Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Le blog Histoiregeoenforce
  •   Le blog Histoiregeoenforce
  • : Blog qui peut être utile pour l'enseignement de l'histoire et de la géographie au lycée et ailleurs...
  • Contact

PREAMBULE

UN BLOG PARMI D'AUTRES POUR FACILITER LES RELATIONS, LES ECHANGES AVEC LES HEUREUX JEUNES GENS QUI ONT LE PLAISIR DE SUPPORTER G. SABATIER QUELQUES HEURES PAR SEMAINE ! QUE LA FORCE SOIT AVEC CEUX QUI CONTRIBUERONT A CE BLOG ET A CELUI QUI TENTERA DE LE FAIRE VIVRE !  POUR QUE TOUS SUIVENT LA ROUTE DE L'HISTOIRE-GEOGRAPHIE

Un bout de chemin ensemble...  (photo personnelle - 2005)

PASSANTS DU BLOG

19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 20:12

PISTES DE CORRECTION SUJETS DE COMPOSITION

 

Les deux sujets de composition retenus pour cette session 2012 ne présentaient aucune difficulté dans leur compréhension et pour leur traitement puisqu’ils reprenaient, comme prévu, les libellés de deux parties du cours.

 

Le premier « la guerre d’Algérie » pouvait être traité de manière chronologique en partant de la Toussaint rouge de 1954 pour terminer aux accords d’Evian de 1962. Il paraissait utile avant de démarrer le récit de la guerre de bien présenter les caractéristiques politiques et humaines de l’Algérie française, en insistant notamment sur l’opposition entre les deux communautés, musulmane d’un côté et européenne de l’autre. Un effort de problématisation pouvait être attendu des candidats. Les angles d’approche pouvaient être différents : « pourquoi ce conflit d’indépendance a-t-il autant marqué les mémoires ? » « quels éléments ont fait de la guerre d’Algérie un conflit d’une extrême violence ? »  « comment expliquer la durée et la radicalisation de cette guerre d’indépendance, de 1954 à 1962 ? ». Les élèves capables de citer des événements précis, des exemples analysés (voir par exemple le film La bataille d’Alger), seront sans nul doute récompensés.  Pour la correction, je renvoie au cours donné en complément de l’analyse des extraits de films que nous avons réalisée en travail de groupes, mais aussi à la correction d’une interrogation de début d’année sur l’étude de deux documents en Première S2.

 

Pour le deuxième sujet sur « les mutations de la population active en France de 1850 à nos jours », là encore, il n’y avait pas de réelle difficulté, hormis le fait d'arriver à traiter un sujet sur un temps long (plus de 150 ans). La problématique retenue pouvait être celle du cours : « en quoi les mutations de la population active en France reflète les changements économiques et sociaux connus par ce pays de 1850 à nos jours ? ».

En introduction, il était impératif de bien définir « population active » et donc, de bien centrer son propos, autour du travail et de son organisation sur plus d’un siècle et demi.

Là encore, les faits, les dates, les exemples précis (voir notre étude de cas sur Manufrance) sont à privilégier pour valoriser la copie. 

 

Suggestion de plan 

 A.  Des évolutions contrastées sur la longue durée selon les secteurs d’activité

- le lent déclin du secteur agricole qui s’accélère à partir des années 30. Mais la France a conservé une importante population active dans ce secteur par rapport à d’autres pays en voie d’industrialisation (spécificité par rapport à l’Europe).

- la progression contrastée du secteur industriel jusqu’aux années 70 puis un déclin manifeste

- le secteur tertiaire en progression sensible, surtout à partir des années 50.

Bilan : des évolutions qui reflètent l’industrialisation et l’urbanisation progressives de la France qui s’accélère à partir des années 50 et des Trente Glorieuses + une tertiarisation très forte, accentuée par les Trente Glorieuses et la période de forte croissance économique, cette évolution n’a pas été remise en cause par les périodes de crise économique (années 30 et années 70/80) où s’est développé un chômage de masse.

 

B. La lente affirmation d’une société industrielle (années 1850 aux années 1970)

- De nouveaux secteurs d’activité : essor de la grande entreprise  qui réclame un besoin croissant d’ouvriers (+employés de bureaux pour le secrétariat, la vente).  Nouveaux besoins pour l’Etat républicain (santé, éducation).

- Une diversité très grande parmi les ouvriers : artisans, ouvriers à domicile, ouvriers qualifiés ou peu qualifiés (fordisme et taylorisme).

- Le recours à l'immigration lors des périodes de croissance et de reconstruction pour transformer et développer le pays : les immigrés (dont l'origine géographique s'étend progressivement) forment une main d'oeuvre importante pour certains secteurs d'activités, comme le bâtiment, les industries lourdes, l'automobile... et sont les premiers touchés par les périodes de crise (cf les années 30 et le climat xénophobe). 

- Développement du salariat dans le secteur public et le secteur privé : baisse des professions indépendantes.

- Montée du rôle des femmes qui sont employés dans les industries, les activités tertiaires

- Une population active qui obtient des droits nouveaux dans le cadre de la mise en place d’un Etat Providence.

 

C. Les défis d’une société post-industrielle à partir des années 1970

- C’est tout d’abord le triomphe du salariat avec 91% des actifs.

- La tertiarisation de l’emploi progresse : plus de 70% de la population travaillent dans le secteur tertiaire tandis que le nombre d’ouvriers diminue.

- La fin des paysans s’est confirmée

- Le déclin de l’emploi industriel est lié à la désindustrialisation : en effet, dans le cadre d’une économie mondialisée, les entreprises françaises doivent faire face à la concurrence des pays du Sud (plus compétitifs) : de nombreuses entreprises ont délocalisé une partie de leur production ou ont tout simplement fait faillite. Dans un contexte d’élévation globale du niveau de vie, la précarité se développe. C’est la fin du plein emploi et le chômage connaît une forte poussée à partir des années 70 pour atteindre aujourd’hui 9% à 10% des actifs.

-  La féminisation de l’emploi engagée dans les années 60 se poursuit. 

- Ralentissement de l'apport migratoire dans la population active à partir de la fin des années 70. 

Repost 0
19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 18:24

Pour cette nouvelle épreuve du baccalauréat scientifique, où l'histoire géographie était passée en épreuve anticipée, les candidats étaient invités à se pencher sur un texte d'Heinrich Himmler. 

 

670776-heinrich_himmler_large.jpg

Le texte proposé est un extrait d’un discours prononcé par Himmler, grand dignitaire du parti nazi allemand, chef des SS, dans une ville polonaise à Poznan, en octobre 1943. A cette date, l’Allemagne nazie domine et occupe une grande partie de l’Europe, dont une partie de la Pologne, depuis septembre 1939, même si elle commencer à essuyer, notamment sur le front de l’Est, des revers importants depuis la bataille de Stalingrad. En outre, depuis le début de l’année 1942 et la conférence de Wannsee, en janvier, les Nazis ont décrété la mise en place de la solution finale, c’est-à-dire l’extermination des populations juives d’Europe.

Dans ce discours, Himmler reprend de manière très claire la conception raciale et biologique de l’humanité selon le nazisme. Il distingue, en effet, des populations « au sang de bonne qualité » qui sont promises à dominer les autres peuples ou races. Elles doivent, selon  lui, par tous les moyens assurer leur pérennité (« si besoin, nous leur enlèverons leurs enfants et les élèveront chez nous »). Il les oppose aux peuples inférieurs, notamment les populations slaves (Russes et Tchèques, ligne 3) dont le sort lui est indifférent et dont l’Allemagne peut tirer profit. En effet, il s’agit de réduire ces populations à une situation d’esclavage au service de l’Allemagne (fin du premier paragraphe). Pour cela, une véritable politique d’asservissement est utilisée avec les travaux forcés (« en creusant un fossé anti-chars »), les camps de concentration où notamment les détenus de toute nationalité opposés à l’Allemagne, meurent de faim et d’épuisement pour permettre au régime nazi de soutenir et de poursuivre l’effort de guerre. C’est la mort lente provoquée où le sort des prisonniers ne respecte aucun droit de la guerre (Dachau, Mauthausen, Buchenwald…). 

 Enfin, Himmler fait directement référence à l’extermination du peuple juif dans la 2ème partie du texte. Il en donne l’explication à la fin de l’extrait en faisant de l’extermination des Juifs une nécessité pour les Nazis car ces derniers voulaient les « tuer ». Les Juifs sont, en effet,  dès la prise de pouvoir par les Nazis en 1933, considérés comme un groupe ethnique et social à part, ce qui justifie dans un premier temps leur exclusion en Allemagne et dans les territoires conquis par cette dernière. L’année 1943 voit la poursuite de leur extermination planifiée et concertée à l’échelle du continent européen, phénomène qualifié en 1945 de génocide. Himmler mentionne alors explicitement que cette extermination fait partie du programme nazi « c’est une partie de nos plans », ce qui effectivement le cas avec l’édification, notamment en Pologne, de centres de mise à mort (ou camps d’extermination), qui marquent une étape supplémentaire dans leur anéantissement par l’organisation d’une véritable mort de masse et industrielle : Auschwitz (où sont gazés par exemple les Juifs du ghetto de Cracovie), Treblinka (où sont gazés ceux du ghetto de Varsovie). Cette extermination est réalisée en 1942-1943 et au début de l’année 1944 avant la percée des troupes soviétiques sur le front de l’Est. Le côté systématique de cette extermination à laquelle fait référence Himmler (« un monceau de cent cadavres ou de cinq cents, ou de mille ») engendre ainsi plus de 5 millions de Juifs européens morts lors de ce génocide. Cette extermination doit être, selon Himmler, réalisée dans la plus grande discrétion possible (ce qui contraste avec les premières formes d’extermination par fusillade menées par les Einsatzgruppen sur le front de l’Est dès 1941). Le but est, à travers cette extermination, de faire triompher l’idéologie nazie.

 

Repost 0
19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 09:17

Pour sacrifier à une tradition solidement établie, le professeur, lorsqu'il en a le temps, demande aux élèves un bilan de leur année en histoire-géographie et ECJS. Cette année, c'est la classe de Première S3 et plus particulièrement 32 de ses membres qui s'est collée à cet exercice. 


Voici un rapide aperçu de ce bilan !

 

En histoire, matière largement plébiscitée par les élèves, la hiérarchie entre les chapitres s'établit de la manière suivante. 

Les élèves ont classé en première position la guerre au XXe siècle (1er pour 56%), puis la France et la République (1er ou 2ème pour 44%), ensuite les totalitarismes (2ème ou 3ème pour 66%), colonisation/décolonisation (3ème ou 4ème pour 56%) et en dernière position la croissance économique depuis le milieu du XIXe siècle (classée en dernière position pour 62% de la classe). 

 

En géogaphie, le chapitre préférée a été celui de L'Union européenne et des territoires ultramarins (classé 1er ou 2ème pour 81% des élèves), ensuite presque au même niveau Les territoires français et leurs aménagements (2ème ou 3ème pour 60%) et l'Europe et la France dans le monde (2ème ou 3ème pour 56%) et en dernière position, Comprendre les territoires de proximité (3ème ou 4ème pour 56% de la classe). 

 

En ECJS, les élections présidentielles et la caricature ont été classées en première position par près de la moitié de la classe (47%) devant le mur, support d'expression (2ème pour 40%) et le mur de Facebook (3ème pour 44%). 

 

Pour l'utilisation des outils collaboratifs comme ce blog ou le groupe fermé Facebook, les retours sont positifs. Les élèves ont déclaré consulté le blog de quelques fois à très souvent pour 70% d'entre eux et ils pensent à 97% qu'il faut maintenir pour les générations futures le groupe fermé Facebook ! 

 

P1070266

Sortie sur le terrain en début d'année pour l'étude d'un espace de proximité... 9 mois se sont écoulés depuis ! 

Repost 0
27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 21:51

A partir d'un schéma simplifié de la plate-forme multimodale et aéroportuaire Roissy Charles de Gaulle, les élèves de Première devaient reconstituer une légende respectant les règles données (légende structurée, choix des figurés pertinent, bon usage du vocabulaire géographique). 

Voici deux travaux de 2 élèves de la classe, Nathan et Vincent B.

nathanleg003.jpgLa légende de Nathan est très bien organisée autour de 3 parties distinctes et pertinentes. Dommage que le vocabulaire géographique ne soit parfois pas plus utilisé. En particulier, à la place de la première entrée ("un réseau diversifié") un peu vague,  il aurait été judicieux d'utiliser le terme de plateforme multimodale. Dans cette rubrique, manque d'ailleurs la liaison par RER, pourtant présente sur le schéma. Pour les 2 autres rubriques, on pourrait regretter l'absence de la métropole parisienne dans le rayonnement international. Le figuré peut ainsi se justifier dans la seconde et la troisième colonnes. 

vincentbleg002.jpgLe travail de Vincent montre qu'à partir d'un même schéma, il est possible de concevoir des légendes tout à fait différentes mais tout aussi légitimes. On pourra formuler la même remarque que pour Nathan pour le libellé de la rubrique II qui aurait gagné à convoquer la notion de plate-forme multimodale. Pour le reste, le travail est cohérent et n'oublie aucun figuré utilisé sur le schéma (dommage de ne pas avoir ajouté plus de couleurs pour les réseaux de transport). Une maladresse d'expression pour le libellé de la première rubrique de la légende avec l'expression "une vision économique". 

Merci aux deux élèves d'avoir (spontanément) rendu leur travail pour le bien de tous !

Repost 0
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 22:28

Voici quelques pistes de correction pour la 2ème composition de géographie, proposée par Mme Mirodatos.

 

CORRIGE DU SUJET 2 : à partir d'exemples librement choisis, vous présenterez les différents acteurs de l'aménagement des territoires en France et leur rôle respectif.

 

 

Introduction

Déf de l'aménagement du territoire : ensemble des mesures économiques et politiques destinées à corriger les disparités spatiales à l'intérieur d'un territoire. Mais aussi, plus récemment, dans le cadre de la mondialisation et des atteintes accrues à l'environnement : ensemble des mesures destinées à renforcer la compétitivité d'un territoire et à assurer son développement durable. Noter par ailleurs le pluriel de territoire, ce qui implique plusieurs échelles d'étude.

Comment les différents acteurs aménagent-ils les territoires?

Annonce du plan en 3 parties.

 

1. L'Etat, un rôle traditionnellement important

Acteur essentiel de l'aménagement du territoire après la 2de Guerre mondiale :

  • des politiques de rééquilibrage du territoire : ZIP, métropoles d'équilibre
  • des aménagements touristiques (ex du Languedoc-Roussillon, du Plan Neige qui prévoit la construction de stations de 3ème génération)
  • le développement des transports

L'Etat a aussi un rôle de protection de l'environnement : Parcs nationaux créés dans les années 60, protection du littoral avec le Conservatoire du littoral...Plus largement, il cherche à encourager le développement durable : ex des Contrats de Ville puis CUCS, de l'EPASE, créé dans le cadre d'une OIN, intervention rare de l'Etat destinée à aider une ville en difficulté. Dans les zones rurales, pôles d'excellence.

L'Etat intervient enfin aujourd'hui pour renforcer le poids de certains territoires dans la compétition mondiale : ex des pôles de compétitivité comme celui de Paris-Saclay.

Un outil majeur: la DATAR (Délégation à l'aménagement du territoire et à l'action régionale) créée en 63. La DATAR a évolué en même temps que la notion d'aménagement du territoire : a été renommée Délégation interministérielle à l'aménagement et à la compétitivité des territoires (DIACT) puis de nouveau DATAR mais avec une signification nouvelle : Délégation interministérielle à l’aménagement du territoire et à l’attractivité régionale.

Mais le rôle de l'Etat est en recul avec le processus de décentralisation engagé à partir de 1982.

 

 

2. Collectivités territoriales et UE, un rôle croissant

 

Présentation des collectivités : 

  • les régions. Des compétences multiples, par ex la construction et l'entretien des lycées, les TER...
  • les départements : construction et entretien des collèges, construction et entretien des routes départementales, financement d'une partie du RSA...
  • les communautés de communes ou d'agglomération. L'ex de Saint-Etienne Métropole.
  • Les communes : élaboration des PLU (Plans locaux d'urbanisme), aménagement local (logement social, zones d'activités...)...
  • les « nouveaux territoires »

Ces collectivités jouent un rôle accru dans l'aménagement des territoires. Pour reprendre l'exemple de l'EPASE, Etat associé à la Ville de Saint-Etienne, à Saint-Etienne Métropole, au Conseil général de la Loire et à la région Rhône-Alpes. A présenter rapidement : la rénovation entreprise à Chateaucreux ou Carnot/Plaine Achille ou dans un autre quartier.


Autre exemples : communes associées à la protection de l'environnement. Voir le Parc de la Vanoise (ex du manuel) et de l'aire optimale d'adhésion à laquelle les communes environnantes sont conviées à appartenir.

. L'UE : des compétences accrues via notamment le FEDER (Fonds européen de développement régional) qui vise à renforcer la cohésion économique et sociale au sein de l’Union européenne en corrigeant les déséquilibres régionaux. Rôle dans la mise en place de transports pan-européens Liaison Lyon-Turin), dans la protection de l'environnement (espaces protégés Natura 2000).

 

3. Acteurs privés et individus

On peut encore se référer à l'EPASE, qui travaille avec des acteurs privés (professionnels du BTP, commerçants locaux) dans son action de renouvellement d'un quartier. Domaine des transports : ex de la LGV Bordeaux-Tours) dont la construction a été confiée au secteur privé : le groupe Vinci.

Les habitants : conviés à donner leur point de vue ou amenés à le faire en cas de non-adhésion à tel ou tel projet : ex des associations contre l'A45 ou contre le nouvel aéroport de Notre Dame des Landes.

144221_rassemblement-d-opposants-au-projet-d-aeroport-a-not.jpgVives contestations dans la région nantaise au sujet de l'aéroport Notre-Dame-des-Landes, un équipement qui divise notamment les socialistes et les écologistes

 

Conclusion

Une multiplicité d'acteurs aux aspirations parfois contradictoires, ce qui rend l'aménagement des territoires complexe.

Repost 0
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 09:49

Voici quelques pistes de correction proposées par M. Chanel pour l'étude du document d'histoire. 

La-francaise.jpg

Le document proposé reproduit la première page d’un journal hebdomadaire visiblement féministe : « La Française » agissant pour l’information et l’action féminines. L’article, écrit à l’occasion de la formation du gouvernement de Front Populaire par Léon Blum en juin 1936, met en avant le fait que, pour la première fois dans l’histoire de la République, trois femmes vont occuper des postes gouvernementaux.

 

Les actions en faveur de l’égalité des droits politiques et d’une participation des femmes à la vie républicaine remontent assez loin dans le temps mais se sont surtout renforcées après la Première Guerre mondiale qui les avait vues prendre une part importante à la défense de la République. Pourtant un projet de réforme avait été repoussé par l’Assemblée en 1919. Les féministes, emmenées notamment par Louise Weiss, avaient multiplié les actions, sur le modèle des femmes anglaises avant 1914, sans obtenir d’avancée décisive : la droite républicaine  et une partie de la gauche (radicale notamment) hésitant à imiter les pays voisins. Lorsqu’en 1936, les partis de gauche (PCF, SFIO et Parti Radical) réunis dans le Front Populaire gagnent les élections, une première avancée se produit. Non le droit de vote comme l’espérait Louise Weiss mais l’introduction de femmes dans le gouvernement, une façon détournée de faire entrer les femmes dans la République « par la grande porte », selon le sous-titre de l’article, même s’il ne s’agit pas de postes de ministres. Ces trois femmes (dont Irène Joliot-Curie, la fille de Pierre et Marie Curie), sans droit de vote, peuvent ainsi exercer des responsabilités politiques nationales : un paradoxe qui illustre bien l’ambiguïté des rapports entre la République et les femmes. 

 

Deux autres titres d’articles de cette page de journal montrent bien que les femmes ne sont pas encore considérées comme égales aux les hommes. D’une part l’égalité n’est pas encore une réalité mais juste un espoir  (« Vers l’égalité »); que ce soit dans le domaine politique ou dans la société en général, par exemple la famille ou le travail, la femme reste en position d’infériorité légale. De plus la revendication du droit de vote demeure une priorité (« Les femmes veulent le droit de vote »), les femmes restant ni électrices ni éligibles pour la IIIème République, tandis que le suffrage universel masculin datait de 1848. L’équilibre fragile du Front Populaire (dissout en 1938) empêcha de réaliser une réforme jugée trop hardie par beaucoup de députés.

 

Alors que le Front Populaire marque l’intégration définitive de monde ouvrier dans la République, il va falloir attendre la fin de la Seconde Guerre mondiale pour que les femmes réussissent à conquérir les mêmes droits politiques que les hommes, pour l’égalité totale dans la société, l’évolution n’est pas encore achevée.

 

Repost 0
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 09:41

Voici la correction d'une des compositions de géographie proposées à l'épreuve blanche anticipée d'histoire-géographie en Première scientifique

Sujet 1 – Les villes et leur importance pour le territoire français

Introduction :

-       L’accroche peut montrer l’importance du phénomène urbain pour la France métropolitaine, encore plus pour les territoires ultra-marins, où le chef lieu concentre une grande partie de la population : plus de 4 Français sur 5 habitent en ville.

-       Il s’agit ensuite de bien définir le terme de « villes », chose difficile car les limites entre espaces urbains et espaces ruraux sont de plus en plus floues. A la définition traditionnelle de l’INSEE (une agglomération comptant plus de 2000 habitants), on pourra préférer une définition du type : « lieu où se trouvent les hommes, les activités et les richesses et qui offre des services à une population plus ou moins proche ». Cette définition amène justement à s’interroger sur le rôle et l’importance des villes pour le territoire français, alors que la très grande majorité des villes françaises s’étendent dans l’espace et voient leur nombre d’habitants progresser.

-        La problématique, sans être très complexe,  doit ainsi pouvoir dépasser la simple reformulation du sujet sous forme interrogative (ex : « quelle est l’importance des villes pour le territoire français » ?). On peut ainsi se demander : quels sont les rôles que jouent aujourd’hui les villes en France qui leur permettent de rayonner sur le territoire ? ou comment se manifeste l’importance des villes sur le territoire français à différentes échelles ?

-       L’annonce du plan très rapide doit clore l’introduction.

 plan.jpgLe quartier de la Confluence à Lyon, un quartier en pleine restructuration, confortant le phénomène de métropolisation. 

 

 Le développement : Organisé en fonction de la problématique retenue, il doit comporter les idées suivantes, illustrées d’exemples précis, voire de petits schémas, intégrés dans la composition (démarche à valoriser, si le travail est soigné et... adapté au sujet !).

1. LA REPARTITION DES VILLES SUR LE TERRITOIRE FRANÇAIS (échelle nationale)

- Un réseau urbain relativement dense et homogène (hormis une zone centrale peu urbanisée) : beaucoup de villes moyennes qui structurent le territoire. Des villes nombreuses dans les zones de plaines, de bas plateaux, et surtout sur les vallées fluviales (vallée de la Seine / vallée du Rhône).

- Une hiérarchie entre les villes très marquée : une aire urbaine qui domine le territoire (macrochéphalie qui se retrouve aussi dans les DROM). Un réseau déséquilibré, qui manque d’agglomérations de taille importante)

- Mais des villes en plein dynamisme dans la partie Ouest et Sud de la France : forte croissance démographique, solde migratoire très positif, notamment grâce à l’arrivée de jeunes actifs, des aires urbaines qui englobent de plus en plus de petites communes aux alentours de la métropole principale (ex : Toulouse, plus de 400 communes dans l’aire urbaine, Lyon plus de 200 !).

 

2. DES VILLES A L’IMPORTANCE DE PLUS EN PLUS MARQUEE : LES METROPOLES REGIONALES (échelle nationale et régionale).

- Renforcement du rôle des métropoles sur le territoire français qui rayonnent de plus en plus dans l’espace.

- Les causes de cet essor des métropoles peuvent être mises en évidence : elles guident les réseaux de transports nationaux et régionaux (autoroutes, gares TGV, aéroports...), elles sont le lieu privilégié de l’implantation des services avec parfois des quartiers d’affaires et des centres commerciaux (Part Dieu, Euralille, plus modestement Châteaucreux). Elles concentrent les équipements collectifs qui permettent d’attirer les habitants : salles de concert, équipements sportifs, culturels... sur un vaste territoire.

- Il est enfin possible de voir les conséquences pour le territoire de ce rôle grandissant des métropoles : leur volonté de s’associer pour être plus efficaces et rivaliser avec la concurrence parisienne ou internationale, mais aussi leur mise en concurrence et aussi le fait que la concentration des activités en leur sein peut pénaliser les villes moyennes qui perdent des services (ex : tribunaux, casernes, services hospitaliers...).

(- Possibilité de signaler les différents types de réseaux urbains : réseaux multipolaires comme en Rhône-Alpes, réseaux dominés par une seule métropole comme en Midi Pyrénées ou en Aquitaine, réseaux à deux ou trois pôles équivalents comme en Lorraine...).

 

3. DES VILLES QUI MARQUENT LEUR EMPRISE A L’ECHELLE LOCALE : LE PHENOMENE D’ETALEMENT URBAIN

-  Un phénomène généralisé : les villes qui s’étalent dans l’espace et qui empiètent sur l’espace rural : implantation de zones d’activités, de zones pavillonnaires, de petits immeubles collectifs. La première conséquence est le renforcement de l’emprise urbaine sur le territoire français (qui est donc de plus en plus urbanisé). On peut aussi signaler le problème de la ségrégation spatiale que ce phénomène contribue à renforcer : les classes moyennes fuyant souvent les centres-villes pour s’installer en périphérie.

- on peut signaler les autres conséquences à l’échelle locale: mise en place d’équipements dans l’espace naguère rural (salles de sport, écoles, équipements de loisirs...), le renforcement des réseaux de transport vers la métropole qui entraine souvent la saturation des réseaux routiers aux entrées/sorties des métropoles et des problèmes qui désormais doivent être gérés de plus en plus à l’échelle intercommunale (gestion des déchets, question des transports collectifs...).

 

 La conclusion : courte mais qui doit exister !

 La France est un territoire de plus en plus soumis à l’influence des villes qui renforcent leur emprise spatiale et qui structurent de plus en plus les réseaux. Cette importance du fait urbain se lit à différentes échelles : elle conditionne la place de la France notamment en Europe avec la métropolisation (émergence de villes de province au rayonnement plus important comme Lille, Lyon, Marseille) mais aussi aux échelles locales avec les problèmes d’aménagement et d’inégalité spatiale que leur développement ne manque pas de susciter.  

 

Repost 0
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 13:15

Dans le cadre du programme d'ECJS de la classe de Première et du colloque organisé au lycée Claude-Fauriel à compter du 22 mars, les élèves de la classe de Première S3 ont travaillé sur le dessin humoristique lors de la campagne présidentielle de 2012. 

Leur tâche était de choisir, par 2, un candidat et d'essayer de réaliser un dessin humoristique cherchant à le mettre en valeur, en dévalorisant un ou plusieurs de ses adversaires politiques.

 

L'ensemble de leur travail sera exposé au lycée Claude-Fauriel pour le colloque, exposition dont le vernissage aura lieu le jeudi 22 mars 2012 à 18 heures 30. Les 17 dessins réalisés par les élèves de la classe trouveront bonne place lors de cette manifestation. 

 

Voici en guise de mise en bouche pré-électorale, deux productions qui donnent un avant-goût du travail réalisé par tous. 

Le dessin de Gladys et Séverine (groupe B) qui cherche à valoriser le candidat centriste, François Bayou

caricagladysetsev001.jpg

 Le dessin de Sofiane et Tom (groupe A) qui reprend la position de la candidate Eva Joly, représentant le mouvement  Europe Ecologie les Verts.  sofianetomcaric002.jpg


Repost 0
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 09:46

Exercice difficile que celui de confronter deux documents avec une consigne générale (les replacer dans leur contexte historique et montrer en quoi ils offrent une vision différente sur un événement précis et... d'actualité : le changement du mode de scrutin pour désigner le président de la République en 1962. 

Les deux documents sont très connus et très répandus dans les manuels. Ils peuvent donc facilement faire l'objet d'une interrogation (seul ou en confrontation) le jour de l'examen. 

referendum58non.jpg 

Affiche publiée à l'initiative du Parti communiste français lors de la campagne référendaire à l'automne 1962. 

c-vous.jpg

Association nationale pour le soutien de l’action du Général de Gaulle lors de la campagne du référendum du 28 octobre 1962 - Affiche de l’époque  © Fondation Charles de Gaulle

Pour analyser ces deux documents, voici ce que propose Aurore (Première S3)

reponseaurore001.jpgreponseaurore002.jpg

Le travail d'Aurore montre une volonté de bien partir des documents, ce qui est une bonne chose ainsi qu'une volonté de croiser leur étude. Les affiches sont bien décrites. Il suffirait d'aller un peu plus loin dans leur analyse en montrant que finalement elles opposent deux conceptions de la République (la symbolique étant similaire) : l'une revendiquant l'importance du rôle des partis dans son organisation (affiche 1), l'autre insistant sur le poids du chef de l'Etat au-dessus de ces derniers, capable de s'adresser directement au peuple (le doigt pointé vers les électeurs) est à ce titre très révélateur. Edgar, un autre élève, de la classe a d'ailleurs astucieusement rapproché cette affiche du pouvoir gaulliste d'une autre, beaucoup plus ancienne, mais utilisant un procédé similaire. 

220px-Unclesamwantyou.jpg Affiche pour le recrutement des troupes américaines publiée lors de la Première Guerre Mondiale (1917)


 N'hésitez pas également en fin de travail à bien dégager la portée des documents (dans cet exemple, il faudrait montrer que finalement, c'est l'affiche 2 qui exprime le souhait de la majorité des Français, alors que pourtant elle n'émane d'aucune organisation politique mais juste un groupe de soutien à De Gaulle). 

 

Repost 0
5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 21:26

Réalisé à partir du tirage des éliminatoires de football pour la Coupe du Monde 2014, l'exercice de ce matin consistait à montrer sa connaissance du continent européen, en même temps que sa maîtrise du langage cartographique, dans un temps très limité. 

Voici, pour les deux sujets, deux cartes avec leur légende bien réussies même si pour chacune d'entre elle, un petit détail empêche d'atteindre la perfection (heureusement !)

Le travail d'Alice (Première S3)

travail-alice002.jpg

Et celui d'Amandine (Première S3) sur l'autre sujet :

travail-amandine001.jpg 

Repost 0

HISTOIREGEOCRPE Archives

Les-archives-nationales