Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

  • : Le blog Histoiregeoenforce
  •   Le blog Histoiregeoenforce
  • : Blog qui peut être utile pour l'enseignement de l'histoire et de la géographie au lycée et ailleurs...
  • Contact

PREAMBULE

UN BLOG PARMI D'AUTRES POUR FACILITER LES RELATIONS, LES ECHANGES AVEC LES HEUREUX JEUNES GENS QUI ONT LE PLAISIR DE SUPPORTER G. SABATIER QUELQUES HEURES PAR SEMAINE ! QUE LA FORCE SOIT AVEC CEUX QUI CONTRIBUERONT A CE BLOG ET A CELUI QUI TENTERA DE LE FAIRE VIVRE !  POUR QUE TOUS SUIVENT LA ROUTE DE L'HISTOIRE-GEOGRAPHIE

Un bout de chemin ensemble...  (photo personnelle - 2005)

PASSANTS DU BLOG

28 septembre 2016 3 28 /09 /septembre /2016 20:06

Le manuel est, avec le cours, le meilleur outil de révision pour revoir une leçon au point de vue de son contenu. 

La lecture des pages "leçons" ou "cours" est ainsi un bon complément des informations délivrées par le professeur. Un élève de la classe de Première S1 a ainsi   réalisé cette fiche de révision pour la première interrogation de l'année sur le chapitre d'histoire Croissance économique et mondialisation depuis le milieu du XIXe siècle, en s'appuyant sur son manuel. 

Utiliser le manuel pour réviserUtiliser le manuel pour réviser
Repost 0
Published by Gilles SABATIER - dans METHODE
commenter cet article
26 septembre 2016 1 26 /09 /septembre /2016 18:00

Lors d'une séance d'accompagnement personnalisé, les élèves de la classe de Terminale L2 étaient invités en à peine une heure à transformer leur cours consacré à la gouvernance économique mondiale en chronologie synthétique. 


Voici le travail de deux élèves qui ont accepté de partager cet outil de révision qui peut constituer une aide appréciable. 

 

Yasmine propose une chronologie à plusieurs niveaux pour bien dégager les dates importantes et les évolutions.

Yasmine propose une chronologie à plusieurs niveaux pour bien dégager les dates importantes et les évolutions.

Lucie propose, quant à elle, une approche différente en privilégiant la périodisation à l'aide d'un jeu de couleurs très visuel.

Lucie propose, quant à elle, une approche différente en privilégiant la périodisation à l'aide d'un jeu de couleurs très visuel.

Repost 0
Published by Gilles SABATIER - dans METHODE
commenter cet article
29 septembre 2014 1 29 /09 /septembre /2014 10:01

A chaque interrogation, je demande aux élèves de bien laisser le sujet du devoir dans leur copie, car cela facilite la correction.

A chaque fois, comme lors des examens d'ailleurs (comme le baccalauréat), je suis surpris de constater que la photocopie où se trouvent le sujet avec les documents, les consignes, est dans le même état que lorsque je l'ai distribuée. C'est à se demander si les élèves l'ont utilisée ! Pourtant, même si les principes du développement durable le réclameraient, cette dernière n'a pas vocation à être récupérée pour un nouvel usage.

Il me semble donc de rappeler que le premier travail au brouillon consiste à utiliser la feuille du devoir distribuée par le professeur, d'autant plus quand il s'agit, comme ce fut le cas pour toutes mes classes pour le premier devoir, d'analyser des documents.

 

Surligner, entourer, découper une consigne, anoter... autant de bons réflexes à avoir, avant de se lancer dans la rédaction d'une réponse.

Voici 2 exemples de documents dont les contenus ont fait l'objet d'une appropriation par les élèves, démarche sinon indispensable du moins fortement souhaitable pour se placer dans les meilleures conditions pour réussir dans l'exercice de l'analyse de documents.

Les sujets distribués par le professeur et retrouvés dans les copies de Rayan (Première S3) et Aurélien (Terminale S4)... Etudier un document, suivre une consigne... se jouent déjà dans la faculté à savoir utiliser le sujet distribué !
Les sujets distribués par le professeur et retrouvés dans les copies de Rayan (Première S3) et Aurélien (Terminale S4)... Etudier un document, suivre une consigne... se jouent déjà dans la faculté à savoir utiliser le sujet distribué !

Les sujets distribués par le professeur et retrouvés dans les copies de Rayan (Première S3) et Aurélien (Terminale S4)... Etudier un document, suivre une consigne... se jouent déjà dans la faculté à savoir utiliser le sujet distribué !

Repost 0
Published by Gilles SABATIER - dans METHODE
commenter cet article
16 janvier 2014 4 16 /01 /janvier /2014 20:40

Si l'épreuve de composition est un exercice souvent redouté par les élèves qui appréhendent le sujet, elle n'est sans doute pas aussi difficile qu'il y paraît. Son contenu repose d'abord et avant tout sur l'acquisition et la maîtrise de connaissances, ce qui limite notamment les risques d'erreurs comme dans les commentaires de documents. 

Un des ingrédients de la réussite de la composition est certainement une bonne introdution car cette dernière sert à bien analyser le sujet et à lancer ensuite la réflexion de l'auteur. 

 

A titre d'exemple, voici ci-dessous l'introduction de Camille G. (Première S5) sur le sujet "l'installation des régimes républicains en France des années 1880 au début des années 1960". 

Son travail présente plusieurs qualités : il est d'abord bien structuré en 3 parties consistant à amener, puis analyser et transformer le sujet en problématique, enfin annoncer le plan suivi dans le devoir. 

Dans le fond, Camille définit bien l'expression centrale "régimes républicains" et a le mérite de transformer le sujet en problématique au lieu, comme le font beaucoup d'élèves, de se contenter de poser une simple question du type "comment se sont installés les régimes républicains en France des années 1880 au début des années 1960 ?". 

 

Quelques éléments peuvent aisément améliorer son travail, notamment plus d'attention portée aux bornes chronologiques du sujet (les années 1880 où triomphe la IIIe République longtemps contestée et le début des années 1960 où la jeune Ve République marque un tournant vers une présidentialisation de ses institutions inédite jusqu'alors). Il est dommage également que l'indication des périodes d'installation des trois régimes républicains ne soient pas présentes dans l'annonce du plan (années 1880 pour la IIIe République, 1944-1946 pour la IVe République, 1958-1962 pour la Ve République). Un travail d'histoire repose, en effet, d'abord sur une bonne maîtrise et utilisation des repères chronologiques. 

Le travail de Camille G. (Première S5) sur la première composition de l'année en histoire.

Le travail de Camille G. (Première S5) sur la première composition de l'année en histoire.

Repost 0
Published by Gilles SABATIER - dans METHODE
commenter cet article
23 octobre 2012 2 23 /10 /octobre /2012 18:42

En consultant en interrogation quelques cahiers, je constate que certains élèves réalisent, pour faciliter leur travail, des fiches de révision. 

Voici deux exemples de ces fiches. La première (en 3 feuilles) est réalisée par Héloïse (Première S3). 

 heloise001.jpg

heloise002.jpg

heloise003 

 

Dans un style différent, plus concis mais peut-être tout aussi efficace, voici la fiche (recto/verso) de Marine, toujours en Première S3. 

marine004.jpg

marine005.jpg

On peut ajouter qu'il est aussi possible de compléter ces fiches de révision de quelques notes prises au gré des pages du manuel et aussi de quelques idées et références issues de la partie gauche du cahier, c'est à dire des exercices effectués en classe ou à la maison. 

Repost 0
Published by Gilles SABATIER - dans METHODE
commenter cet article
31 janvier 2012 2 31 /01 /janvier /2012 17:15

Il y a quelques années la Bibliothèque nationale de France avait consacré une exposition, toujours en ligne de manière virtuelle sur Internet, sur les brouillons des écrivains célèbres

Faire un brouillon est un élément indispensable à la réussite de la mise en forme d'une pensée, ce qui rejoint précisément la démarche de la composition. 

Voici le brouillon de trois élèves de la classe de Première S3 qui devait composer sur le sujet (difficile) suivant : "le régime républicain et ses contestations des années 1880 au début des années 1960". Leur travail n'est pas un modèle, mais doit montrer à tous, qu'avant de se jeter avidement sur une feuille pour la noircir, tout un travail de réflexion est nécessaire... et souvent payant, ne serait-ce que pour éviter les hors-sujets !

Commençons avec le plan détaillé d'Alice, qui a, avec raison, aussi rédigé au brouillon, l'introduction de ce devoir. alicebrouillon001.jpg

Sur ce brouillon, on voit clairement qu'Alice a privilégié les repères chronologiques (quelques erreurs sont d'ailleurs à constater : exemple le "J'accuse" de Zola en 1897). C'est une bonne initiative, surtout que le choix d'un plan thématique difficile peut entraîner des écueils chronologiques.

 Un deuxième exemple de brouillon, très différent du précédent mais tout aussi instructif !

inesbrouillon001

A partir d'un plan chronologique, qui s'adaptait bien au sujet et au cours, Inès a dégagé une problématique qu'elle a inscrite en haut de sa copie puis un plan très détaillé qui privilégie des expressions, des phrases... donc des idées à de simples dates. C'est une très bonne démarche, qu'il aurait fallu aussi utiliser pour le titre des grandes parties. Mettre en valeur des idées dans un plan détaillé est, en effet, le plus sûr moyen de les retrouver ensuite dans la copie. A titre d'exemple, pour la première partie, au lieu de 1. IIIe République (1880), on pouvait mettre : une République enfin acceptée malgré des contestations et des crises (années 1880-1890). 

Dernier exemple, le brouillon sur 2 pages de Diane. dianebrouillon001.jpg

dianebrouillon002.jpg

Diane a, d'évidence, jeté d'abord toutes ses idées sur le papier, pour ensuite en dégager un plan (couleur mauve), qu'elle indique en haut de son brouillon. Au fur et à mesure de la rédaction, elle coche les différentes parties de sa réflexion, pour ne rien oublier (croix bleues). Avec un tel travail, la composition doit être soigneusement organisée et procède d'une réflexion très aboutie. 


Grand merci à ces trois élèves d'avoir mis à notre disposition leurs secrets de fabrique... à composition !

Repost 0
Published by Gilles SABATIER - dans METHODE
commenter cet article
9 avril 2011 6 09 /04 /avril /2011 22:10

Pour aborder le mieux possible les épreuves longues du baccalauréat concernant l'histoire-géographie, et, en particulier, l'épreuve de la composition, il est impératif de bien savoir réfléchir et s'organiser avant de se lancer, tête baissée, dans la rédaction de son devoir. 

Ainsi le travail au brouillon est-il une étape importante, trop souvent mal abordée par les élèves ou sacrifiée au profit d'une rédaction immédiate, à l'aveugle. 

 

Grâce à Margot, élève de la classe de Première S3, qui a accepté de me remettre, à la fin du dernier devoir, son brouillon, on peut essayer de réfléchir ensemble sur ce travail important.

 

Voici la feuille (recto/verso) qu'a renseignée Margot R.  avant de rédiger son devoir de 2 heures sur le sujet d'histoire : "Vivre en France de la Belle Epoque aux lendemains de la Grande Guerre - 1900 au début des années 20"

 

Recto de la feuille de brouillon de Margot

margot001.jpg

Verso de la feuille de brouillon de Margot

margot002.jpg Sur cette double page, on trouve tous les ingrédients nécessaires pour réussir un devoir. 

Tout d'abord, l'analyse du sujet et sa transformation en problématique, qui est une étape cruciale pour la composition. Il paraîtrait d'ailleurs opportun avant de se livrer à ce travail, de peut-être réécrire tout de suite le sujet sur son brouillon, d'encadrer les expressions importantes, d'expliquer la signification des bornes chronologiques... puis, dans un second temps, de rédiger sa problématique. Cette dernière peut, comme c'est le cas ici, être changée, transformée, raturée. Il n'est pas, en effet, évident de trouver automatiquement le fil conducteur d'un devoir et de le formuler avec une question claire et concise. 

 

Le deuxième but du brouillon est de permettre de rédiger un plan détaillé. Ce travail occupe l'essentiel de ce qu'a réalisé dans les deux feuilles Margot. On voit qu'elle ne se contente pas d'écrire le titre des grandes parties mais "remplit' chacune d'entre elles, par des faits, des exemples, des événements. C'est ce qu'il faut faire ! Pour consolider ce travail, je préconise d'éviter au maximum des titres de partie "neutres" mais d'essayer de les rédiger en dégageant l'idée centrale qui permet de répondre au sujet. Ainsi, pour ce devoir, plutôt que d'écrire "Belle Epoque", il semblerait intéressant de mentionner "La Belle Epoque : une période d'apparents progrès des conditions de vie en France".

Autre conseil : pour mieux structurer son devoir, une fois toutes les idées et connaissances jetées sur le papier, prendre un stylo d'une autre couleur pour les recouper autour de quelques axes importants (3 ou 4) qui constitueront les futurs paragraphes. Là encore, ne pas hésiter à reformuler ces grandes idées avec une phrase ou des expressions précises qui permettront de faire passer des idées à l'écrit. Par exemple,  mettre un accolade pour tout ce qui concerne le début de la IIIe partie sur l'année 1917 et écrire : "1917, année de profonde remise en cause de la soumission à la guerre tant au front qu'à l'arrière" ou "1917 : année de contestation importante face aux conditions de vie au front et à l'arrière". 

 

Pour terminer, si on a le temps, on peut aussi écrire la conclusion de son travail au brouillon (ajout en bas de la page 1). C'est un plus qui permet de finir son travail sans trop stresser et de bien avoir en tête la réponse à la question que l'on s'est posé en introduction. Dans ce domaine, je ne donnerai pas de conseil, étant donné que, pour ma part, je n'ai jamais réussi à accomplir cette tâche au brouillon. Mais c'est tant mieux si l'élève arrive à dépasser le maître ! 

 

Travailler au brouillon ne s'improvise pas, c'est une des clés de la réussite pour chaque élève. Consacrer un quart, un tiers, voire 40% de son temps à cette tâche est souvent indispensable pour aborder les épreuves dites de composition mais aussi de réponse organisée si on choisit l'étude des documents. 

 

brouillon-bnf.gif

Un brouillon d'un écrivain célèbre, issu d'une exposition qu'avait consacrée à ce sujet la bibliothèque nationale de France, il y a quelques années ! 

Repost 0
Published by G. SABATIER - dans METHODE
commenter cet article
8 janvier 2010 5 08 /01 /janvier /2010 08:59

POUR TRAVAILLER REGULIEREMENT ET EFFICACEMENT, SANS ÊTRE DEBORDE PAR LES REVISIONS DE FIN DE CHAPITRE... OU DE FIN D'ANNEE, IL EST RECOMMANDE DE SE CONSTITUER DES FICHES DE REVISION. VOICI UN MODELE POSSIBLE, ADAPTABLE EN FONCTION DE CHACUN !


CONSEILS METHODOLOGIQUES POUR UNE FICHE DE REVISION
indiquer le titre du chapitre
le plan du cours
le vocabulaire à retenir
les dates et leur signification (histoire)
puis... faire le résumé du cours
ajouter une rubrique personnelle "les Plus" à l'aide de votre manuel, d'autres sources d'informations pour retenir des éléments qui vous semblent importants ou intéressants...
Et le tour est joué !
fiche_de_revision.jpg

Pour réviser efficacement, il faut bien maîtriser la partie cours du cahier (celle qui se trouve à droite) et relire les exercices effectués avec leur correction en prenant garde à bien connaître la référence des exemples. Cela vous permettra ensuite d'enrichir votre copie d'exemples précis. Un cahier bien tenu permet de gagner beaucoup de temps et surtout d'efficacité pour bien réussir. 

Le manuel est votre aide la plus précieuse pour compléter le cours : on peut revoir les pages cours si les leçons n'ont pas été bien comprises, mais aussi trouver des exemples complémentaires. Ainsi, pour les élèves de Première, la prochaine évaluation concernera la France de 1900 à 1939. Les pages de synthèse 178, 234 et 252 peuvent aussi vous aider pour faire vos fiches. 
Repost 0
Published by G. SABATIER - dans METHODE
commenter cet article
11 janvier 2009 7 11 /01 /janvier /2009 19:38

CORRECTION DE LA COMPOSITION

« L’organisation économique et politique du monde depuis la fin de la guerre froide »

 

Comment réussir l’épreuve de composition ?

 

ETAPE 1 : ANALYSE DU SUJET

Avant toute chose, il faut, au brouillon analyser le sujet donné en expliquant les expressions majeures :

 

Depuis la fin de la guerre froide : disparition du rideau de fer en Europe en 89, éclatement de l’URSS en 91…donc le sujet va du début des années 90 à aujourd’hui.

 

Organisation économique : cela renvoie au renforcement (et non à l’apparition) de la mondialisation dans cette période mais aussi à l’essor des inégalités de développement à l’échelle mondiale… autrement dit, une force unificatrice et des éléments de diversité.


Organisation politique : relations internationales et leur évolution : domination des Etats-Unis (monde unipolaire) qui est de plus en plus contestée et remise en question par la multiplication des conflits, des acteurs, le développement de nouvelles idéologies… autrement dit une organisation d’abord dominée par un acteur puis une remise en question et une diversité de problèmes.

 

ETAPE 2 : PROBLEMATISER LE SUJET

Il s’agit de poser la question qui va organiser le devoir et à laquelle vous allez répondre, en partant du libellé du sujet. Beaucoup de problématiques se résument à la question suivante : « comment est organisé économiquement et politiquement le monde depuis la fin de la guerre froide ? ».  Ce type de question est trop générale et conduit souvent les élèves à aligner des remarques les unes après les autres, sans fil conducteur précis.

 

On pouvait, après l’analyse du sujet, réfléchir à l’opposition entre  différentes logiques d’organisation du monde (tant politique qu’économique) : une logique d’unification / une logique de diversité. Ainsi, la question générale du devoir aurait pu être : « le monde depuis le début des années 90 est-il en voie d’unification ou plutôt de division sur les plans économique et politique ? »

 

Une telle problématique pouvait conduire à deux progressions possibles de la composition  :

 

I Unité ou division dans l’organisation économique du monde

  1. 1. Facteurs d’union d’unité, de rapprochements
  2. 2. Facteurs de divisions, d’inégalités

II Unité ou division dans l’organisation politique du monde

  1. 1. Tentative de domination ou de gestion collective (Etats-Unis / ONU)
  2. 2. Déchirements et divisions 

 ou

 

I Les forces d’unification ou d’unité dans l’organisation économique et politique du monde

  1. 1. Au niveau économique
  2. 2. Au niveau politique

 II Les forces d’éclatement, de diversité dans l’organisation politique du monde

  1. 1. Au niveau économique
  2. 2. Au niveau politique

   Les étapes 1 et 2 permettent de rédiger une bonne introduction.

 

ETAPE 3 : CONSTRUIRE UN PLAN DETAILLE AVEC DES IDEES ET DES ARGUMENTS

C’est l’étape la plus importante qui doit nécessairement prendre du temps, si on veut bien réussir le devoir. Le plan détaillé ne doit pas se limiter à une juxtaposition de mots ou d’exemples. Il s’agit de faire ressortir des idées en les organisant.

 

Si on suit pour ce devoir, comme la majorité des élèves, la progression de type 1, cela peut donner :

 

I Une organisation économique du monde apparemment dominée selon la logique de la mondialisation

  1. 1. Le renforcement de la mondialisation : ses pôles principaux, le développement des échanges, des flux, avec l’essor des moyens de communication et de transports… Volonté de certains pays de s’unifier pour affronter ou organiser cette mondialisation comme l’U.E, mais aussi des alliances économiques en Amérique (ALENA, Mercosur) ou en Asie (ASEAN).
  2. 2. Une conséquence : la montée des inégalités de développement. Réalité de la coupure Nord/Sud, hiérarchisation des pays en fonction de leur intégration dans l’économie mondiale…
  3. 3. Une internationalisation des problèmes :  développement du système capitaliste à l’échelle mondiale qui entraîne des effets à toutes les échelles (ex : la crise financière et économique de 2008 qui part des espaces péri-urbains américains pour toucher les économies des pays de la Triade…). Mais aussi problèmes environnementaux qui remettent en cause les principes de la mondialisation (productivisme, recherche des profits…)
  4. 4. Les limites de la mondialisation : des échanges encore limités à l’échelle internationale, des pays marginalisés… et un système aussi contesté par ceux qui défendent une autre lecture du monde (altermondialisation)

    Transition : l’altermondialisation repose sur une condamnation des principes économiques de la mondialisation  mais en dénonce aussi les conséquences politiques :  montée des conflits, des frustrations… quelle évolution politique pour le monde depuis les années 90 ?

    II L’organisation politique du monde depuis les années 90 : d’un monde unipolaire à un monde multipolaire et éclaté.
  1. 1. Le début des années 90 : un monde dominé par les Etats-Unis. Volonté américaine de prendre la tête du « nouvel ordre mondial » (1ère Guerre du Golfe), ce qui limite la portée des interventions des organisations internationales comme l’ONU qui aurait pu jouer un rôle d’arbitre plus important.
  2. 2. Des menaces de plus en plus nombreuses auxquelles une seule puissance ne peut faire face : développement de l’islamisme avec ses dérives terroristes, prolifération nucléaire, multiplication des conflits régionaux qui menacent l’équilibre de la planète (« arc des crises » avec en particulier le Proche et Moyen Orient, mais aussi l’Afrique centrale). Echec de l’interventionnisme américain dans les « guerres préventives » d’Afghanistan et d’Irak.
  3. 3. Actuellement, un monde de plus en plus multipolaire avec l’émergence de nouvelles puissances qui veulent jouer un rôle dans la gestion des affaires internationales, avec la diversité des civilisations (même s’il n’y a pas de véritable choc entre elles), avec la multiplication des Etats (mouvements séparatistes ou nationalistes)…  

CONCLUSION : des logiques qui s’affrontent et se concurrencent depuis une vingtaine d’années, avec des mouvements d’unification ou d’unité qui sont parfois attaqués ou contestés et des facteurs d’éclatement, de diversité qui rendent la lecture du monde de plus en plus complexe avec un enchevêtrement des problèmes économiques et politiques.

Une carte des conflits dans le monde réalisée par l'atelier de cartographie de Sciences Po en 2007.

Repost 0
Published by G. SABATIER - dans METHODE
commenter cet article
5 décembre 2007 3 05 /12 /décembre /2007 10:00

L'INTRODUCTION EST LA PREMIERE ETAPE DE LA COMPOSITION. BIEN LA REUSSIR, C'EST EN GRANDE PARTIE REUSSIR SON TRAVAIL !

Une introduction réussie comporte trois étapes essentielles :
-          une entrée en matière : le but est d’amener le plus habilement possible le lecteur au sujet.
-          l’analyse du sujet et l’énoncé de la problématique : c’est l’étape la plus importante. Il faut expliquer les termes les plus importants, définir les bornes chronologiques en histoire ou les limites spatiales en géographie et dégager une question centrale qui servira de fil conducteur à la réflexion (la fameuse... problématique !).
-          l’annonce du plan choisi.
 
LE PREMIER TRAVAIL EST DONC DE BIEN COMPRENDRE LE SUJET !!!
Repost 0
Published by SABATIER - dans METHODE
commenter cet article

HISTOIREGEOCRPE Archives

Les-archives-nationales