ratez pas cette excellente occasion de ne pas oublier ces héros ordinaires, authentiques et très discrets, pour reprendre le titre d'un film de Jacques Audiard diffusé par Arte le dimanche 11 mars à 20 heures 40, dans lequel  Mathieu Kassovitz endosse l'étoffe du héros qu'il n'est pas. Comme l'immense majorité d'entre nous d'ailleurs !
Repost 0
9 mars 2007 5 09 /03 /mars /2007 21:07
 
 
Une affaire de femmes
 
SEMAINE DU 3 AU 9 MARS
 
Corinne Marchand dans Cléo de 5 à 7 d'Agnès Varda ou Ursula Andress dans James Bond contre Docteur No... 2 femmes, 2 cinémas face à face jeudi soir à la télévision !
 
 Comme souvent, jeudi sera la meilleure soirée pour découvrir le cinéma à la télévision. Si vous ignorez encore comment on peut se retrouver un jour, avec quelques aptitudes physiques et un humour so british, au service secret de sa Majesté, vous ne manquerez pas le premier opus de la longue série des James Bond, avec à 20 heures 55 sur France 3, James Bond contre Docteur No. Vous y verrez un Sean Connery, ne portant pas encore la moumoute comme dans Jamais plus jamais, aux prises avec un dangereux malfrat, le Docteur No. Les Soviétiques et l'organisation du Spectre ne sont pas encore là pour contrarier James mais cet opus lui réserve quelques péripéties bien savoureuses tout de même ! Inspiré des romans de Ian Flemming, pas encore détournés parodiquement (comme dans la série des Austin Power), ce premier épisode permettra à l'espion le plus entreprenant de la planète de commencer son périple aux quatre coins du monde et d'entamer sa longue série de conquêtes féminines. Première James Bond Girl, Ursula Andress n'en fut pas la moins dénuée de charme, malgré le regard que nous pouvons porter 45 ans après la sortie du film !  Son bikini laissa, en effet, à sa façon quelques marques sur la pellicule et dans l'histoire du cinéma ! 
Quasiment contemporain du film précédent, Cléo de 5 à 7 (1961), nous offre un portrait de femme aux antipodes de la James Bond Girl. Tourné par Agnès Varda, dans laquelle beaucoup de cinéastes féminines se reconnaissent encore (dont Pascale Ferran, lauréate aux derniers Césars 2007), le film présente le parcours par une belle fin d'après-midi, entre 5 et 7 heures, de la jeune Cléo qui attend les résultats d'un examen médical. Persuadée d'être condamnée, elle déambule dans un Paris, reflétant ses espoirs, ses peurs. Passez donc ces quelques heures à côté de ce beau personnage, pour partager d'authentiques émotions (Arte, 20 heures 45). "Un film fragile et léger, qui cherche à aider les hommes à supporter leur aveuglante condition de mortels" (Marine Landrot).
Enfin, pour ceux qui auraient été séduits par le genre particulier du giallo (voir chronique précédente), M6 poursuit ce même jeudi 8 mars, très tard (0 heure 20), son cycle consacré à Dario Argento avec la diffusion de L'Oiseau au plumage de cristal (1970). Après le chat à neuf queues de la semaine dernière, voici une bonne occasion de compléter son bestiaire et de découvrir un courant cinématographique et un  réalisateur italiens bien moins connus que le néoréalisme ou les incontournables Fellini, Visconti, Rossellini, Antonioni...  
Repost 0
3 mars 2007 6 03 /03 /mars /2007 22:04

HISTOIRE - CHAPITRE 4 : LA PREMIERE GUERRE MONDIALE ET LES BOULEVERSEMENTS EN EUROPE

I Pourquoi cette guerre ?

Problématique : Pourquoi le premier conflit mondial a-t-il éclaté ?

Compléter un organigramme montrant les causes et l'élément déclencheur du conflit. Rappel du chapitre précédent et de la classe de 3ème. Manuel page 171.

Objectifs :

- appréhender la multicausalité en histoire

- réinvestir les cours précédents : alliances, course à l'armement, inégal partage des colonies, minorités nationales, nationalisme

 

II Le déroulement de la première guerre mondiale et son caractère planétaire

Problématique : Quel a été le déroulement de la première guerre mondiale ?

Exploitation d'une chronologie et de cartes du manuel (pages 172-173).

Objectifs :

- revoir les grandes phases du conflit, maîtriser un vocabulaire spécifique (guerre de position / guerre de mouvement) vu en 3ème.

- être capable de prendre en compte la dimension planétaire du conflit et en expliquer les raisons (colonisation, intervention de pays neutres rejetant leur isolationnisme comme les Etats-Unis).

 

III Une guerre totale (1914-1918)

Problématique : Pourquoi la première guerre mondiale peut-elle être considérée comme une guerre totale ?

Travail à partir d'un ensemble documentaire : 2 affiches, une photographie, la "une" du premier numéro d'un journal français, un tableau statistique d'une entreprise. Analyse de l'ensemble documentaire puis rédaction d'une réponse organisée.

Objectifs :

- maîtriser les notions de guerre totale, d'économie de guerre, de propagande et de censure.

- montrer les répercussions de cette guerre sur l'économie, la société et le contrôle des libertés.

 

IV Une guerre acceptée ? (l'exemple du front de l'Ouest et de la France)

Problématique : Le consentement à la guerre a-t-il été total sur le Front de l'Ouest (700 km de tranchées au Nord et à l'Est de la France) de 1914 à 1918 ?

Travail à partir de sources épistolaires, de témoignages, d'images du manuel (pages 179, 184, 187).

Objectifs :

- appréhender le caractère inhumain de la guerre (ensauvagement, brutalisation)

- revoir les conditions de vie dans les tranchées

- cerner les raisons des mutineries de 1917

- analyser les raisons du consentement des soldats et des civils à la guerre (patriotisme, soumission aux ordres, banalisation, bourrage de crâne, contrôle de l'opinion). 

- identifier les périodes de contestation de la guerre et leurs causes.

 

V Le bilan de la guerre

Problématique : Quel a été le bilan psychologique, territorial et politique de la première guerre mondiale ?

1. Les sociétés face au deuil (l'exemple du Nord de la France)

Travail en demi-groupe en salle informatique à partir d'un site Internet du ministère de la culture. Parcours virtuels des monuments aux morts dans le département de la Somme.

2. Des économies désorganisées et dévastées

3. Les transformations territoriales et politiques en Europe

a. les transformations territoriales

Analyse des cartes du manuel page 192.

b. les révolutions russes

Travail sur textes page 205 du manuel

c. et leurs conséquences en Europe jusqu'au début des années 20

Commentaire document 1 page 208 et document 5 page 209.

Objectifs :

- montrer comment la société française organise le deuil et le souvenir

- montrer les conséquences de la guerre dans les domaines démographique, économique et social.

- appréhender les changements territoriaux en Europe avec l'application du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes.

- maîtriser le vocabulaire de cette période : SDN, révolutions bolchéviques, Komintern.

- savoir reconnaître et définir l'idéologie communiste (rappel chapitre I).

- mettre en évidence l'influence du communisme en Europe et en France au début des années 20.

Repost 0
3 mars 2007 6 03 /03 /mars /2007 13:41
 
 
Sachons ne pas regarder que des chefs d'oeuvre !
 
SEMAINE DU 24 FEVRIER AU 2 MARS
 
Le Chat à neuf queues... Retour sur le genre particulier du giallo qui fit les beaux jours du cinéma italien au début des années 70.
 
Cette semaine à la télévision s'annonce particulièrement chargée en chefs d'oeuvre du 7ème art. Dès dimanche 25, vous aurez l'opportunité de découvrir Morocco de Josef von Sternberg (1930), qui avait, avant l'Ange bleu, commencé à faire de sa compagne, Marlène Dietrich, une star outre-atlantique (Arte, 20 heures 45, dimanche 25 février 2007). Un peu plus tard, beaucoup trop tard, un classique des classiques pour le western : la Charge fantastique de Raoul Walsh, avec Errol Flynn et Olivia de Havilland (France 3, dimanche 25 à 1 heure 10)... Cette évocation de la Guerre de Sécession américaine et des guerres contre les Indiens célèbre la grandeur des Etats-Unis et de ses héros (général Coster). On notera que le rôle du chef indien (Crazy Horse, qu'on pourrait traduire par, approximativement, "Cheval fou") est interprété par un acteur tout ce qu'il y a de plus blanc, Anthony Quinn. En 1941, le cinéma hollywoodien n'en était pas encore à la prise en compte des minorités pour le choix de ses interprètes.
Si vous voulez approfondir votre connaissance du modèle idéologique américain, redécouvrez Rocky de J.G Avildsen, d'après un scénario de S. Stallone, tourné en 1976... Cette rediffusion pourrait être une bonne manière de revisiter le thème du self made man et d'oublier les épisodes qui ont suivi jusqu'au nouvel opus sorti il y a quelques semaines ( France 2, mardi 27 février 22 heures 40).
Mais, je ne peux terminer cette petite chronique sans vous signaler la diffusion d'un film étonnant, jeudi 1er février à 0 heures 30 sur M6, de Dario Argento, Le chat à neuf queues (1971)... Etrange film répondant aux règles du giallo, enquête policière à l'italienne, dont le nom évoque la couleur de la couverture jaune des romans policiers italiens mais qui permet aussi à Dario Argento d'explorer ses thèmes de prédilection : goût pour l'enquête policière détournée,  atmosphère baroque et fantastique, proche du cinéma gore... Tout un programme fort réjouissant ! Avec Suspiria et Les Frissons de l'angoisse, Dario Argento creusera plus tard son sillon en signant d'authentiques chefs d'oeuvre. Si le chat à neuf queues n'en est pas un, il permet toutefois d'entrer dans son cinéma... dont certains auteurs plus contemporains ne renient pas l'héritage (Spielberg avec Minority Report et le personnage de la mère des Pré-Cogs interprété par Jessica Harper, l'héroïne de l'inoubliable et cauchemardesque Suspiria). Bonne nuit quand même !  
Repost 0
26 février 2007 1 26 /02 /février /2007 22:57

Le voyage à Paris approche à grands pas. C'est une grande satisfaction de voir tous les élèves de la classe de Première ES 1 y prendre part. A cette occasion, lisez attentivement ce qui suit... !

CONCOURS : PARIS 2007, UN PETIT SOUVENIR DANS MES BAGAGES D’HISTORIEN-GEOGRAPHE EN HERBE…
 
 
Les organisateurs du voyage à Paris 2007 ont décidé de lancer un défi aux élèves de Première ES participant au voyage à Paris.
Le défi est le suivant : ramener dans ses bagages de jeune historien(ne)-géographe, un souvenir de ce voyage (par le biais d’une photographie) et le présenter à un vaste public sur Internet.
 
Les règles :
-          il s’agit d’abord de prendre une photographie numérique (par vos moyens personnels ou en demandant à vos gentils et serviables professeurs…) d’un objet quel qu’il soit (tableau, bâtiment, détail architectural ou pictural…) ou d’un paysage de Versailles, ou de Paris.
-          puis d’offrir une explication rigoureuse de cet objet (ce qu’il représente, sa date, son éventuel auteur, sa fonction …) ou de ce paysage.
-          enfin d’expliquer du mieux possible les raisons de votre choix.
  

Vue sur le château de Versailles -photo personnelle - mars 2005

Il doit s’agir d’un travail personnel à soigner et que les enseignants d’histoire géographie accompagnant le voyage (M. Arnal et M. Sabatier) pourront également évaluer pour le 3ème trimestre, en fonction des règles du commentaire en histoire et de l'analyse de paysage en géographie !
 
CONSIGNES A RESPECTER ABSOLUMENT !!!
 
-          Vous n’avez droit qu’à une seule photographie qui doit être présentée au jury du concours au format jpg. La photographie ne doit pas être insérée dans le document word mais jointe avec ce document.
-          Le texte d’explication doit se limiter à un paragraphe tapé sous word contenant 8 à 12 lignes en police Arial et en taille 12. 
-          Le texte personnel justitiant votre choix doit se limiter à un paragraphe tapé sous word contenant de 10 à 15 lignes en police de caractères Arial et en taille 12
-          Vous devrez remettre vos travaux à votre professeur soit par envoi e-mail, soit sous clé USB, disquette, CD Rom…
-          Le délai de retour du travail est fixé au mardi 17 Avril
 
ATTENTION POUR LA PHOTOGRAPHIE : CERTAINS LIEUX VISITES INTERDISENT LA PRISE DE CLICHES COMME L’INTERIEUR DU MEMORIAL DE LA SHOAH. EN OUTRE, VOUS DEVREZ RESPECTER LE DROIT A L’IMAGE ET NE PAS PRENDRE EN PHOTOGRAPHIE DES PERSONNES IDENTIFIABLES DU GROUPE OU AUTRES. SI TEL EST LE CAS VOUS DEVEZ OBTENIR UNE AUTORISATION ECRITE POUR UNE PUBLICATION SUR UN BLOG OU SUR LE SITE DU LYCEE 
Dans l'immensité du parc, un curieux quidam... (avec l'autorisation de M. Arnal), photo personnelle, mars 2005
Des bons FNAC récompenseront les meilleurs travaux qui seront présentés à tous, notamment par publication dans le blog professionnel des professeurs d’histoire-géographie du voyage ou sur le site officiel du lycée. En participant, vous acceptez donc que votre travail soit rendu public sur Internet, sans droits d’auteur ni autres compensations, simplement votre nom ou votre prénom...
 
 
LES CRITERES D’EVALUATION SERONT LES SUIVANTS :
 
-          Qualité et originalité de la photographie sélectionnée, créativité. 
-          Exactitude des informations scientifiques apportées pour sa présentation
-          Texte personnel convaincant, argumenté et original
-          Maîtrise de l’expression écrite (respect de l’orthographe, de la ponctuation notamment)
 
 
LE JURY IMPARTIAL SERA COMPOSE DES PROFESSEURS ENCADRANT LE VOYAGE
 
 
- dans les Jardins de Versailles - mars 2005 - photo personnelle
 
Allez voir le blog de M. Arnal pour voir les résultats du précedent concours au réglement différent !
Repost 0
24 février 2007 6 24 /02 /février /2007 12:54

La tyrannie sommeille en chacun de nous !

 
SEMAINE DU 17 AU 23 FEVRIER
 
 
Vincent Cassel et Emmanuelle Devos dans Sur mes lèvres... un beau film français à découvrir mêlant suspense, discours social et histoire d'amour...
 
Avant d’être récompensé par de multiples Césars pour son film De battre mon cœur s’est arrêté, Jacques Audiard avait réalisé en 2001 le très beau Sur mes lèvres, mélange de film noir et de film social, qui rangea définitivement le fils du grand dialoguiste Michel Audiard dans la catégorie rare, hélas !, des cinéastes français à part. Porté par Emmanuelle Devos, Sur mes lèvres présente le singulier parcours d’une jeune femme sourde rencontrant un nouvel employé louche à peine sorti de la marginalité (Vincent Cassel) dans la société immobilière où elle travaille. Cette rencontre transformera progressivement la jeune femme constamment humiliée en manipulatrice. Saisissante métamorphose que France 3 nous permet de découvrir le jeudi 22 février à 23 heures 05.
Ce thème du quidam ordinaire transformé en être dominant par les circonstances est également au cœur du documentaire allemand Deux ou trois choses que je sais de lui, diffusé lundi 19 février à 23 heures sur Arte. Ecrit à la première personne, le documentaire retrace la démarche introspective de Matle Ludin, fils d’Hanss Ludin, fanatique nazi condamné à la pendaison pour crime de guerre en 1947. Comment un bon père de famille a-t-il pu se transformer en agent zélé de la déportation des Juifs ? A cette question, les propres descendants d’Hanss Ludin tentent, 60 ans après son exécution, d’apporter leurs propres réponses. Une histoire de famille incluse dans l’histoire du monde, en somme, thème qu’avait déjà abordé il y a presque 20 ans le cinéma avec le film de C. Costa-Gavras, Music Box (1990) où une avocate défendait la cause de son père accusé d’être, lui aussi, un criminel à la solde des Nazis.
Pour rappel, enfin, mercredi suite et fin du documentaire Le fascisme en couleurs (Arte 20 heures 40) !
Repost 0
22 février 2007 4 22 /02 /février /2007 13:39

LA COEXISTENCE PACIFIQUE : UNE PAIX ARMEE ?

L'autre moitié de la classe a donc fait le choix de l'étude de l'ensemble documentaire centré sur une période de la guerre froide. Il s'agissait, sans aucun doute, de l'exercice le plus ardu car certains documents n'étaient pas simples d'utilisation, notamment le premier texte de Brejnev où les contre-sens ont été nombreux. L'autre difficulté résidait dans le libellé même du sujet qui n'offrait aucun repère chronologique. Or, la coexistence pacifique n'est qu'un passage de la guerre froide. C'est une politique initiée par Khrouchtchev à partir de 1956 et qui se poursuit, sous des formes différentes (notamment avec la Détente) et malgré des crises, jusqu'au milieu des années 70 ( trois documents du dossier datés de 1972  abordaient la Détente). Il était impératif de bien dater cette période pour ensuite pouvoir répondre à la problématique.

Attention à la première partie de l'épreuve qui repose sur l'analyse de documents et qui très rapidement tourne à la paraphrase. Citer les documents est possible et même attendu mais il faut ensuite passer à l'étape de la sélection d'idées, étape la plus difficile où les connaissances sont là impératives. Combien de copies se contentent de répéter des passages mal digérés des textes, sans même utiliser des guillemets !

PREMIERE PARTIE : REPONSES AUX QUESTIONS

1. Brejnev, premier secrétaire du Parti communiste de l'Union Soviétique, dans son rapport de 1966 emploie à 2 reprises l'expression "coexistence pacifique" et s'inscrit donc dans la continuité de la politique de Khrouchtchev, son prédecessuer. Pour lui, cette politique signifie qu'il est à la fois possible de continuer à promouvoir la lutte des classes sur le terrain international (fondement du marxisme), en ne renonçant notamment pas à l'aide apportée à la décolonisation, et de maintenir des relations diplomatiques pacifiques avec le bloc occidental. En ce sens, il préconise le règlement des litiges entre les deux protagonistes de la guerre froide par le dialogue, la négociation et non pas par la guerre. Cela exclut d'après lui le risque de luttes à l'échelle internationale mais ne remet pas en cause toutefois l'idéologie soviétique.

2. La course aux armements se mesure surtout à partir du document 3 (tableau statistique). On voit bien que les deux Grands cherchent à s'équiper d'engins de destruction, tant en quantité, qu'en "qualité" (portée des fusées qui augmente). Les deux pays sont dotés presque simultanément de l'arme nucléaire, dont le pouvoir de destruction et de dissuasion est énorme (1952/1953). L'URSS rattrape son retard dans cette course à la fin des années 1950, devançant même les Etats-Unis dans certains domaines (exemple : les sous-marins). Nixon reconnaît d'ailleurs dans le document 4 en 1972 que "les forces nucléaires américaines et soviétiques sont comparables". Cette situation conduit donc à l'apparition à la fin des années 50 d'un équilibre de la Terreur. Les deux Grands se trouvent en effet à égalité (Nixon parle d'équilibre stratégique), présentent des forces comparables. En 1972, les accords Salt I (document 5) entérinent cet équilibre en essayant de freiner la course à l'armement par un statu-quo mais les articles présentés montrent qu'il n'y a pas, pour autant, volonté de désarmement.

3. Les manifestations politiques et militaires de cet équilibre de la puissance nucléaire entre les Deux Grands est l'obligation dans laquelle ils se trouvent de dialoguer. Le document 2, une caricature, montre bien cette "obligation" en mettant sur le même plan les deux adversaires, contraints toutefois de s'asseoir à la même table. Les accords Salt I (document 5) avec l'article 4 la nécessité du dialogue pour éviter un affrontement direct (contexte de l'après crise de Cuba).

4. Nixon développe plusieurs arguments pour justifier du côté américain la politique de coexistence pacifique :

- l'unité des blocs se fissure tant à l'Est qu'à l'Ouest : redistribution de la puissance économique avec l'émergence de la CEE ou du Japon / mutation dans le monde communiste avec la Chine, explorant sa propre voie pour l'édification du communisme

- l'apparition de nouveaux acteurs sur la scène internationale, notamment avec les ex-pays colonisés qui veulent jouer un rôle international (création du Tiers-Monde). Les Etats-Unis refusent, en théorie, toute ingérence dans leurs affaires.

- un éventuel changement de conception dans la politique étrangère américaine. Nixon paraît préparer son opinion publique à ce que les Etats-Unis n'assument plus la responsabilité de l'ordre mondial. Il ne veut plus d'un "leadership" américain dans les relations internationales.

5. La réponse doit être nuancée. D'un côté, on aperçoit bien cette volonté de dialogue avec notamment les accords Salt I de 1972, la volonté par les dirigeants des deux pays de passer par la négociation (docs 1 et 4), la reconnaissance que les Deux Grands ne dominent plus autant le jeu des relations internationales, comme c'était le cas jusqu'au milieu des années 50. Cependant, il y a peu d'écoute réelle, comme le dénonce le caricaturiste (doc 2) et l'arsenal militaire reste impressionnant (doc 3). Enfin, la coexistence pacifique ne remet nullement en cause l'existence de deux modèles idéologiques en opposition, comme le rappelle Brejnev dans le texte 1.

 

DEUXIEME PARTIE : REPONSE ORGANISEE

Introduction : très courte. Rappeler les circonstances de la mise en place de la guerre froide puis aborder la période de coexistence pacifique d'une vingtaine d'années (1956-1975) en soulignant qu'elle est traversée de crises. Poser ensuite la problématique telle qu'elle est fournie par le sujet.

Premier paragraphe : une volonté de négociation, de dialogue

Rappeler le changement de dirigeant en URSS, définir l'équilibre de la Terreur, indiquer la crise de Cuba qui rend plus ardente la question du dialogue, prise en compte de la modification du contexte international...

Deuxième paragraphe : une paix apparente mais un combat idéologique permanent

Insister sur l'opposition entre les deux modèles, sur l'obsession de la course aux armements, sur le climat de peur et la recherche de la diabolisation de l'autre

 

Conclusion : la coexistence pacifique est effectivement une paix armée. Ce n'est qu'un moment dans la guerre froide où le dialogue a été un peu plus important mais où les antagonismes sont restés profonds et ont même été ravivés à partir de la fin des années 70. Ce ne fut qu'une période de relative accalmie entrecoupée de crises dans les tensions internationales.

 

Là encore, j'attends vos réactions pour voir ce qui vous pose problème ou ce qui vous paraît bien fonctionner dans ce type d'exercice.

Repost 0
22 février 2007 4 22 /02 /février /2007 11:40

LA GUERRE FROIDE ET LES SOVIETIQUES (1947-1991)

LA COLONISATION EUROPEENNE EN AFRIQUE (1880-1939)

 

Remarques préliminaires

La moitié des élèves de la classe a choisi l'épreuve de la composition lors du bac blanc du 2 février. Les sujets ne présentaient pas de difficultés particulières et le cadre chronologique était suffisamment vaste pour permettre l'édification d'un plan et la mise en valeur de connaissances.

On doit noter que les sujets présentaient des bornes chronologiques précises qu'il fallait expliciter dès l'introduction.

Plusieurs types de plans étaient possibles. Les périodes étant suffisamment larges, on pouvait naturellement organiser la réflexion avec un plan chronologique. Les plans thématiques étaient aussi envisageables, notamment pour le deuxième sujet.

Il est impératif de respecter les règles de l'introduction et de ne pas faire l'impasse sur l'explicitation des termes importants du sujet qui n'étaient pas difficiles :  guerre froide, Soviétiques, colonisation. Je vous renvoie à la méthode de l'introduction.

D'après les rares copies que j'ai pu corriger sur ces deux devoirs, on peut dire que le niveau de connaissances était très faible. Une copie réussit même le tour de force de ne pas donner une seule date sur la colonisation européenne en Afrique, si ce n'est en introduction. Je ne peux que rappeler que l'histoire ne peut pas se passer d'événements datés. De même, les hommes disparaissent. On parle d'"Européens" mais jamais des différentes puissances coloniales, des politiques qui ont encouragé l'aventure coloniale, ceux qui l'ont mise en oeuvre en Afrique... Une réflexion sur la mise en place du système colonial était indispensable pour voir comment les Européens administraient ces territoires... REGLE NUMERO 1 EN HISTOIRE : NE PAS OUBLIER LES FAITS ET LES ACTEURS !!!  REGLE NUMERO 2 : NE PAS ÊTRE JUGE (évitez les malheureusement, grâce à..., à cause de...).

 

Quelques suggestions de plans

LA GUERRE FROIDE ET LES SOVIETIQUES (1947-1991)

PLAN THEMATIQUE

I Un modèle communiste opposé au modèle libéral américain

1. Economie socialiste et planifiée

2. Dictature politique plus ou moins forte (allant jusqu'au totalitarisme sous Staline, contrôle sur la société, la vie intellectuelle sous Brejnev, relatif assouplissement avec Gorbatchev...)

3. Une vision du monde opposé à celle du bloc de l'Ouest : doctrine Jdanov

 

II Les ambitions soviétiques durant la Guerre froide : une politique aggressive

1. Un développement technologique et militaire pour contribuer à l'équilibre de la Terreur (course à l'armement  avec la crise de Cuba notamment, Spoutnik...)

2. Une volonté impéraliste dans la politique étrangère : blocus de Berlin en 48, mur de Berlin en 61, soutien lors de la guerre du Vietnam (1965-1973), invasion de l'Afghanistan en 79, création du Pacte de Varsovie en 55

3. Une volonté d'influence internationale (pro-décolonisation, ingérence dans les affaires du Tiers-Monde).

 

III L'URSS entre volonté et nécessité de promouvoir la détente : une politique plus conciliatrice

1. La déstalinisation et ses conséquences pour la guerre froide : coexistence pacifique puis détente

2. Après 1985, la nouvelle politique de Gorbatchev et ses conséquences dans l'assouplissement des relations E/O

3. L'échec des deux politiques : l'effondrement du bloc de l'Est (89) puis de l'URSS (91)

 

PLAN CHRONOLOGIQUE

I De 1947 au milieu des années 1950 : la mise en place de la guerre froide

1. Doctrine Jdanov contre Doctrine Truman

2. Stalinisme et fermeté dans les relations internationales (blocus de Berlin, guerre de Corée)

II L'URSS entre assouplissement et durcissement de la guerre froide

1. Conséquences de la déstalinisation : voyages de Khrouchtchev, téléphone rouge, accords Salt, accords d'Helsinki (1975)

2. Un durcissement épisodique : crise de Cuba et surtout après 1975 : Afghanistan, course à l'armement pour faire face aux Etats-Unis

III Vers une détente plus durable (milieu des années 80-1991)

1. Une politique nécessaire : retard économique, contestation sociale et intellectuelle

2. Glasnost, désarmement sous Gorbatchev (traîté de Washington en 1987) mais qui conduit à la perte de la guerre froide (89-91)

 

 

LA COLONISATION EUROPENNE EN AFRIQUE 1880-1939

PLAN CHRONOLOGIQUE

I 1880-1914 : L'Europe à la conquête de l'Afrique

1. Aux origines de la colonisation européenne en Afrique : les puissances coloniales, les relations internationales marquées par la compétition...

2. Motifs et justifications de la colonisation européenne : civiliser (logique inspirée des Lumières), débouchés économiques (parti colonial) ...

3. Des expéditions à des conquêtes parfois violentes : exploration du continent à partir des voies naturelles de communication, utilisation de la force armée (armement, puissance technologique héritée de la révolution industrielle).

II 1914-1939 : l'apogée de la colonisation européenne en Afrique

1. Tout le continent est partagé par les puissances coloniales ou presque (Libéria)

2. Un système d'exploitation colonial mis en place (analyse détaillée d'un exemple, comme le Congo belge)

3. Les débuts timides d'une contestation, interne et parfois issue des métropoles

 

PLAN THEMATIQUE (plus proche du cours)

I Les facteurs et les acteurs de la colonisation européenne

II Le partage de l'Afrique entre les puissances coloniales

III La domination européenne : mise en place du système colonial et début des contestations

Conclusion : en 1939, d'immenses empires coloniaux... métropoles de plus en plus attachées à leurs colonies, peu de volonté d'émanciper ces peuples, donc contradiction avec les idéaux qui avaient présidé à la conquête

 

Pour terminer, il serait bon qu'un débat s'engage entre les élèves de la classe et moi-même pour mieux cerner les attentes et les difficultés de chacun face à cet exercice pas si difficile qu'il y paraît !

Repost 0

HISTOIREGEOCRPE Archives

Les-archives-nationales