Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Le blog Histoiregeoenforce
  •   Le blog Histoiregeoenforce
  • : Blog qui peut être utile pour l'enseignement de l'histoire et de la géographie au lycée et ailleurs...
  • Contact

PREAMBULE

UN BLOG PARMI D'AUTRES POUR FACILITER LES RELATIONS, LES ECHANGES AVEC LES HEUREUX JEUNES GENS QUI ONT LE PLAISIR DE SUPPORTER G. SABATIER QUELQUES HEURES PAR SEMAINE ! QUE LA FORCE SOIT AVEC CEUX QUI CONTRIBUERONT A CE BLOG ET A CELUI QUI TENTERA DE LE FAIRE VIVRE !  POUR QUE TOUS SUIVENT LA ROUTE DE L'HISTOIRE-GEOGRAPHIE

Un bout de chemin ensemble...  (photo personnelle - 2005)

PASSANTS DU BLOG

20 juin 2008 5 20 /06 /juin /2008 10:13

Correction de l’interrogation : « aménagement des territoires en France métropolitaine
(objectifs, acteurs, conséquences) »

 

Quelques constats :

-          Beaucoup de copies comportent un croquis avec une légende, ce qui est un point positif. Le croquis même s’il est simple doit malgré tout être soigné (titre et légende à l’encre) et apporter un plus. Certains croquis n’ont rien à voir avec le sujet et parfois avec le contenu du texte écrit avant ou après eux !

-          Attention au niveau d’expression et à l’orthographe : notamment, développement, aménagement, voies de communication

-          Dans la forme, la méthode de la composition est bien en place mais l’introduction est souvent ratée, car personne ou presque ne pense à analyser les termes du sujet : aménagement et territoires.

 
Quel plan pour la composition ?

Le plan de la composition dépend du sujet donné et ne peut pas être une récitation de leçons mises bout à bout. Certains parlent, par exemple, de l’implantation de sites industriels français à l’étranger, ce qui pour un sujet sur la France métropolitaine (excluant donc les territoires ultramarins), est assez surprenant ! Des parties entières sont consacrées à l’explication d’un réseau urbain…  Les connaissances doivent s’adapter au sujet donné.

Pour réaliser la composition, le sujet précisait entre parenthèses trois entrées possibles : « objectifs » ce qui revenait à se poser la question suivante : « pourquoi aménage-t-on les territoires en France ? » ; « acteurs » : « qui aménagent les territoires en France ? » ; « conséquences »: « quels problèmes résultent de l’aménagement des territoires en France ? » Répondre en trois parties à ces questions garantissaient de bien cerner le sujet. Il y avait d’autres démarches possibles, comme dresser une typologie des différents aménagements en fonction des principaux milieux du territoire français, ou encore réaliser une réflexion à plusieurs échelles (locale, régionale, nationale) pour voir comment fonctionnait l’aménagement des territoires. Mais les solutions les plus simples surtout dans un exercice en temps limité ne sont pas souvent les plus mauvaises !

 

Introduction : elle comporte toujours trois étapes.

L’accroche ou l’entrée en matière doit conduire le correcteur au sujet. 

Exemple : ‘La France métropolitaine, n’incluant pas les départements et territoires d’outre mer, est un lieu de transit important entre l’Europe du Sud et l’Europe du Nord. De plus, notre pays se développe aussi donc il faut constamment aménager les territoires. L’aménagement s’effectue selon les besoins et en plusieurs étapes où interviennent différents acteurs ayant différents rôles à jouer, et étant souvent en désaccord.’  (William) ou encore ‘La France doit à son histoire son actuelle organisation du territoire et au fil des années, dans une logique de progrès, elle tend à améliorer l’aménagement des territoires. Cependant, elle doit respecter de nombreux critères face à des contraintes de plus en plus importantes.’ (Chloé)

 

La deuxième étape consiste à analyser le sujet pour arriver à une problématique. Peu d’élèves passent par cette étape qui est essentielle. Il faut définir les termes importants de manière simple mais claire. Aménagement renvoie à l’action de l’homme qui transforme ce que la nature lui a donné, pour l’améliorer. Le terme « territoires » est au pluriel alors que l’on a longtemps parlé en France d’aménagement du territoire. Le territoire est un morceau d’espace marqué par un passé et une histoire que l’homme transforme. Pourquoi parle-t-on aujourd’hui d’aménagement des territoires  et non plus du territoire ? pouvait constituer le cœur de la réflexion. D’autres problématiques ont été dégagées par les élèves comme ‘comment aménager les territoires en France, dans quelles logiques et qui est à l’origine de ces aménagements ?’ (Chloé) ou ‘dans quelle mesure l’homme essaye-t-il de concilier milieu naturel et aménagement des territoires ?’ (Marion) ou A quel niveau se font les différents aménagements en France et quelles en sont les répercussions sur le territoire ?’ (Camille)

Une fois la question posée et le plan annoncé (3ème étape), le but de la composition sera d’apporter progressivement, au fil des parties, des éléments de réponse !

 

PLAN DETAILLE POSSIBLE  

I Pourquoi aménager les territoires en France ? …

  1. 1. … pour développer l’espace économique français (améliorer la performance des territoires)
    Créer des pôles d’activités, notamment à la périphérie des grandes agglomérations (implantation des pôles de compétitivité), nécessité d’intensifier les relations avec les partenaires européens, exploiter les ressources : agriculture intensive utilisant le remembrement ou l’irrigation, exploitation de la forêt pour la construction…
    2. … pour faciliter la mobilité des hommes à différentes échelles
    Des aménagements locaux pour fluidifier le trafic pendulaire (exemple : créer un pont suspendu sur la Loire), créer de nouvelles relations entre les villes (lignes à grande vitesse, autoroutes en projet)
    3. … pour répondre aux  besoins d’une société de loisirs
    Développement des zones touristiques dès les années 60 (région comme le Languedoc), des stations d’hiver, des parcs d’attraction ou de zones d’animation comme les complexes d’animation à l’échelle locale.
    4. … pour corriger les erreurs du passé
    Mieux répartir la richesse plutôt que de la concentrer sur quelques pôles (lois de décentralisation) ; construire des équipements pour désenclaver des territoires (viaduc de Millau par exemple).

 Bilan : on peut bien parler d’aménagement des territoires car aujourd’hui les objectifs sont très nombreux et diffèrent aussi selon les échelles. 


II Quels acteurs interviennent ?

  1. 1.  L’Etat : un rôle encore décisif
    Longtemps seul ou presque décideur (cf : ministère de l’équipement ou de l’aménagement du territoire qui est devenu le ministère de l’aménagement et du développement durables), il peut aussi financer des projets : reconversion des zones en déclin ou en déprise, pôles de compétitivité…
    2. Les collectivités territoriales de plus en plus en plus présentes
    Elles soutiennent ou s’opposent à des projets d’aménagement (cf : le conseil général de la Loire qui finance le pont suspendu sur la Loire, le désaccord entre les conseils généraux de la Loire et du Rhône pour l’A45). Elles ont un rôle très important dans l’aménagement des territoires et peuvent intervenir pour rééquilibrer les relations entre les métropoles des régions, notamment par les transports. Rôle de plus en plus important de l’intercommunalité pour implanter les équipements collectifs (comme les déchèteries) et augmenter leur efficacité, ou améliorer l’utilisation des transports collectifs en milieu urbain (exemple : les PDU)
    3. Les acteurs locaux : riverains, associations, monde économique…
    Rôle de pression très important pour soutenir ou s’opposer à l’aménagement des territoires. Conflit d’acteurs entre eux ou avec l’Etat et les collectivités territoriales en fonction des intérêts qu’ils cherchent à défendre : protection du cadre de vie, défense des activités de loisirs, implantation de zones d’activités, de loisirs,  ou volonté de préserver les activités plus anciennes (ex : les marais salins en Camargue), réalisation de voies de communication

 Bilan : on peut bien parler d’aménagement des territoires étant donné la multiplicité des acteurs qui interviennent et qui défendent des intérêts divergents.


III Pour quelles conséquences ?

       1. Des milieux de plus en plus anthropiques
Disparition des milieux naturels sous l’action de l’homme : interventions massives dans le milieu urbain et littoral : endiguement, remblais, transformation des paysages. Même dans les territoires ruraux, l’action de l’homme est de plus en plus visible : irrigation, remembrement.
2. Des risques renforcés par l’action de l’homme
Développement de l’érosion dans les milieux littoraux qui fragilisent certaines espaces : ensablement, destruction des falaises ; pollution de l’eau, de l’air renforcés par le développement de l’élevage hors-sol dans certaines régions ; risque d’incendie dans les forêts méditerranéennes…
3. La prise en compte des répercussions environnementales
Depuis une vingtaine d’années, apparition d’une législation importante : loi littoral (86), loi sur l’air (96), volonté de préserver des territoires : conservatoire littoral qui achète des terres pour éviter l’urbanisation, création de parcs naturels nationaux (Ecrins, Vanoise, Cévennes) ou régionaux (Pilat). Volonté de concilier besoins des hommes et respect de l’environnement qui s’incarne dans la volonté de promouvoir un développement durable… qui reste un compromis parfois bien difficile à trouver !


Conclusion : l’expression aménagement des territoires est pour la France métropolitaine se justifie de plus en plus, tant les questions d’aménagement sont complexes, faisant intervenir des logiques et des acteurs différents, en situation parfois de rivalité. En outre, les territoires s’aménagent à différentes échelles (de l’échelle européenne à l’échelle locale), qui se superposent parfois.


 
Repost 0
30 mai 2008 5 30 /05 /mai /2008 11:31

Vous avez rêvé de tout savoir sur les roches pour qu'elles vous racontent l'histoire de la terre : du primaire au tertiaire... Alors rendez-vous sur le blog élèves du lycée François Mauriac-Forez pour des articles consacrés à la sortie Géologie organisée par madame Villeneuve et madame Brun, professeurs émérites de SVT... Vous y découvrirez les Premières S1 et S2 aux prises avec les éléments déchaînés et les sommets alpins. Mais vous saurez aussi pourquoi Thanousson a, comme la nature, horreur du vide, comment Chloé, pour son plus grand plaisir, apprit à dessiner, comment on lave une roche à la méthode Lebienvenu, comment Clément et Cindy font réagir les roches... , sans oublier ce qu'a écrit William (à ses parents ?). Bref, dans quelques jours, vous aurez toutes ces informations sous la main !

Repost 0
22 mai 2008 4 22 /05 /mai /2008 20:13

En 1937, lors de l'Exposition universelle de Paris, le groupe sculptural signé Vera Moukhina a été installé sur un immense piédestal devant l'entrée au pavillon de l'URSS, juste en face du pavillon allemand. La sculpture russe, réalisée pour la première fois en acier inoxydable, a fait sensation à Paris. Pour la première fois, l'Occident a vu une image concrète de la nouvelle idée, qui consistait à organiser la société selon les canons marxistes, où la propriété privée des moyens de production est abolie et où le prolétariat est au centre des intérêts de l'Etat. L'oeuvre de la sculptrice a été si frappante que les autorités françaises ont demandé au gouvernement soviétique de vendre le groupe à la ville de Paris. Staline a dit non. Après la fermeture de l'exposition, la sculpture a été démantelée et rapatriée à Moscou dans un train spécial.

CORRECTION – L’homme nouveau dans les régimes totalitaires des années 30.

 
QUESTION DE COURS

Le nazisme tire son nom d’un parti créé dans les années 20 en Allemagne auquel a appartenu Hitler, le NSDAP, le parti national-socialiste des travailleurs allemands. L’abréviation Nazi résulte de la contraction du terme Nationalsozialistische ou de la doctrine défendue par Hitler : le National Socialisme ou National Sozialismus.  Le nazisme est mis en place avec l’arrivée d’Hitler au pouvoir, en 1933 (appelé au poste de chancelier par le président Hindenburg suite aux résultats des élections législatives).  

 

ETUDE DE L’ENSEMBLE DOCUMENTAIRE

1. Le régime fasciste réserve peu de place à l’individu et à son épanouissement personnel. Il  semble lui assigner d’après le texte une unique fonction : celle de se transformer en soldat, en combattant, prêt à tout, y compris à souffrir sans se plaindre, pour défendre sa nation et l’idéologie fasciste.

2. Le document 2 renvoie à l’idéologie communiste telle que la conçoit Staline, le dictateur en place en URSS depuis la fin des  années 20. Cette statue, ornant un pavillon de l’exposition universelle à Paris, doit montrer aux puissances étrangères la force du communisme. On y retrouve sur un pied d’égalité, affichant le même dynamisme et la même détermination, l’ouvrier et la kolkhozienne. Cette statue rappelle les fondements du communisme : mise en commun des terres (kolkhozienne) et des outils de production (ouvrier) pour développer l’économie et abolir les classes sociales. La faucille et le marteau tenus par les deux personnages sont les emblèmes de l’URSS.

 Le document 4 renvoie à l’idéologie nazie, qui croit en l’inégalité des races. Le problème donné aux élèves allemands, dès l’installation même du régime hitlérien (1933), vise à dénoncer le coût excessif pour la société allemande des êtres jugés inférieurs : handicapés et épileptiques. On a là l’illustration de la croyance du nazisme en une race supérieure, la race aryenne, qu’il faut purifier en la débarassant de ses éléments les moins nobles. On suggère l’élimination des malades mentaux ou physiques : c’est l’eugénisme.

3.  Les qualités dont doit être pourvu l’homme nouveau dans les totalitarismes sont :

-          la force physique, le courage : doc 1 et 3.

-          la virilité doc 3.

-          se mettre au service de la guerre : doc 1 et 3 (le glaive du bronze)

-          la détermination : doc 2

-          la perfection physique : doc 3 et 4.

-          La soumission à l’idéologie : doc 1 et 2.

4. Les moyens utilisés sont :
- l'art officiel, notamment la sculpture (docs 2 et 4), qui privilégie le réalisme et rappelle l'art antique  
- l’embrigadement dans les organisations de jeunesse : les squadristes (doc 1)
- l’école et l’éducation par les programmes et les exercices donnés aux élèves (doc 4)

 
REPONSE ORGANISEE :
 - CE N’EST PAS UNE SYNTHESE DE DOCUMENTS CAR ON DOIT LES EVOQUER MAIS AUSSI PARTIR DE SES CONNAISSANCES
- CE N’EST PAS UNE COMPOSITION : il ne faut pas faire une introduction d’une page, annoncer un plan… mais il faut quand même suivre un plan précis !

 
Introduction : très courte (elle doit simplement poser le problème)

-          rappeler les trois régimes totalitaires  et les dates

-          évoquer leurs différences de nature : fascisme et nazisme sont différents du stalinisme mais rappeler leur ambition commune : créer un homme nouveau (ce qui les différencie de la simple dictature)

I La définition de l’homme nouveau selon les trois régimes

1. Les similitudes :

-          soumission à l’idéologie et à son pays :  nationalisme

-          la force, le courage, le sens du sacrifice notamment dans la guerre : bellicisme

-          la virilité : régimes qui privilégient la masculinité et la figure du père et du guerrier


2. Les différences :

-          fascime (doc 1 + docs étudiés en classe) : soumission pour la grandeur de l’Etat et la diffusion du fascisme + racisme à partir de 1935

-          nazisme : pureté de la race, eugénisme. Créer une race aryenne pure, débarassée des êtres inférieurs : handicapés, malades mentaux… mais aussi Juifs (antisémitisme), Noirs (voir doc étudié en classe) , Tziganes

-          stalinisme : au nom du communisme, mise en commun des biens, des moyens de production pour répandre le communisme en URSS et dans le monde


II Les moyens mis en œuvre


1. L’art : un moyen de persuasion

-          sculptures : diffuser l’image de l’homme nouveau mais aussi la peinture, le cinéma…


2. L’embrigadement, notamment de la jeunesse

Les associations de jeunesse dans les trois régimes qui doivent encadrer puis transformer les jeunes (organisations para-militaires, défilés avec fusils, culte de la virilité…)


3. L’éducation
qui sert non pas à éveiller l’esprit critique mais à endoctriner et à diffuser l’idéologie (doc 4).  Rôle de l’école mais aussi des loisirs et du sport (J.O de Berlin…)


CONCLUSION (très courte) :
Les totalitarismes présentent d’un point de vue historique une originalité très forte : seule véritable tentative de transformer tout un peuple selon des critères idéologiques préalablement définis. L’homme nouveau n’est pas qu’un être soumis, c’est aussi un être modelé de toutes pièces par un régime politique. Ambition démesurée qui a conduit à un échec ?

Repost 0
5 février 2008 2 05 /02 /février /2008 20:19

COMMENT ABORDER NOTRE CHAPITRE CONSACRE A LA PREMIERE GUERRE MONDIALE ?

EN ALLANT AU CANADA OU A LA DECOUVERTE DU DERNIER POILU !

Le programme de Première ES invite à traîter dans sa partie guerres, démocraties et totalitarismes, la période déjà étudiée au collège de la première guerre mondiale. Contrairement à la classe de Première S, où les élèves sont invités à se plonger avant tout dans une histoire des mentalités avec le thème Les Français dans la guerre, l'approche est beaucoup plus globale pour la classe de Première ES et permet surtout d'envisager le conflit dans sa dimension planétaire. Les ressources ne manquent pas sur Internet et certaines permettent d'avoir une vision des plus intéressantes, brisant avec l'européocentrisme traditionnel que l'on constate dans de nombreux manuels scolaires pour le traitement de cette question.
Je vous recommande ainsi de vous rendre sur un musée de la guerre canadien présentant le premier conflit mondial sous forme de jeu virtuel très informé historiquement. Les élèves sont ainsi invités à faire de l'histoire en se mettant dans la peau d'un combattant canadien chargé de combattre dans une terre étrangère pour des intérêts le dépassant ! Le jeu s'appelle A l'assaut ! et si certains d'entre vous ont l'occasion de l'expérimenter, j'attends avec impatience leurs impressions pour savoir si vous y voyez une démarche pertinente pour faire de l'histoire autrement...

Dans la rubrique "Enseignants", vous découvrirez à la fois des questionnaires prévus pour les élèves mais aussi bien d'autres ressources comme des affiches de propagande canadiennes (notamment incitant à aller défendre les frères français pour les Canadiens francophones) et aussi une carte poste préremplie que les soldats pouvaient envoyer à leur famille sans risque d'être censurés ! Voici une belle occasion de renouveler son fonds documentaire et également de voir comment l'histoire s'enseigne loin de nos contrées... A ce titre, les activités proposées aux élèves sont particulièrement troublantes par rapport à la façon dont nous enseignons l'histoire et confrontent de manière directe et quasi systématique passé et présent... A vous de vous faire votre propre opinion ! 

Pour les élèves de Première S, qui travaillent plus sur une vision française du conflit, on peut se rendre sur le site de Libération pour y découvrir la manière dont Lazare Ponticelli a vécu la Grande Guerre. De qui s'agit-il ?  Du dernier survivant français ! Un témoignage d'une valeur inestimable recueilli en 2005 par ce quotidien. A découvrir d'urgence.

lazare-ponticelli.jpg
Lazare Ponticelli lors de la célébration de ses 110 ans (photo sur site Femme actuelle)

Repost 0
20 décembre 2007 4 20 /12 /décembre /2007 22:11
CORRECTION
 1. La Vendée se situe à l’Ouest de la France, sur la façade atlantique. A l’échelle européenne, la Vendée est éloignée du cœur économique européen, elle est en position périphérique par rapport à la mégalopole. Sa situation ne paraît donc pas très avantageuse : elle est à l’écart des grands échanges commerciaux sur une façade maritime bien moins dynamique que celles de l’Europe du Nord-Ouest.

2. Le réseau urbain de la région Pays-de-Loire est hiérarchisé et équilibré. Le principe de maillage est bien respecté : il n’y a pas de concurrence entre les villes. La capitale régionale, Nantes, domine le réseau urbain. On retrouve le principe de carrefour avec des villes comme Angers ou Le Mans qui se trouve à l’intersection de voies de communication (autoroutière ou ferroviaire). Le principe de situation est également visible notamment avec Nantes qui peut profiter de sa position de fond d’estuaire (débouché maritime). La fonction portuaire explique d’ailleurs en partie la croissance historique de Nantes, enrichi notamment aux XVII-XVIIIe siècles par le commerce triangulaire. 

3. Il s’agit d’un document extrait d’une brochure éditée par le Conseil général de Vendée en 1997 visant à montrer la position avantageuse de la Vendée dans l’ensemble européen. Cette brochure est en fait un document publicitaire destinée à des industriels, des entrepreneurs français ou européens pour qu’ils viennent s’implanter en Vendée.

4. La Vendée se présente rattachée à l'Europe par un réseau de communications très performant et très complet : carrefour autoroutier, aéroport nantais (qui ne se trouve pas en Vendée), des ports de commerce comme Saint-Nazaire et La Rochelle (qui ne se trouvent pas en Vendée) et le TGV atlantique qui dessert la Roche sur Yon (mais ce n’est pas une ligne TGV !).  La Vendée fait également partie d’une alliance de régions européennes allant de l’Irlande au Portugal : l’Arc atlantique. C’est une tentative d’alliance pour renforcer les échanges et l’activité et essayer de soutenir la comparaison avec la mégalopole européenne.  

5. La Vendée apparaît sur cette carte comme un espace délaissé par les grandes voies de communication. Seule une autoroute traverse le département, il n'y a pas de lignes TGV… Les équipements qu’elle présente dans la publicité se situent en fait dans les départements voisins. De plus, elle n’a pas d’hinterland, c'est à dire d’arrière pays dynamique économiquement. Le conseil général de Vendée tente de vendre son département en faisant croire qu’il présente un vaste marché et qu’il est très bien relié à l’Europe. C’est une vision idéalisée, peu conforme à la réalité.

Repost 0
20 novembre 2007 2 20 /11 /novembre /2007 20:23

Peut-être avez-vous entendu parler "du fameux questionnaire de Proust", dont des versions plus modernes (et parfois beaucoup plus longues aussi) circulent dans certains blogs ? 
Je vous soumets aujourd'hui une partie des réponses apportées par un grand personnage historique. En espérant que vous saurez le retrouver grâce à ce questionnaire qui permet de cerner la personnalité  : 

 "Votre vertu préférée : La simplicité
Votre vertu préférée chez un homme : La force
Votre vertu préférée chez une femme : La faiblesse
Votre trait caractéristique principale : La ténacité
Votre idée du bonheur : Combattre
Votre idée du malheur : La soumission
Le défaut que vous pardonnez le plus : La crédulité
Le défaut que vous détestez le plus : La servilité
(...) Couleur favorite : Le rouge
Nom favori : Laura, Jenny 
Plat favori : Le poisson
Maxime favorite : Rien de ce qui est humain m’est étranger [Nihil humani a me alienum puto]
Devise favorite : Douter de toute chose [De omnibus dubitandum]"


De qui s'agit-il ? Quelle idéologie défendait-il ? Si vous avez besoin d'un rappel sur les différentes idéologies de l'âge industriel, allez voir le travail réalisé par Cindy P. (Première S1)

Pour vous aider, vous pouvez aller à l'écoute, en ces temps de manifestations et de grèves, d'un chant fort célèbre, dont les paroles furent écrites par Eugène Pottier et la partition réalisée par Pierre Degeyter...
Ce site vous permettra en plus d'en avoir différentes versions, en différentes langues (j'ai un penchant pour le danois, mais c'est très personnel !). Aux dernières rumeurs, il n'est pas encore prévu que les participants à la Star Ac en présentent une nouvelle version. Je ne pense pas qu'il faille le regretter...

Repost 0
23 septembre 2007 7 23 /09 /septembre /2007 08:13

Nous avons abordé, pour mieux comprendre la fragmentation de l'Europe, le cas de la Yougoslavie. Un passage du cours a présenté le tout début d'un très long documentaire produit par la BBC dans les années 90 au titre évocateur : Yougoslavie, suicide d'une nation. Nous avons également évoqué la politique du maréchal Tito, qui a dirigé ce pays d'une main de fer, jusqu'à sa mort en 1980 en lui donnant pour devise : "Unité et fraternité". 

Pour attirer les touristes européens, bien avant que la Croatie devienne une destination à la mode chez les tour-opérateurs, voici un exemple de publicité qui vantait les "mérites" du peuple yougoslave.

« Imaginez un pays de 25 millions d’habitants, au coeur de la vieille Europe : un pays où l’on trouve d’antiques cités aux vastes patrimoines de pierre et d’Histoire, au bord d’une mer turquoise aux plages de sable fin. Un pays multinational et multi-confessionnel de six nationalités, cinq républiques, quatre langues, trois religions (et deux alphabets), ensemble réunis autour d’un même idéal. Et ce pays n’est pas un rêve, c’est la Yougoslavie. »


Dire que le rêve a été brisé au cours des années 90 est une évidence, d'ailleurs la séparation de la Yougoslavie en multiples états : Slovénie, Macédoine puis Croatie, Bosnie-Herzégovine, Serbie, Montenégro, est un bel exemple de la fragmentation du "continent européen". Le mouvement est-il achevé ? Quid de l'avenir de la Bosnie-Herzégovine, qui reste encore multi-confessionnelle et du Kosovo, la province à majorité musulmane de la Serbie...

Un article tente de faire le point sur les causes de cet éclatement yougoslave en faisant référence au documentaire de la BBC. Vous pouvez également consulter la biographie de Tito qui a joué un rôle prépondérant dans la politique des nationalités en Yougoslavie. Lui-même issu d'une union pluriethnique (père croate, mère slovène), il tenta, quitte à user de la répression, de faire cohabiter toutes les nationalités, malgré des rivalités historiques, notamment entre Serbes et Croates. Il créa de toutes pièces, dans cet ensemble à la croisée des populations chrétiennes du Nord-Ouest de l'Europe, slaves de l'Est de l'Europe et musulmanes, une nouvelle nationalité : la nationalité musulmane, en guise de reconnaissance pour la contribution des populations de Bosnie, du Kosovo... à la victoire contre l'envahisseur nazi durant la seconde guerre mondiale. Cette confusion entre nationalité et religion ne contribua pas, bien des années plus tard, lorsque le nationalisme reprit vigueur, au maintien d'une Yougoslavie à la fois plurielle et unie.

carte-yougoslavie-avant-1991-copie-1.jpg

 D'une République fédérale comprenant 6 Républiques à 6 Etats européens indépendants (après la séparation en 2007 de la Serbie et du Monténégro)

Repost 0
5 septembre 2007 3 05 /09 /septembre /2007 12:44

Qu'est-ce que l'Europe ?

Interrogés sur cette question pour le moins embarrassante, les élèves de Première S1 devaient d'abord indiquer le nombre de pays qui selon eux faisaient partie de l'Europe, puis le nombre d'habitants de ce continent...

Un petit tour d'horizon des travaux rendus laisse apparaître que pour la classe, l'Europe compterait de 25 à 52 pays et que sa population serait comprise entre 250 millions et 3 milliards d'habitants...

Les limites de l'Europe posant problème, on se gardera bien de corriger sans prudence ces chiffres. Précisons toutefois que l'Europe (souvent confondue avec l'U.E) abrite une bonne quarantaine d'Etats (44 selon la très sérieuse O.N.U... qui au passage ne classe pas Chypre en Europe !). Sa population varie beaucoup en fonction de l'appartenance ou non de la Russie voire de la Turquie à cet ensemble continental. On avoisine les 600 millions d'habitants mais le chiffre atteint 750 millions en incluant la Russie.

Une carte des contours de l'Europe tirée d'un site Internet de coloriage pour les jeunes enfants... L'Europe s'arrête à l'Est aux limites... du format de l'image !

 

Voilà en tout cas, une année qui commence sans beaucoup de certitudes... Livrons-nous à présent à un tour d'horizon des réponses apportées par les élèves à la proposition : "L'Europe, pour moi, c'est..."
- une délimitation géographique, c'est donc un groupe de pays. Politiquement, les différents pays de l'Europe ont créé des liens, des accords entre eux. Il existe également des liens culturels, historiques qui unissent certains de ces pays entre eurs. L'Union européenne a été créée, tous les pays sont des démocraties. Une zone Euro a été également créée.

- un groupement de pays côte à côte.

- un ensemble de pays, une union (la même monnaie puis une démocratie pour une majorité de pays).

- le vieux continent, un ensemble de pays.

-un ensemble de pays formant un continent. Les pays d'Europe n'appartiennent pas forcément à l'Union européenne.

- une puissance commerciale et politique à l'échelle du monde. L'Europe c'est l'union de plusieurs pays au sein de l'Union européenne.

- un continent aux multiples facettes, tant par sa diversité culturelle que par ses différentes frontières. Malgré cela, il reste une unité indéniable entre les pays d'Europe, d'où la création de l'Union européenne.

- un continent qui se délimite grâce à ses frontières naturelles, de la Méditerranée à la Mer du Nord, de l'Atlantique au Caucase. C'est aussi un continent qui se soude grâce à la création de l'Union européenne.

- un ensemble de pays qui ont une histoire commune remontant à l'Antiquité mais aussi une culture, un patrimoine et des instances politiques communes qui visent à la rassembler pour permettre des échanges en son sein. Elle s'étend de l'Océan atlantique jusqu'à la moitié de la Russie, de la mer Méditerranée  jusqu'à l'Océan glacial arctique.

- un continent dont la plupart des pays font partie de l'Union européenne. C'est une puissance économique.

- un regroupement de pays avec des cultures et des fonctionnements différents.

- un "territoire" où un certain nombre de pays sont regroupés, ce qui forme le continent européen.

- de nombreuses et différentes cultures, religions, langues. Pour moi, l'Europe est différente et immense.

- un continent qui a su rassembler ses pays afin de défier économiquement les Etats-Unis. C'est un continent qui est au centre de l'économie mondiale, par ses échanges avec les Etats-Unis et l'Asie.

- un ensemble de pays qui se sont regroupés.

- le continent qui s'étend d'est en ouest de l'Islande à l'Oural et du sud au nord des îles méditerranéennes jusqu'en Norvège ou Suède. Mais c'est aussi l'association de 25 pays de l'Europe.

- un regroupement de pays liés par des accords politiques, économiques et sociaux.

- l'union qui fera la force contre la montée économique de la Chine, contre la puissance des Etats-Unis. C'est un ensemble de petits pays qui entretiennent de bons rapports et qui pourront s'allier en cas de guerre... L'Europe c'est le respect des droits de l'homme, l'égalité, la chute des frontières. L'Europe, c'est l"euro (même si beaucoup de pays ne font pas encore partie de la zone euro), la délocalisation.

- un ensemble de pays formant un des cinq continents du monde. Elle comporte environ 34 pays, 4 mers et un océan.

- un regroupement de pays permettant un échange plus grand (commerce notamment) ou bien d'ouvrir certains flux migratoires. Celle-ci constitue une force contre d'autres pays (comme le Japon ou les Etats-Unis).

- un des principaux continents

- tout d'abord un continent, celui où la France se situe. C'est aussi le nom donné à l'Union européenne qui compte désormais plusieurs pays de ce continent. L'Europe compte des pays au niveau de vie et de développement relativement élevés malgré quelques uns qui présentent un léger retard (tels que les pays de l'ex-Yougoslavie).

- un continent, une région du monde accueillant des pays comme la France, l'Italie ou même l'Espagne. Une région très développée et forte économiquement.

- un ensemble de pays dont certains appartiennent à l'Union européenne avec de nombreux échanges entre les pays.

- un regroupement de pays qui ont des lois en commun, leur monnaie en commun, le même mode de gouvernement pour la plupart. Mais ils se différencient quand même par leurs coutumes et leur mode de vie qui est très différent d'un pays à l'autre, au niveau de la religion, de la langue...

- un continent où il faut différencier l'Europe politique, Union européenne qui se compose de 27 pays, et l'Europe géographique qui se compose d'environ une cinquantaine de pays. Ce continent se situe au Nord-Est sur le globe et est la 2ème puissance après les Etats-Unis.

- l'union de plusieurs pays qui ont des projets ensemble. Beaucoup d'échanges commerciaux entre eux et des idées communes.

- une association de pays ayant décidé d'avoir des idées, des politiques et visant un même but. Les pays d'Europe sont aussi situés dans un même secteur géographique.

- un continent qui encadre de nombreux pays, ces pays sont séparés par des frontières imaginaires.

- un des continents les plus riches et les plus peuplés.

- un groupement de pays qui agissent ensemble pour pouvoir échanger des idées, des cultures. Tout cela pour que le vie de tous les habitants en Europe s'améliore d'années en années. De nouvelles technologies voient le jour grâce à cette fusion de pays.

- c'est... grand ! Un ensemble de villes dynamiques, faciles d'accès, un moyen d'étudier, de voyager à l'étranger. Des cultures et des paysages différents. Quelques dizaines de villes permettent beaucoup d'échanges (scolaires, industriels, économiques...). Des relations, des lois et une entre-aide.  Un accord et des conditions d'accès. L'Europe c'est aussi... impossible à dessiner.

 

On notera que beaucoup de définitions confondent l'Europe avec l'Union européenne, mais que certains précisent que tous les pays d'Europe ne sont pas nécessairement membres de l'U.E (27 membres depuis 2007). Des définitions montrent une approche culturelle, d'autres une approche plus politique ou économique... Beaucoup insistent sur l'idée de rassemblement (allant jusqu'à la fusion !) entre les pays européens, sans doute frappés par l'élargissement de l'U.E. Certains s'essayent à une délimitation avec des repères géographiques, même s'il apparaît que finalement, l'Europe c'est impossible à dessiner... même si des magasins de jouet en font des puzzles !

Repost 0
5 septembre 2007 3 05 /09 /septembre /2007 07:51

La première question soulevée par le programme de géographie de Première est simple : qu'est-ce que l'Europe ? Pour avoir une réponse simple, le mieux est encore d'aller regarder quelques cartes... En voici une sélection très sommaire !

Cette carte politique d'origine anglo-saxonne différencie les états européens par tout un jeu de couleurs qui apparaît aussi en Afrique et en Asie... On pourra constater que l'Europe s'étend très largement au Sud-Ouest, englobant la totalité des républiques du Caucase, de la Turquie, une partie du Kazakhstan... mais à l'Est, la Fédération de Russie n'est pas entièrement cartographiée et si l'Azerbaïdjan semble manifestement un pays européen... ce n'est pas le cas de l'Islande, mystérieusement oubliée !

  

Autre carte politique d'origine anglosaxonne qui prend cette fois le parti de cartographier clairement les pays européens en leur assignant une couleur spécifique... L'Islande est cette fois européenne, mais pas le Groenland (sous souveraineté danoise...), la Russie toujours à moitié européenne, ainsi que les pays du Caucase. Visiblement, la Turquie n'est pas rattachée au "vieux continent", ce qui ne déplairait pas sans doute à notre président de la République qui, lors de sa campagne, avait déclaré doctement que ce pays n'est pas européen, "tout simplement parce qu'il est en Asie mineure". Notez aussi que Chypre est exclu de l'Europe, n'est-il pourtant pas, pour sa partie grecque, membre de l'U.E ?

La célèbre encyclopédie collaborative en ligne Wikipédia offre elle aussi son regard sur l'Europe avec une très grande clarté... Islande mais pas Groenland, ni Turquie, ni Chypre, ni républiques du Caucase, ni Kazakhstan. Quant à la Russie, elle est clairement divisée à hauteur des Monts Oural, qui culminent à une altitude vertigineuse de 2000 mètres environ ! La carte reprend ainsi un découpage du XVIIIe siècle, qui n'était rien d'autre qu'une commande politique...

A vous, à présent, de trouver d'autres cartes et d'en faire une rapide mais toujours très instructive analyse... On y apprendra peut-être peu de choses sur ce qu'est l'Europe mais beaucoup sur les intentions de leur auteur !

Repost 0

HISTOIREGEOCRPE Archives

Les-archives-nationales