Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Le blog Histoiregeoenforce
  •   Le blog Histoiregeoenforce
  • : Blog qui peut être utile pour l'enseignement de l'histoire et de la géographie au lycée et ailleurs...
  • Contact

PREAMBULE

UN BLOG PARMI D'AUTRES POUR FACILITER LES RELATIONS, LES ECHANGES AVEC LES HEUREUX JEUNES GENS QUI ONT LE PLAISIR DE SUPPORTER G. SABATIER QUELQUES HEURES PAR SEMAINE ! QUE LA FORCE SOIT AVEC CEUX QUI CONTRIBUERONT A CE BLOG ET A CELUI QUI TENTERA DE LE FAIRE VIVRE !  POUR QUE TOUS SUIVENT LA ROUTE DE L'HISTOIRE-GEOGRAPHIE

Un bout de chemin ensemble...  (photo personnelle - 2005)

PASSANTS DU BLOG

15 juillet 2008 2 15 /07 /juillet /2008 22:42

Les résultats du baccalauréat sont désormais connus. Félicitations aux élèves de Terminale L qui ont obtenu leur précieux diplôme ! L'épreuve d'histoire-géographie n'a pas été particulièrement réussie à l'écrit avec une moyenne de 9,4 pour la classe  mais les élèves au rattrapage ont bien su rectifier le tir et 29 élèves sur 30 sont finalement bâcheliers. 2008, une grande année pour les littéraires du lycée François Mauriac-Forez !

Repost 0
24 mai 2008 6 24 /05 /mai /2008 16:48

CORRECTION DE LA CARTE :

« LES MANIFESTATIONS DE LA PUISSANCE DES ETATS-UNIS AU SEIN DE LEUR TERRITOIRE »

 

Remarques générales :

-       Bien penser aux repères : pays frontaliers, océans, golfe du Mexique

-       Être très précis pour les localisations, notamment pour les réseaux de transports. On pouvait ajouter Denver et Salt Lake City qui n’apparaissaient pas sur la carte mais attention à ne pas se tromper.

-       Revoir les localisations des Grandes Plaines, Montagnes Rocheuses et Appalaches car il y a trop d’erreurs.

 

Attention au soin apporté à la carte mais aussi à la légende (la règle est aussi utile pour tracer des rectangles pour les figurés de surface). L’orthographe compte pour cette épreuve aussi : Detroit au lieu de « Détrois », Océan Pacifique au lieu de « Pacific »

 

Sur le fond, le sujet demandait un réel effort de réflexion pour hiérarchiser et adapter vos connaissances. Il fallait éviter de surcharger la carte en informations peu utiles (comme les densités de peuplement, la Main Street, les zones frontalières…). Il fallait s’interroger sur ce qui fait la puissance des Etats-Unis sur leur territoire. Le libellé des entrées de la légende était donc très important.

Charlotte propose, par exemple, une légende en trois parties : « I Les Etats-Unis, une puissance économique ; II Qui a des ressources naturelles ; III Et qui maîtrise son territoire, d’où une grande ouverture sur le monde. » Plus simplement, Aurélie fait deux parties : « Les éléments naturels de la puissance » puis « la maîtrise de cet espace par les hommes ». Beaucoup de légendes sont peu efficaces car elles ne partent pas assez de la notion centrale du sujet : « puissance ». Par contre, toutes sont organisées, ce qui est un point positif.

 Pour la légende, on pouvait concevoir par exemple :

Repost 0
22 avril 2008 2 22 /04 /avril /2008 09:06

Le sujet de l'ensemble documentaire donné le 10 avril reprenait le sujet du baccalauréat 2006 pour les séries ES et L. Le site de l'académie de Toulouse permet d'avoir une correction précise de ce sujet et rappelle les exigences de l'épreuve. La correction permet de voir ce que valorisent les correcteurs et ce qu'ils pénalisent.


L'espace rhénan: quelles caractéristiques
et quelle place en Europe ?

L'étude d'un ensemble documentaire doit permettre au candidat de faire preuve de sa capacité à construire une réflexion cohérente en réponse au sujet posé, à partir d'un ensemble de documents et de ses connaissances.

Pour la première partie, le candidat répond à des questions, cinq au maximum. C'est un exercice à part entière qui aide le candidat à analyser l'ensemble documentaire. Les questions n'appellent pas, généralement, de réponses très longues. On attend que ces réponses soient concises, qu'elles comportent les notions, les faits et les informations nécessaires et qu'elles soient rigoureusement rédigées.

Pour la deuxième partie, le candidat utilise les différentes formes d'information à sa disposition (réponses aux questions, autres informations contenues dans l'ensemble documentaire, connaissances personnelles). Il rédige une réponse organisée distinguant dans des paragraphes différents les grandes idées répondant au sujet. Cette réponse organisée comprend une ou deux phrases introductives et une ou deux phrases conclusives. Cette rédaction ne comporte pas de limite de volume.

Le correcteur évalue :

  • - la capacité à répondre avec exactitude et concision aux questions posées en faisant preuve d'esprit critique;
  • - la capacité à répondre à la problématique du sujet en une réflexion organisée, associant les connaissances personnelles et les informations prélevées dans les documents composant l'ensemble documentaire; on sanctionnera à cet égard la seule reprise des informations des documents, ou, a contrario, le simple récit du cours ignorant l'exploitation des documents;
  • - l'aptitude à lire et à interpréter un ensemble documentaire, à identifier, croiser, hiérarchiser, contextualiser, les informations prélevées dans les divers documents;
  • -la maîtrise de l'expression écrite.

   
Première partie : questions

1. Définissez et délimitez géographiquement l’espace rhénan

L’espace rhénan est un espace transfrontalier, avec une fenêtre maritime. Il se structure autour du bassin fluvial du Rhin mais ne s’y limite pas stricto sensu. Différentes régions, très liées à l’axe rhénan, s’y rattachent. On peut ainsi délimiter l’espace rhénan d'aval en amont en y incluant : les trois Etats du Bénélux, l'Allemagne rhénane, la France du Nord-Est (la Lorraine, l'Alsace) ; on peut lui adjoindre la région de Bâle et de Zurich en Suisse.

A pénaliser sévèrement : Une mauvaise définition spatiale de l’espace rhénan (par exemple une confusion entre la mégalopole et l’espace rhénan).

A  valoriser : L’élève qui souligne la spécificité transfrontalière de cet espace.

2. En quoi cet espace apparaît-il comme un espace de carrefour et d'échanges ?

Attendu :
- Un axe majeur
- L’importance et la diversité des flux, s’appuyant sur la pluralité des moyens de transports et la densité des réseaux.
- L’ouverture maritime
- Une approche multiscalaire

A valoriser :
- la présence d’un vocabulaire spécifique maîtrisé (exemple : multimodalisme),
- la présence des notions d’Hinterland et d’interface.

3. Quelles sont les particularités des villes de l'espace rhénan ?

Attendu :
- Les fortes densités (supérieures à 200 hab/km2),
- La forte urbanisation et les grands ensembles urbains (conurbations: Rhin-Ruhr, Randstad-Holland, ou grandes agglomérations comme Bruxelles...).
- L’absence de mégapole mais un ensemble serré de villes grandes ou moyennes.
- La tertiarisation des activités.

A valoriser :
- La présence de la notion de polycentrisme.

4. Identifiez les aspects de la puissance économique de l'espace rhénan

Attendu :
L'Europe rhénane constitue le premier foyer économique européen. Trois aspects de la puissance économique sont identifiables :
- la puissance industrielle avec le siège de grandes multinationales (doc 4)
- la puissance industrialo-portuaire (doc 3). Rotterdam demeure le premier port européen, bien qu'il ne soit plus le premier port mondial, et il comporte de puissantes ZIP vouées à la transformation de produits importés (raffinage du pétrole)
- la puissance financière (bourses de Zurich, Francfort, Amsterdam) (doc1)

A valoriser : La dispersion des activités de commandement

5. Quelles transformations a connues la Ruhr ?

Attendu :
Vieille région charbonnière, la Ruhr a été confrontée à la fermeture des mines et à la crise de la sidérurgie. D'importantes opérations de reconversion ont été engagées :
- réhabilitation partielle de l'environnement (air, paysages, reboisement) mais tout n'est pas fait (problème de la pollution de l'eau).
- réorientation vers le secteur tertiaire (parcs de loisirs, activités culturelles,...)

Pour toutes les questions on valorisera l’emploi du vocabulaire spécifique, et l’appui sur des exemples précis.

Deuxième partie : réponse organisée

Les questions de la première partie et les différentes échelles des documents doivent permettre au candidat de dégager deux parties :
- Une première partie soulignant les caractéristiques principales de l'espace rhénan : un espace très densément peuplé, fortement urbanisé, doté d'une solide base industrielle, impliquant aujourd'hui des reconversions (Ruhr) mais tirant l'essentiel de sa puissance des échanges. Cet espace prend la forme d'un vaste couloir méridien du Rhin supérieur à la mer.
- Une deuxième partie situant l'espace rhénan à l'échelle de l'Union européenne fera ressortir son caractère central et la présence des sièges des institutions européennes. Il est à cheval sur plusieurs états majeurs en Europe. Il est bien relié aux autres espaces européens : ouverture sur la plaine du Pô, sur l'Europe centrale via la liaison Rhin-Danube, sur l'autre grand axe méridien du nord de la France à la Méditerranée. On pourra donc montrer que l'espace rhénan constitue un des trois segments de la «   mégalopole européenne » à côté de la plaine du Pô et du bassin de Londres.
C'est en partie un “ centre” incomplet car il lui manque une métropole de niveau mondial.

A valoriser : Toute réflexion complémentaire sur les limites ou les ouvertures, sur la place de l’espace rhénan dans l’Europe élargie.

A pénaliser :
- La seule reprise des informations des documents ou a contrario le simple récit du cours ignorant l’exploitation des documents.
- La recopie des questions en synthèse.

Repost 0
21 avril 2008 1 21 /04 /avril /2008 22:30

Correction de la composition « Les contrastes de développement dans les Sud »

 

Remarques générales :

-       Pour les élèves ayant choisi ce sujet, la méthode de la composition est bien maîtrisée. L’introduction respecte globalement les trois étapes indiquées et toutes les copies ou presque formulent une problématique. Le plan choisi est cohérent et le contenu, à défaut d’être suffisamment précis et développé parfois, est très correct. De ce fait, pour les 12 élèves ayant choisi la composition, la moyenne s’élève à 11,8/20, ce qui est un résultat très honorable ! On notera que la composition est un exercice très féminin puisque aucun garçon de la classe n’a choisi ce type de sujet. 

-       Des copies sont enrichies par des croquis ou des schémas, ce qui est un point positif. Parfois, ces derniers s’intègrent mal au développement : il faut davantage les exploiter et les utiliser dans le raisonnement.

-       Le sujet indiquait la possibilité d’utiliser l’exemple du Brésil. Cela a été fait dans la plupart des copies, notamment pour montrer les inégalités de développement à l’échelle nationale voire urbaine. Cela n’exclut pas toutefois de se référer à d’autres exemples (notamment les transformations touristiques des littoraux de certains pays en voie de développement comme la Turquie, le Maroc, la Tunisie… qui accentuent les inégalités spatiales et les phénomènes d’exode rural, évoquer aussi l’inégale place des Sud  dans la mondialisation…). Bien penser que tous les chapitres de l’année peuvent être utilisés même si le libellé des sujets de la composition prend appui sur l’un d’entre eux. C’est ainsi que l’on enrichit son devoir et montre aux correcteurs que l’on maîtrise un programme (chargé). 

-       Attention à l’expression dans certaines copies qui pénalisent le travail pourtant intéressant. C’est dommage ! Relisez-vous !
  
 

Introduction 

Bien penser à soigner l’entrée en matière pour conduire le correcteur au sujet.

« Les géographes ont pour habitude de cartographier une limite Nord/Sud sur le planisphère, délimitant les pays du Nord, plus riches et plus développés que les pays du Sud. Cette limite-t-elle réellement justifiée ? » (Aurélie) ou « Au cours de l’histoire, le monde semble souvent divisé en deux parties, du moins sous différents rapports : il y eut les métropoles et leurs colonies, le bloc de l’Est contre celui de l’Ouest durant la guerre froide, mais aujourd’hui, on pourrait parler, grossièrement, de Nord et de Sud, autrement dit de pays riches et de pays pauvres, développés ou moins développés. » (Alice)

Le plus important reste malgré tout l’analyse du sujet. Ici le terme contrastes renvoyait à des différences spatiales (échelles) et de nature (quels types de développement ?). Le terme important restait celui de développement dont la définition complexe pouvait être simplifiée pour l’introduction : augmentation des richesses mais aussi amélioration des conditions de vie d’une population. Enfin, soulignons que les contrastes de développement devaient être analysés dans les pays du Sud et non entre les pays du Sud. Ainsi, les contrastes devaient être envisagés aux échelles nationale et locale (urbaines notamment).

Quelques exemples de  problématiques : « En quoi consistent les différences au sein même des pays du Sud initialement rapprochés par leur retard de développement ? » (Aurélie) ou « Le Sud forme-t-il un ensemble uni ou peut-on parler des Suds ? » (Pauline) ou « On peut se demander pourquoi nous pouvons aujourd’hui parler de Suds plutôt que d’un ud ? » (Amandine Mo.)

 

Le plan pouvait s’organiser à plusieurs échelles en prenant soin de bien mentionner ce que l’on attendait par « développement » à chaque fois : un développement des richesses, un bien être des populations, la recherche de stabilité politique ou de valeurs démocratiques…

 

I Les contrastes à l’échelle internationale : une inégale intégration dans la mondialisation mais aussi d’autres facteurs de retard de développement

  1. Le développement : une notion complexe à définir.  PNB ou PIB mais surtout IDH et de multiples autres indicateurs pour « classer » (parfois de manière commode mais plus tout à fait justifiée) les pays du monde.
  2. Des pays qui s’intègrent dans les flux mondiaux : pays émergents, puissances régionales, paradis fiscaux, pays proches des Nords…
  3. Des pays marginalisés et exclus : PMA, pays instables politiquement, pays qui ne sont pas achevé leur transition démographique et pour lesquels la croissance de la population pose problème. Pays en retard démocratiquement et où des puissances du Nord tentent d’imposer les valeurs démocratiques (problème de la subjectivité du développement selon des valeurs occidentales qui peut conduire à des interventions armées parfois contestées).
  4. Des pays qui profitent de l’exploitation d’une richesse : exemple les pays rentiers, producteurs de pétrole. Mais pour eux se pose la question du degré de développement de leur population car la richesse est souvent confisquée par une infime minorité ou par l’Etat sans véritable politique de redistribution des richesses.

II Les contrastes aux échelles nationale et locale  : des pôles de richesses dans des ensembles où sévit la pauvreté.

  1. Des oppositions intérieur/ littoral ou zones frontalières qui ont tendance à se renforcer : tourisme côtier en Méditerranée ou en Afrique de l’Ouest, dans la zone Caraïbes / maquiladoras au Mexique / littoralisation des activités comme au Brésil.
  2. Des inégalités spatiales qui se renforcent au niveau de certains Etats, comme la Chine ou le Brésil. Croquis+explication des contrastes entre régions qui sont à l’origine du déplacement des populations.
  3. Un phénomène de ségrégation spatiale en essor dans les villes, « microcosmes » des inégalités spatiales. Exemple : Sao Paulo avec CBD/quartiers intermédiaires/favelas plus ou moins aménagées et souvent localisées dans les zones polluées ou à risques.  Croquis possible d’un paysage de Sao Paulo.  

Conclusion : Les pays de l’hémisphère Sud sont donc très diversifiés et les forts contrastes de développement qui existent entre eux justifient bien l’emploi du pluriel « les » Sud. Cette appellation montre par ailleurs bien la distinction entre ces pays qui s’est opérée depuis plusieurs décennies, l’ancien terme « Tiers Monde » les réduisant à un ensemble de pays pauvres et en développement (qui n’a plus tellement de valeur aujourd’hui). (Amandine Mo.)

Repost 0
10 avril 2008 4 10 /04 /avril /2008 20:55

Deux sujets étaient proposés,  relatifs à deux chapitres sur un monde en quête de développement et les grandes puissances mondiales. Ces sujets étaient ceux qui avaient été donnés à l'épreuve du baccalauréat en série L et ES en 2006.

L'ensemble documentaire était consacré à l'Europe rhénane : quelles caractéristiques et quelle place en Europe ?
A la fin de l'interrogation, l'un d'entre vous m'a demandé des conseils méthodologiques pour aborder cette épreuve, notamment pour la rédaction d'une réponse organisée. Plusieurs devoirs, notamment en début d'année, ont été réalisés sur cette forme. Je vous renvoie à leur correction (Trente Glorieuses, mondialisation), comme je vous renvoie à la feuille de méthodologie distribuée dès le début de l'année sur cette épreuve... Si des questions se posent, je me ferai un plaisir d'y répondre.


Le sujet de composition, très classique et peu difficile d'appréhension, renvoyait aux constrastes de développement dans les Suds. On indiquait la possibilité aux candidats d'aborder l'exemple brésilien, sans aucun caractère d'obligation. Attention aussi à ne pas se limiter au simple cadre du Brésil pour les exemples abordés, même si ce pays, à plusieurs échelles, était un exemple pertinent à utiliser.

Vous trouverez sur le site du Web Pédagogique une proposition d'un collègue, Hugo Billard, pour ce sujet. Attention, ce corrigé n'est pas un modèle et compte tenu du temps plus restreint dont vous disposiez, on aurait putôt attendu un plan multiscalaire allant de l'échelle internationale... jusqu'à l'échelle urbaine (avec notamment l'exemple de Sao Paulo qui avait l'objet d'une étude approfondie en classe). La correction vous donne un autre exemple précis avec le cas de la Colombie. Cela permettra d'enrichir vos exemples ! Vous pouvez aussi jeter un coup d'oeil approfondi à ce site qui contient des rubriques intéressantes pour la préparation à l'examen.

En attendant vos réflexions et commentaires, bonnes vacances à tous !

Repost 0
5 février 2008 2 05 /02 /février /2008 23:48

Un exercice de cartographie était proposée aux élèves de Terminale L : comment montrer sur une carte les différentes formes de la présence américaine dans le monde ? 

Les élèves avaient pour contrainte de se limiter à 8 ou 9 figurés et de respecter les règles de la carte : légende organisée, présence de localisations, choix de figurés pertinent. 

Parmi l'ensemble des travaux, présentons des d'entre eux qui ont su séduire leur correcteur respectif (qui n'était pas l'auteur évidemment ! )

D'abord le travail d'Adeline : 

EtatsUnis1.jpg

Le travail est soigné, la légende est bien organisée. Certains figurés ne sont pas très utiles pour le sujet, notamment les flux se dirigeant vers le territoire américain, beaucoup mieux adaptés pour un sujet sur la place des Etats-Unis dans l'économie mondiale. En outre, le fait d'indiquer sur la carte de multiples mentions chiffrées est peu réaliste le jour de l'examen. Le fait de jouer sur l'épaisseur des flèches suffit à montrer que les flux sont d'ampleur différente. Au niveau des localisations, deux grandes villes américaines sont mentionnées et leur choix est pertinent par rapport au sujet (Washington pouvant être ajoutée tout de même), les grands ensembles mondiaux figurent également mais il est dommage de ne pas avoir indiqué quelques noms de pays (pays où sont intervenus les Etats-Unis, pays partenaires/concurrents au niveau commercial...). Une belle carte, bien structurée... un peu difficile à retenir toutefois. 


Deuxième exemple, le travail d'Hélène-Sophie qui excelle dans le travail cartographique depuis le début de l'année ! 

Etats-Unis2-copie-1.jpg

 


Là encore, le travail bénéficie d'une qualité graphique importante. Même remarque que pour Adeline concernant les investissements vers les Etats-Unis (flux d'ailleurs mal représentés avec une flèche à double sens, alors que la nature et l'ampleur de ces flux sont très différentes) et les flux commerciaux vers le territoire des Etats-Unis. Beaucoup de pays sont mentionnés, peut-être trop d'ailleurs pour une mémorisation facile. L'utilisation du pointillé pour la Z.L.E.A est une bonne chose car cette zone n'est pour l'instant qu'à l'état de projet (à la différence de l'ALENA). Le fait de le préciser dans la légende ne serait pas superflu.  Dommage de ne pas avoir utilisé les océans pour indiquer la présence de la flotte américaine. La légende est deux parties est adaptée mais les titres mériteraient d'être plus précis (ajouter par exemple diplomatique dans la première rubrique, ou financier pour la 2ème). 

Merci à ces deux élèves pour leurs travaux et à bien d'autres qui n'ont pas eu, pour cette fois, l'occasion d'être "bloggués" !

Repost 0
14 novembre 2007 3 14 /11 /novembre /2007 18:12

bousquet.jpg

 René Bousquet interprété par Daniel Prévost ou l'art de n'être pas celui que l'on a été.. 

Arte diffusera vendredi 16 novembre prochain un téléfilm intéressant autour de la personnalité complexe de René Bousquet, ancien secrétaire général à la police du régime de Vichy... Comment un homme rattrapé par l'histoire peut-il composer avec son passé ? Cette question sera au coeur de ce film de Laurent Heynemann, comme elle le fut en son temps, pour le film de Constantin Costa-Gavras, Music Box (1989). 
Mais ici, il ne sera pas question de la traque aux anciens criminels nazis mais bien de la volonté de rejuger (puisque Bousquet avait déjà pour son passé dans la collaboration d'Etat été jugé et acquitté par les tribunaux de l'épuration en 1949) un fonctionnare français (ancien préfet de la IIIe République, comme un certain Jean Moulin), qui aurait eu, notamment, la responsabilité de l'organisation de la rafle du vélodrome d'Hiver en juillet 1942. Mais le plus fascinant chez ce personnage reste son aura politique, économique, médiatique.., qui le conduisit à diriger un journal, une banque et à promouvoir en 1974 la campagne électorale d'un candidat à la présidence de la République française, un certain François Mitterrand.  

Le site de la chaîne franco-allemande précise : "Dans le rôle de Bousquet, Daniel Prévost campe, tout en retenue, un homme vieillissant pétri de certitudes, qui brandit comme un étendard sa conviction du devoir accompli. Un criminel ordinaire face auquel Ludmila Mikaël incarne la mémoire juive, qui revient par étapes. Inculpé en 1991 de crimes contre l’humanité, avant d’être assassiné deux ans plus tard par un déséquilibré, René Bousquet ne sera jamais jugé. De ce procès volé, instruit à charge comme à décharge, le film restitue justement les éléments. “Après les films de dénonciation puis ceux d’émotion, de mémoire et de pathos, il est temps de gratter, souligne le réalisateur, afin de raconter des histoires porteuses de leçons pour l’avenir.” "

Pour mieux connaître le" personnage" et ainsi en profiter pour compléter le cours sur les mémoires de la seconde guerre mondiale, je vous invite à vous pencher sur
cette page du CRDP de Champagne-Ardennes qui s'est fait une spécialité d'aborder les problèmes et les enjeux autour de la mémoire...  Vous verrez notamment comment la mémoire de ce personnage trouble a été mystérieusement effacée du département de la Marne dans lequel il a pourtant officié !

Repost 0
9 octobre 2007 2 09 /10 /octobre /2007 10:46

Dans le cadre du bilan de la seconde guerre mondiale, une élève de la classe, Kalpita, a apporté ce matin une archive intéressante, datée du mois de novembre 1944, présentant des extraits du journal officiel du régime de Vichy, émanant du ministère de la Santé Publique. Il est impossible de dire si le document dactylographié est contemporain des faits qu'il présente apparemment. Retrouvé dans un livre, le document porte des perforations à droite, indiquant visiblement qu'il devait être  rangé dans un classeur... S'agit-il d'un exercice de dactylographie ? Emane-t-il de l'administration de Vichy ou bien de la résistance qui, par une forme de pastiche, voulait dénoncer la politique mise en place par ce régime ? Toujours est-il qu'il nous présenterait une partie de l'oeuvre législative du régime du maréchal Pétain, qui, en cet automne 1944, était à l'agonie (rappelons que la libération du territoire français avait débuté dès juin 1944 et que la région lyonnaise et stéphanoise étaient déjà libérées). 

regime-de-vichy.jpg

 

Le document est difficilement lisible mais certains articles ont un contenu édifiant et à bien des égards fortement suspect  :
Article I : Chaque famille française doit avoir au moins trois enfants. 
Article 4 : Au cas où seule la femme serait improductrice, le mari sera tenu d'accomplir avec toute autre femme de son choix et au moins une fois par mois le devoir national. Afin d'éviter toute débauche, l'opération se fera devant deux témoins assermentés qui s'assureront de l'exécution de l'acte. 
Article 9 : Tout sujet masculin requis par une femme en vue du Devoir National pendant les heures de travail est en droit de réclamer, soit des indemnités compensatrices, soit des dragées vitaminées.

Se pose alors pour l'historien le problème de la véracité de la source. Plusieurs indices, outre le caractère grotesque de certains articles, semblent mettre en doute l'exactitude du contenu de ce document : 
- la mention "extrait du journal officiel du 20 novembre 1944" pose problème. Sur le site du ministère de la justice consacré au journal officiel, on peut lire les informations suivantes :  "Sous le régime de Vichy, le Journal officiel s'intitule Journal officiel de l'Etat français. Il est publié successivement à Tours, Pau, puis, du 1er juillet 1940 au 21 Août 1944, à Vichy. (...) Le Journal officiel de la République française reparaît en une édition unique, sous la IVème République, à Paris le 8 septembre 1944 et il est rattaché à la Présidence du Gouvernement le 2 novembre 1944. Depuis, il n'a pas subi de changement majeur". Donc, il ne paraît plus de journal officiel pour le gouvernement de Vichy le 20 novembre 1944. 
- le terme de rénovation nationale fait bien référence à un versant de la politique de l'Etat de Vichy. Son objectif était, en effet, de construire une société nouvelle, de faire la "rénovation nationale". Le terme est emprunté au vocabulaire politique des mouvements d'extrême droite mais il est surtout utilisé au début du régime de Vichy, en 1940. 

Qu'avons-nous sous les yeux : une véritable archive de l'époque émanant du pouvoir politique ou au contraire de la Résistance sapant par l'ironie le contenu nataliste de Vichy ? un document postérieur et mystificateur ?  Les historiens spécialistes de l'époque pourront certainement apporter leur réponse pour dire à Kalpita si elle possède ou pas un document de la fin de la guerre mondiale...

Repost 0

HISTOIREGEOCRPE Archives

Les-archives-nationales